LANGAGE PHILOSOPHIES DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure
Crédits : AKG

photographie

Louis Trolle Hjelmslev

Louis Trolle Hjelmslev
Crédits : D.R.

photographie

Ryle

Ryle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Wittgenstein

Wittgenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


L'intérêt pour la langue est un trait dominant de la philosophie contemporaine. Non que nos contemporains soient les premiers à découvrir le langage. Celui-ci a toujours été à la place d'honneur dans la philosophie, tant il est vrai que la compréhension que l'homme prend de lui-même et de son monde s'articule et s'exprime dans le langage ; les sophistes grecs sont sans doute les premiers à en avoir pris une conscience aiguë ; Socrate cherche les « définitions », c'est-à-dire le sens permanent de nos mots et de nos phrases ; Platon, dans le Cratyle, s'interroge sur la « justesse » des mots et établit, dans le Théétète et Le Sophiste, que c'est la structure complexe de la phrase, faite d'un entrelacs du nom et du verbe, qui seule permet la fausseté, qui est le pouvoir de dire faux, de dire ce qui n'est pas. Dans son traité Sur l'interprétation, Aristote établit que toutes les lois de la logique s'édifient sur les caractères de la proposition, laquelle consiste à affirmer ou nier « quelque chose au sujet de quelque chose ». La métaphysique prend ainsi appui sur une connaissance exacte du fonctionnement du langage. Il y a eu dans l'histoire plusieurs grandes époques pour la philosophie du langage : la dialectique des médiévaux et des discussions autour du nominalisme ; la théorie des signes du xviiie siècle, en particulier chez Condillac et chez Rousseau ; les conjectures et les discussions sur l'origine des langues, chez Herder et dans le grand idéalisme allemand. Ces recherches culminent chez Wilhelm von Humboldt, notamment dans son ouvrage posthume Über die Verschiedenheit des menschlichen Sprachbaues und ihren Einfluss auf die geistige Entwicklung des Menschengeschlechts (1836 ; De la diversité de structure des langues humaines et de son influence sur le développement spirituel de l'espèce humaine). Cette œuvre domine de haut le xixe siècle ; c'est à elle que deux penseurs contemporains aussi différents que le linguiste Chomsky et le philosophe Heidegger aiment à se reporter.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 35 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LANGAGE PHILOSOPHIES DU  » est également traité dans :

ACTES DE LANGAGE

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 484 mots

L'expression « acte de langage » traduit l'anglais speech act. Cette notion a été développée dans la seconde moitié du xxe siècle par les philosophes dits de l'école d'Oxford, tenants d'un courant également connu sous le nom de « philosophie du langage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actes-de-langage/#i_771

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] », l'« émotion » ou l'« affect » (Aristote ne les distingue pas) et des contextures de langage. Certes, on pressent, ou on sait depuis toujours qu'un homme ou un groupe d'hommes entêtés dans une passion sont impossibles à convaincre ou à persuader. Mais l'étude aristotélicienne, par sa finesse, montre bien toute la subtilité de la distinction […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/#i_771

AGAMBEN GIORGIO (1942-    )

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 136 mots

Giorgio Agamben, né à Rome en 1942, est très certainement l'une des figures les plus originales de la philosophie italienne de la seconde moitié du xxe siècle. Après des études de droit et une thèse de philosophie juridique sur Simone Weil, il fait la rencontre dans les années […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-agamben/#i_771

ANALOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Alain de LIBERA
  • , Universalis
  •  • 10 455 mots

Dans le chapitre « Sémantique et syntaxe, signifié et signifiant »  : […] Dans le cadre du langage courant, la situation est déjà très différente. Par suite de la longue histoire de ses usages, chaque mot porte une charge sémantique généralement beaucoup plus grande que celle qui peut être manifestée dans un énoncé quelconque. Si cette sémantique du mot fixe grossièrement certaines caractéristiques des syntaxes dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analogie/#i_771

