Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRANCOPHONIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Au-delà de sa définition première (l'ensemble des personnes qui utilisent régulièrement le français, qu'il soit langue maternelle, langue d'usage, langue d'enseignement ou langue choisie par désir personnel), la francophonie reste une notion malaisée à circonscrire. Apparu à la fin du xixe siècle, le terme n’a acquis son sens plein et entier que lorsque, quelques décennies plus tard, des francophones ont pris conscience de l’existence d’un espace linguistique partagé, qui allait se révéler propice aux échanges, que ce soit dans le domaine de l’éducation et de l’économie ou dans le champ politique. Un espace qui n’a cessé de s’ouvrir. Signe des temps, en 2006, le Festival de la francophonie en France a choisi, pour sa promotion, de se présenter comme celui des Francofffonies !, faisant éclater la francophonie par la multiplication des f à la place du ph de la tradition orthographique, soulignant sa pluralité par le s final, et affichant sa modernité par le point d'exclamation. La même année, le choix de Bucarest (Roumanie) pour la tenue du XIe Sommet des chefs d'État des pays ayant le français en partage manifestait l’élargissement de la francophonie, et sans doute une nouvelle inflexion de la diplomatie francophone.

Une langue sur la défensive

Léopold Sédar Senghor, 1949 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Léopold Sédar Senghor, 1949

On sait que le mot « francophonie », inventé une première fois en 1880 par le géographe Onésime Reclus, qui constatait l'expansion de la langue française dans le monde, parallèlement à l'expansion coloniale de la France, a été réinventé en 1962, au moment de la décolonisation, par quelques chefs d'État africains, dont Léopold Sédar Senghor et Habib Bourguiba, qui proposaient de rassembler les pays de langue française dans le cadre d'une nouvelle organisation intergouvernementale. Celle-ci s'est mise en place assez lentement, d'abord en marge des États : ainsi par la création dès 1961 de l'Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (A.U.P.E.L.F.). Ce n'est qu'en 1970 qu'est fondé, à la Conférence de Niamey, le premier organisme de coopération multilatérale entre pays francophones, sous le nom d'Agence de coopération culturelle et technique (A.C.C.T.). Enfin, en 1986 se tient à Paris le premier sommet des chefs d'État et de gouvernement ayant en commun l'usage du français, qui lance véritablement la francophonie institutionnelle. Les sommets suivants – à Québec (1987), Dakar (1989), Chaillot (1991), Maurice (1993), Cotonou (1995), Hanoï (1997), Moncton (1999), Beyrouth (2002), Ouagadougou (2004), Bucarest (2006), Québec à nouveau (2008), Montreux (2010), Kinshasa (2012), Dakar (2014) – ont vu augmenter le nombre des pays représentés.

L'A.C.C.T. est devenue en 1995 l'Agence de la francophonie, qui s'est elle-même transformée en Organisation internationale de la francophonie (O.I.F.). Celle-ci regroupe 54 États et gouvernements qui sont membres de plein droit, ainsi que 3 membres associés et 23 observateurs. L'installation du Ghana comme membre associé, du Mozambique et de l'Ukraine comme pays observateurs témoigne à tout le moins d'une crise de croissance : la francophonie instituée s'est largement étendue au-delà des frontières géolinguistiques du français.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Louis JOUBERT. FRANCOPHONIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Léopold Sédar Senghor, 1949 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Léopold Sédar Senghor, 1949

Alain Mabanckou - crédits : Sophie Bassouls/ Corbis Historical/ Getty Images

Alain Mabanckou

Autres références

  • ALGÉRIE

    • Écrit par , , , et
    • 41 835 mots
    • 25 médias
    ...automobiles et pharmaceutiques, et Paris reste, de loin, le premier fournisseur d'Alger, alors que le pays n'est que le vingt-sixième fournisseur de la France. Surtout, l'Algérie reste un des plus grands pays francophones au monde ; sa façade méditerranéenne, immense (1 200 km), est une large « frontière » avec...
  • BELGIQUE - Géographie

    • Écrit par
    • 6 705 mots
    • 6 médias
    Environ 60 % des Belges sont néerlandophones ; ceux-ci sont localisés dans le nord du pays.Les 40 % de francophones se trouvent dans le sud du pays et à Bruxelles. La très grande majorité – de l'ordre des neuf dixièmes – de la population bruxelloise utilise le français, du moins dans ses contacts...
  • BELGIQUE - La période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 047 mots
    • 2 médias
    ...législation linguistique répond surtout à des revendications du mouvement flamand qui y voit un instrument de protection de la langue et de la culture. L'opinion francophone, elle, en percevra surtout l'aspect de contrainte, et tout particulièrement dans l'agglomération bruxelloise et dans sa périphérie....
  • BELGIQUE - Lettres françaises

    • Écrit par et
    • 17 494 mots
    • 5 médias
    À l’inverse,les francophones entendaient, non seulement ne pas fusionner région et communauté, mais maintenir deux régions distinctes, Bruxelles et la Wallonie. À cet effet, ils choisirent Namur comme capitale de la Wallonie, alors que le « coup d'État » institutionnel flamand a installé à Bruxelles,...
  • Afficher les 18 références