Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANADA, économie

Capitale

Ottawa

    Unité monétaire

    Dollar canadien (CAD)

      Population (estim.) 37 808 000 (2023)
        R.N.B. par habitant (USD) 52 960 $ (2022)

          Le Canada est membre du  G7 depuis 1976 et figurait dans le peloton de tête de l’indice de développement humain (IDH) de l’ONU en 2017, juste devant les États-Unis. Son économie s’appuie sur une population instruite, la qualité de ses institutions, l’abondance de ses ressources naturelles ; très proche de la première économie mondiale, elle en est aussi relativement dépendante.

          La structure centre-périphérie théorisée par l’économiste Paul Krugman, prix de la Banque de Suède en sciences économiques 2008, est le fil conducteur de notre survol de l’économie canadienne. Le contexte historique et géographique aidera à en comprendre les raisons.

          Histoire et géographie

          La naissance d’une nation

          Avec l’arrivée des Anglais et des Français aux xvieet xviie siècles à Terre-Neuve, sur la côte atlantique et dans la vallée du Saint-Laurent, l’économie d’un Canada en devenir repose sur la traite des fourrures, le commerce avec les nations autochtones, la pêche et l’agriculture. Jusqu’au milieu du xixe siècle, le transport se fait essentiellement par voie maritime. La population et les centres urbains embryonnaires se concentrent près des voies navigables sur la côte atlantique, le Saint-Laurent et les Grands Lacs.

          Après la chute du régime français en 1763 et la guerre d’indépendance des États-Unis (1775-1783), les frontières entre les nouveaux États indépendants américains et les colonies britanniques du nord du continent sont déterminées en 1783 par le traité de Paris. Ce traité fixera la frontière sud du Canada actuel. L’afflux des loyalistes britanniques sur la rive nord des Grands Lacs force le Parlement britannique en 1791 à diviser la province de Québec en Haut-Canada (qui deviendra l’Ontario), anglais et protestant, et en Bas-Canada (le Québec), français et catholique. L’activité économique se diversifie avec la révolution industrielle dans la première moitié du xixe siècle. Les deux Canadas s’unissent politiquement en 1840 avec la création d’une assemblée législative. Le dominion du Canada naît officiellement en 1867 avec la confédération des provinces de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Suivront le Manitoba (1870), la Colombie-Britannique (1871) et l’Île-du-Prince-Édouard (1873).

          C’est vers cette période que le chemin de fer et les routes commencent à supplanter les voies maritimes pour le commerce et les mouvements de population. En 1870, alors que le monopole de la Compagnie de la baie d’Hudson sur le commerce des fourrures est aboli, le Canada obtient de la Grande-Bretagne les Territoires du Nord-Ouest. De cette acquisition naissent le Territoire du Yukon en 1898, à la suite de la ruée vers l’or du Klondike, et les provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan en 1905. Enfin, après deux référendums, la colonie britannique de Terre-Neuve entre dans la Confédération canadienne en 1949, devenant la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

          L’immensité du territoire

          Avec près de 10 millions de kilomètres carrés, le Canada occupe la presque totalité de la partie septentrionale du continent nord-américain. Il partage une frontière de 8 891 kilomètres avec les États-Unis, dont une partie au nord-ouest avec l’Alaska. Le Canada est bordé par l’océan Atlantique à l’est et l’océan Pacifique à l’ouest, couvrant six fuseaux horaires. L’étalement en latitude est aussi important : du 42e parallèle à l’extrémité sud de l’Ontario jusqu’au 82e dans l’océan Arctique. Le climat est extrêmement varié, avec des étés tempérés au sud et des températures arctiques au nord. Si la superficie du pays atteint presque celle de l’ensemble de l’Europe, sa population de 37 millions (2018) est légèrement inférieure à celle de la Californie. La densité de ressources naturelles par habitant est donc très élevée. Au total, 90 p. 100 de la population[...]

          La suite de cet article est accessible aux abonnés

          • Des contenus variés, complets et fiables
          • Accessible sur tous les écrans
          • Pas de publicité

          Découvrez nos offres

          Déjà abonné ? Se connecter

          Écrit par

          • : professeur émérite de sciences économiques à l'université d'Ottawa, Ontario (Canada)

          . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

          Autres références

          • DORSÉTIEN, culture

            • Écrit par Yvon CSONKA
            • 70 mots

            Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ixe siècle avant J.-C, et le xvie siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports...

          • PALÉOESQUIMAU

            • Écrit par Yvon CSONKA
            • 68 mots

            Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'...

          Voir aussi