ANTISTHÈNE (-440 env.-env. -370)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 231 mots

Disciple de Socrate et maître de Diogène le Cynique, Antisthène, comme le firent un peu plus tard les mégariques, considérait le langage discursif comme étant incapable de décrire adéquatement la réalité concrète des unités individuelles. On ne peut dire « un homme est bon », mais seulement « le bon est bon », « l'homme est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisthene/#i_771

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le deuxième discours théorique : la « balāġa » »  : […] Le sens (ma) n'étant pas manifeste par lui-même doit, pour se communiquer, passer par le signe (dalāla). Le bayān renvoie donc à cette fonction apophantique, ou dévoilante, du discours, qui permet au sens (ou à la pensée) de se communiquer dans une évidence maximale. Dans faṣāḥa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_771

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La logique »  : […] Il reste qu'Aristote a attaché une attention particulière au langage, logos, le langage étant selon lui la différence spécifique de l'espèce humaine : l'homme est le ζ̃ώον λ́ογον ε'́χον, expression dont la tradition a fait animal rationale, animal raisonnable, mais qui signifie originellement que l'homme est l'animal qui a la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristote/#i_771

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique »  : […] Pour Aristote, le langage ne se confond donc pas avec l'être ; c'est l'outil qu'utilise la science, de telle façon que cette dernière puisse énoncer correctement ce qui est l'être à proprement parler. D'où l'importance que revêt le traité des Catégories, par lesquelles il faut entendre les diverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristotelisme/#i_771

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'élégance et le sublime »  : […] conduit à des vues nouvelles qu'expriment Du Marsais, Diderot et surtout Condillac. Le langage naît de la combinaison des idées qui se construisent elles-mêmes par la combinaison des sensations. Pour bien parler, il faut donc procéder par analyse, partir de petites sensations vraies, voir comment elles se forment en mots, en phrases, en textes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-poetiques/#i_771

ATOMISME

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 362 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'atomisme à l'époque moderne »  : […] L'analyse logique est au langage naturel ce que le microscope est à l'œil. Une phrase aussi simple que « L'actuel roi de France est chauve » s'avère à l'analyse hautement complexe. L'analyse résolutive cherche à cerner des propositions « atomiques », dont la forme permet de cerner la structure des faits correspondants. Toute proposition complexe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atomisme/#i_771

AUSTIN JOHN LANGSHAW (1911-1960)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 928 mots

John Langshaw Austin est sans doute le représentant le plus brillant et le plus original de la philosophie analytique dite « philosophie du langage ordinaire », caractéristique de l'école d'Oxford par opposition à celle de Cambridge. Il fit ses études à Oxford, dont il devint fellow en 1933 ; il se distingua particulièrement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-langshaw-austin/#i_771

AYER ALFRED JULES (1910-1989)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 1 313 mots

Dans le chapitre « Vers une élucidation du langage scientifique »  : […] Il s'agit de donner au principe de vérification une efficacité mesurée par ce qu'on attend de lui philosophiquement et pratiquement. Éliminer certaine métaphysique comme sécrétion propre du philosophe, fonder la connaissance empiriomathématique contre les attaques sceptiques, fixer le statut des jugements de valeur, des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-jules-ayer/#i_771

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révélation et tragédie. La question de l'origine »  : […] Ses premiers écrits, où romantisme et judaïsme s'entrecroisent spontanément se nouent autour du rapport entre esprit et langage : ainsi l'essai de 1916, Sur le langage en général et sur le langage humain (« tout langage supérieur est traduction du langage inférieur, jusqu'à ce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-benjamin/#i_771

BOBBIO NORBERTO (1909-2004)

  • Écrit par 
  • Giovanni BUSINO
  •  • 2 402 mots

Dans le chapitre « Le droit est un langage »  : […] , 1958 ; Il positivismo giuridico, 1961). Ils font découvrir que le droit est un langage, un discours parmi d'autres, un ensemble d'énoncés linguistiques doués de significations incertaines. De là l'importance des procédures pour déterminer les significations, mais aussi pour interpréter, concilier et intégrer les règles pour la production […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norberto-bobbio/#i_771

BONALD LOUIS-AMBROISE DE (1754-1840)

  • Écrit par 
  • Colette CAPITAN PETER
  •  • 892 mots

Dans le chapitre « Une théorie métaphysique du langage »  : […] Cette doctrine du conservatisme social repose sur une théorie métaphysique du langage. Une formule la résume : « L'homme pense sa parole avant de parler sa pensée. » Il faut entendre par là que, la pensée étant postérieure à la parole, l'homme ne peut avoir inventé celle-ci ; en d'autres termes, l'homme ne peut penser sans le secours du langage, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ambroise-de-bonald/#i_771

BRANDOM ROBERT (1950-    )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : Making It Explicit : Reasoning, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brandom/#i_771

CARNAP RUDOLF (1891-1970)

  • Écrit par 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « La construction logique du monde et les travaux issus du Cercle »  : […] Réfugié aux États-Unis, Carnap, qui enseigne d'abord à l'université de Chicago, puis à l'université de Californie, à Los Angeles, publie Testability and Meaning (1936-1937), étude dans laquelle, tenant compte des objections, il élargit ses critères et assouplit son dogmatisme initial. D'une part, il distingue les définitions au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-carnap/#i_771

CASSIRER ERNST (1874-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 345 mots

Dans le chapitre « La pure image et la science »  : […] La Philosophie des formes symboliques consacré à ce problème. Cependant le langage occupe chez Cassirer une fonction assez voisine de l'art. Par sa fonction de dénomination, le langage impose la permanence au sein du devenir, de la confusion. Il cristallise et articule le monde des intuitions. Il objective un monde de l'image pure, mais aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-cassirer/#i_771

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Catégories et langage »  : […] Deux positions peuvent être adoptées face aux rapprochements entre catégories de la pensée et catégories grammaticales : soit – en postulant une conaturalité globale de la pensée et du langage – on en retire une confirmation du bien-fondé des théories catégoriales, soit, à l'inverse, on prétendra que les catégories philosophiques représentent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/categories/#i_771

CAVELL STANLEY (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 176 mots

La philosophie de Cavell n'est cependant pas étrangère à la philosophie analytique. Elle est enracinée dans une œuvre fondamentale et problématique pour cette tradition, celle du « second » Wittgenstein, et dans sa philosophie du langage ordinaire. Cavell a été également le disciple de John Langshaw Austin, et considère que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-cavell/#i_771

CHOMSKY NOAM (1928-    )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le programme de recherche minimaliste »  : […] langues internes qu'elle rend possible, surgit toutefois également un résultat paradoxal : la faculté de langage, une propriété biologique de notre espèce, définit donc de façon très restrictive le fonctionnement de toute langue, en imposant par exemple aux computations récursives qu'elles mettent en œuvre un format spécifique et peut-être même un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noam-chomsky/#i_771

CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)

  • Écrit par 
  • Pierre TROTIGNON
  •  • 1 140 mots

Dans le chapitre « La pensée et les signes »  : […] résultent d'une élaboration des premières. Mais sa grande originalité est d'assigner au langage, non la seule fonction d'expression des pensées, mais un rôle déterminant, et pour ainsi dire exclusif, dans la formation même des idées de réflexion. Condillac échappe ainsi au problème insoluble que rencontrent d'ordinaire les sensualistes : comment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condillac-etienne-bonnot-de/#i_771

CORDEMOY GÉRAUD DE (1626-1684)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 449 mots

De ce philosophe historien, disciple de Descartes, ce familier de Bossuet, cet ami de Fénelon, on connaît mal la vie. Né à Paris, Cordemoy appartient par son père à la petite noblesse auvergnate. Avocat au parlement, habitué de la plupart des cercles cartésiens qui se réunissent à Paris dans les années 1660, de l'académie Bourdelot, du salon de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geraud-de-cordemoy/#i_771

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 005 mots

Dans le chapitre « Approche sémiotique »  : […] Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_771

DE LA GRAMMATOLOGIE, Jacques Derrida - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Didier CAHEN
  •  • 1 247 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le supplément d’origine »  : […] Derrida, tandis qu’avec une infinie patience s’instruit, dans le même geste, un supplément au sein de la logique. La démonstration est parfaitement lisible ; la prétendue dérivation de l’écriture n’est possible qu’à une condition : que le langage premier ne soit pas vierge d’écriture, qu’il ait toujours lui-même été écriture : « Une parole sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-grammatologie/#i_771

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La présence en question »  : […] qui se manifeste essentiellement au sein du traitement classique de la question du langage ; la parole, gage de proximité de la pensée à elle-même, y reçoit un privilège exorbitant par rapport à l'écriture qui n'en serait que la « représentation » dérivée (ce qu'implique sa célèbre définition saussurienne comme « signifiant du signifiant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_771

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

L'entrée en dialogue paraît d'autant plus désirable que le partenaire est plus différent ou plus lointain. Le dialogue répond à une préoccupation éthique – il serait l'antiviolence par excellence – et à un souci politique : comment améliorer la circulation de l'information de manière à orienter les conflits vers un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_771

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 316 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les deux dogmes selon Quine »  : […] distinguer, phrase par phrase, la part de la théorie et celle de l'évidence sensorielle. Le fait que la logique distribue les valeurs de vérité (vrai, faux) phrase par phrase ne doit pas faire oublier que le discernement de la signification ou des conditions de vérité requiert que chaque phrase soit replacée non seulement dans son contexte mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_771

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences formelles, sciences empiriques »  : […] Vienne, qui se sont explicitement posé le problème dans les années trente, l'ont généralement résolu d'une façon radicale en ramenant les sciences formelles aux règles – largement arbitraires – d'un langage (par exemple Carnap, dans Der logische Aufbau der Welt, 1928, et Logische Syntax der Sprache, 1935). Solution provocatrice et difficile à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epistemologie/#i_771

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renouveau du pragmatisme »  : […] Cette situation ne serait guère compréhensible si l'on ne tenait pas compte des contestations et des désaccords qui se sont manifestés dans le champ philosophique et scientifique dès les années 1960. Ils se présentent, à côté d'autres facteurs évoqués plus loin, sous deux aspects concernant respectivement la philosophie du langage et la philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-philosophie/#i_771

ÉVÉNEMENT, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 927 mots

Dans le chapitre « Penser le singulier et la succession »  : […] On ne saurait négliger non plus la contribution de la philosophie du langage à une pensée de l'événement et de l'événementiel. Une propriété fondamentale du langage est que le locuteur peut se servir de la langue pour produire un sens inédit, qui fait événement. Ainsi, la réalité du langage n'est pas seulement constituée par une suite d'énoncés ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/#i_771

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'empirisme logique et la construction logique du monde »  : […] ne peut être a priori. D'autre part, l'analytique est défini, contre Kant, comme une propriété des formes du langage et de la signification, et non pas comme une propriété des formes de la pensée en général. Il tient aux faits que certaines vérités (celles de la logique et des mathématiques) sont vraies seulement en vertu des significations des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_771

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/#i_771

GADAMER HANS GEORG (1900-2002)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 851 mots

Dans le chapitre « Les mots pour le dire : le « dialogue que nous sommes » »  : […] L'art de comprendre et l'art de questionner supposent la capacité de créer un langage commun. Les messages écrits, et non le « vouloir dire » hypothétique de leurs auteurs sont l'objet privilégié de toute interprétation ; la compréhension exige que l'interprète trouve le langage dans lequel le texte lui parle. C'est ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-georg-gadamer/#i_771

GOODMAN NELSON (1906-1998)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 856 mots

induction. Si Quine a évolué vers une anthropologie béhavioriste, Goodman est avant tout sensible à la pluralité des langages symboliques : verbaux et non verbaux, naturels ou spécialisés. On comprend que les arts constituent pour lui un centre d'intérêt privilégié, parce qu'ils sont le laboratoire idéal pour les conditions fines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nelson-goodman/#i_771

GRAMMAIRE GÉNÉRALE ET RAISONNÉE, Antoine Arnauld et Claude Lancelot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 785 mots

Dans le chapitre « Une théorie du signe »  : […] « Ainsi l'on peut définir les mots, des sons distincts et articulés dont les hommes ont fait des signes pour signifier leurs pensées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire-generale-et-raisonnee/#i_771

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 034 mots

Dans le chapitre « La grammaire »  : […] siècle après J.-C. un long ouvrage en vers appelé Vākyapadīya à une « philosophie grammaticale » qui comprend une linguistique générale (corpus de définitions et d'analyses des parties du discours, des éléments du mot, des principes sémantiques sous-jacents aux constructions formelles, composition, dérivation, etc.), une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_771

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La représentation classique : l'idéal d'unité de la grammaire générale »  : […] e siècle, substantif et adjectif ne sont plus regroupés dans la catégorie du nom), mais les philosophies du langage influencent davantage syntaxe (la théorie de l'ordre naturel est cependant défendue par Du Marsais aussi bien que par les rationalistes : Ricken) et pédagogie. Pour Vivès, Raticius, Comenius (avec ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_771

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Langage et historicité »  : […] intelligence plus profonde des sciences historiques, elle-même rendue possible par les questions posées par Heidegger. En particulier, c'est seulement grâce à la radicalisation par ce dernier concept d'historicité qu'un autre phénomène pénétra au cœur de la philosophie, à savoir le problème du langage. Certainement, à d'autres points de vue tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/historicite/#i_771

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le débat avec Freud »  : […] Mais, différent au reste pour chacune d'elles, l'univers du langage où elles résident n'est pas celui du discours hégélien. Sans refuser le concept, elles savent que celui-ci ne se confond pas avec la parole, encore qu'il en soit tributaire. D'autre part, la parole n'est pas non plus simplement le langage, distinction qui permettra d'éviter les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_771

HUMBOLDT WILHELM VON (1767-1835)

  • Écrit par 
  • Pierre CAUSSAT
  •  • 1 056 mots

Une biographie « explicite » permet de repérer l'appartenance effective de Humboldt à une période chargée d'événements qui ont remodelé la configuration politique et théorique de l'Europe. D'abord témoin passionné mais discret des renouvellements culturels de son temps (lisant Kant et correspondant avec Schiller et Goethe), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-von-humboldt/#i_771

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du symbole au mythe »  : […] générique. Distinguons alors entre un état du mot employé avec sa véritable signification de nom ou de verbe ou de mot plein ; et un état où le même mot sera employé comme une particule, comme un signe purement déterminatif ou formel, mot vide. Nous aurons là « tout le secret du développement du langage, depuis le chinois jusqu'à l'anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_771

INEFFABLE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 417 mots

« Ce dont on ne peut parler, soutenait Wittgenstein, il faut le taire » ; car l'inexprimable, le mystique, se montre et ne se dit pas. Un indicible dont il n'y aurait ni ostension ni expression ne serait pas seulement ineffable, il serait inexistant. De toute façon, il y a quelque chose de dérisoire dans les doctrines de l'ineffable : elles parlent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ineffable/#i_771

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « L'intuition et le sens dans les perspectives actuelles de l'épistémologie »  : […] avec les modes discursifs de la pensée ou avec les modes opératoires de l'action. L'une des vues de base de l'empirisme logique est qu'il n'existe pas de perception qui ne soit articulée déjà par quelque langage, et ne contienne des catégories directrices que la sensation remplit. Et, d'autre part, les philosophies de la praxis nous ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuition/#i_771

INVESTIGATIONS PHILOSOPHIQUES, Ludwig Wittgenstein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 011 mots
  •  • 1 média

marquée par la guerre et par le choix d'une carrière d'instituteur qui s'acheva en 1928. Dans les Investigations, tout comme dans les manuscrits intermédiaires édités après sa mort, Wittgenstein renonce en effet à la conception du langage qui avait été primitivement la sienne : une conception caractérisée par une théorie de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investigations-philosophiques/#i_771

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] des logiciens) n'a pas de parallèle exact dans la syntaxe arabe. Cet intérêt pour le langage est solidaire d'un effort pour considérer selon un schéma général ce qu'on pourrait appeler la sociologie culturelle : le même Livre contient des développements sur l'origine de la langue dans une nation quelconque, sur l'apparition des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_771

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « La philosophie des propositions »  : […] Cependant la critique logique, comme en témoigne la lecture des ouvrages de Quine, a contesté ces assises de la doctrine. Elle a mis en relief de multiples raisons de « relativité », qui marquent la dépendance de la proposition vis-à-vis des champs linguistiques ou pratiques qui l'englobent, et vis-à-vis des systèmes scientifiques dans lesquels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/#i_771

KRIPKE SAUL (1940-    )

  • Écrit par 
  • Scott SOAMES
  • , Universalis
  •  • 1 181 mots

expérience) et de connaissance a priori (acquise en dehors de toute expérience) ainsi que des notions linguistiques de vérité analytique (ou de raison) et de vérité synthétique (ou de fait). Kripke fait ainsi renaître la doctrine de l'essentialisme, selon laquelle les objets possèdent certaines propriétés nécessairement. Partant de ce point et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saul-kripke/#i_771

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

du point de vue cognitif, social et culturel. Les recherches sont réalisées dans le cadre théorique de la philosophie du langage. Tout énoncé est considéré comme un acte de langage défini par l’acte social posé intentionnellement par le locuteur, « dire, c’est faire » (J. L. Austin & J. R. Searle). La conversation, régie par le principe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-de-la-pragmatique-du-langage/#i_771

LES GRAMMAIRES DE L'INTELLIGENCE (J.-M. Ferry)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 041 mots

La « philosophie de la communication », dont Jean-Marc Ferry avait esquissé les linéaments en 1991, en publiant Les Puissances de l'expérience, suivi en 1994 des deux volumes de la Philosophie de la communication, s'enrichit, dix ans plus tard, d'une importante étude portant sur Les Grammaires […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-grammaires-de-l-intelligence/#i_771

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « L'écharde dans la chair de la raison : une responsabilité infinie »  : […] Si je dois me considérer comme l'« otage » d'autrui, « plus intime à moi que moi-même », tout le statut de la subjectivité doit être repensé, et, à sa suite, le statut du langage et de la raison. Ces descriptions vont de pair avec une nouvelle compréhension du langage, qui a sa source dans le dire pur de la sincérité, alliant immédiateté et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_771

LIBERTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 11 646 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le discours descriptif : qu'est-ce qu'une action libre ? »  : […] Une partie de la philosophie contemporaine – l'analyse linguistique de l'école d'Oxford, la phénoménologie de Husserl et de ses disciples français – s'emploie à clarifier le langage ordinaire dans lequel on parle de l'action libre. Pour une telle philosophie, attentive avant tout aux finesses et aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte/#i_771

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'énonciation »  : […] Le courant pragmatique s'inscrit, au départ, dans une mouvance anglo-saxonne, dont les pionniers furent, du côté de la sémiotique, Charles Sanders Pierce (1839-1914) et Charles Morris (1901-1979), et du côté de la logique, Rudolph Carnap (1891-1970). Mais c'est surtout en s'inspirant de la philosophie analytique, et plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_771

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le mot et la chose »  : […] se caractérisent par une interrelation systématique entre la logique et la philosophie du langage, tandis que les doctrines des naiyāyikas et celles des logiciens bouddhistes s'accordent à insister sur les liens entre la logique et l'épistémologie. On n'aura donc pas lieu d'être surpris en constatant qu'une grave querelle entre la Mīmāṁsā et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_771

LOGOS

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 505 mots

Dans le grec classique, logos signifie une parole ou la parole, et tout rôle qu'elle assume : profane (proposition, définition, exemple, science, opinion particulière, rumeur publique) ou sacré (réponse d'oracle, révélation d'en haut). Ce terme tient une place si considérable dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logos/#i_771

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

à l'utiliser pour caractériser le fonctionnement même du langage, autrement dit la façon dont nous percevons, imaginons et interprétons le monde dans lequel nous vivons. Et peut-être pourrons-nous, en retraçant cette étrange évolution, parcourir quelques-uns des chemins énigmatiques de notre relation au langage et au monde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_771

MINIMAL ET CONCEPTUEL ART

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Catherine MILLET, 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 6 311 mots

Dans le chapitre « Un nouveau langage critique »  : […] De la même façon que la philosophie analytique considère que l'approche d'un problème doit d'abord s'effectuer au travers de l'élucidation des termes qui rendent compte de ce problème, l'art conceptuel envisage le fait artistique au travers du discours qui l'accompagne. L'école d'Oxford, que l'on appelle aussi la « philosophie du langage ordinaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-minimal-et-conceptuel/#i_771

LE MOT ET LA CHOSE, Willard van Orman Quine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 961 mots

Le Mot et la chose n'est pas seulement le plus connu des livres que Willard van Orman Quine (1908-2000) a publiés ; il est aussi celui qui aura engagé la philosophie issue du cercle de Vienne, après son implantation aux États-Unis, dans les voies nouvelles dont la philosophie analytique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mot-et-la-chose/#i_771

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Où tout devient jeu »  : […] part notable des sommes de logique, l'analyse des modi supponendi n'a jamais été une fin en soi. Les suppositiones sont un outil analytique, le plus général de tous, un outil fait pour servir. La suppositio est la propriété référentielle d'un terme pris dans un contexte d'assertion dont la forme principale est évidemment la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_771

MÜLLER FRIEDRICH MAXIMILIAN dit MAX (1823-1900)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 947 mots

Indianiste, linguiste, mythologue d'origine allemande, Friedrich Maximilian Müller a laissé une œuvre qui, avec ses vingt volumes, ouvrait un chemin de crête dans le massif nouvellement découvert de l'histoire des religions. Sanskriste, élève de Burnouf à Paris, chargé par la Compagnie des Indes d'éditer le Rig-Veda, il enseigna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muller-friedrich-maximilian-dit-max/#i_771

MYTHE - Mythos et logos

  • Écrit par 
  • Clémence RAMNOUX
  •  • 3 294 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Naissance d'un langage »  : […] Plus difficile à saisir est le processus par lequel un vocabulaire ontologique se substitue aux noms des éléments. Par un emprunt partiel au vocabulaire déjà technique des arts du nombre et de la figure, il range, par exemple, dans les tables pythagoriciennes, l'Un et la Dyade, la Limite et l'Infini, en colonne avec le Mâle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-mythos-et-logos/#i_771

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le langage du mythe »  : […] Si le mythe est avant tout une forme de discours, c'est dans le cadre des sciences sémiologiques qu'il faut d'abord le placer. Ces sciences, dont la linguistique est le fer de lance, fournissent en effet toutes les sciences humaines en modèles d'une grande efficacité. Mais il y a deux manières de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_771

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 401 mots
  •  • 1 média

tout le contenu de notre savoir. Mais ils veulent, chacun à sa manière, renouveler ce thème vénérable de la tradition philosophique et en préciser le sens à la lumière de l'actuelle pratique scientifique. Ils s'occupent enfin d'expliciter la fonction logique du langage, considéré comme source de tout l'aspect formel de nos connaissances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_771

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 082 mots

Dans le chapitre « Le sens, la référence et le nom propre »  : […] Logiciens et anthropologues ont diversement traité la question du nom propre dans son rapport au sens et à la référence, les linguistes s'en trouvant détournés par la clôture saussurienne sur la relation, immanente au signe lui-même, du signifiant au signifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_771

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Le nominalisme des empiristes modernes »  : […] 1958) a qualifié de «  conceptualisme réaliste » (« réaliste » au sens moderne), le concept, assimilé à un terme mais mental, y est un élément d'un langage plus profond et plus commun que les diverses langues historiques ; sa véracité de signe naturel est garantie par la croyance en un ordre de la nature issu du Créateur. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme/#i_771

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] représenté dans un symbolisme plus ou moins élaboré. Comment se manifeste pour ainsi dire grammaticalement le statut d'objet, en particulier dans la langue ordinaire, ainsi que dans les symbolismes formulaires créés par les logiciens ? Frege propose à cet égard une distinction devenue classique entre objet (Gegenstand) et concept (Begriff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_771

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Langage et ontologie »  : […] semble bien un caractère que le discours scientifique a en partage avec d'autres discours. Il est alors raisonnable d'explorer l'hypothèse selon laquelle la position d'être serait un postulat qui appartiendrait au discours en tant que tel. C'est cette hypothèse qui conduit à interroger le langage lui-même quant à ses implications ontologiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_771

ORGANON, Aristote - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 827 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une science du penser »  : […] Le premier des six traités de l'Organon : les Catégories (Katègoriai) se présente comme une analyse du langage (ordonner en classes tout ce qui peut être prédiqué d'un sujet), mais aussi, par voie de conséquence, comme une investigation des sens de l'être (la substance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organon/#i_771

PARADOXE

  • Écrit par 
  • Yannis DELMAS-RIGOUTSOS
  •  • 1 632 mots

Dans le chapitre « Paralogies »  : […] e siècle, parce qu'ils furent au cœur des interrogations des philosophes du langage. En effet, l'erreur de raisonnement, facile à déceler, est souvent difficile à caractériser et à cerner précisément. Celle-ci provient le plus souvent d'une procédure logique usuellement vraie mais fausse dans le cas d'espèce. La solution de ces paradoxes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paradoxe/#i_771

PARAIN BRICE (1897-1971)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 620 mots

À l'origine de l'œuvre de Brice Parain se trouve moins une intuition qu'une déception. Très tôt, Parain découvre la profonde duplicité du langage : il est notre fatalité puisqu'il nous permet de communiquer. Mais il ne nous unit qu'en nous trahissant : il nous donne l'illusion que c'est nous qui parlons, alors que nous ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brice-parain/#i_771

PATAÑJALI LE GRAMMAIRIEN (-IIe s.?)

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 1 873 mots

Dans le chapitre « Le contenu du « Mahābhāṣya » »  : […] L'introduction, appelée « Paspaśā », est un morceau célèbre. Elle définit le sujet de la grammaire, à savoir les mots du veda et de l'usage courant, définit la notion de parole, sons qui procurent la connaissance d'objets, la forme sonore étant ce dont traite directement la grammaire. Elle expose les buts de la grammaire : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/patanjali-le-grammairien/#i_771

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intentionnalité des pensées »  : […] On peut se demander si ces caractéristiques des pensées comme contenus d'attitudes propositionnelles – leur intentionnalité, leur caractère structuré et systématique – ne sont pas intrinsèquement celles de contenus et de significations linguistiques, et si la possession de pensées ne dépend pas de la possession d'un langage. On peut aussi se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_771

PERELMAN CHAÏM (1912-1984)

  • Écrit par 
  • Michel MEYER
  •  • 1 393 mots

relation codifiée de termes et de propositions univoques. Elle présuppose un langage idéal, où, tel un échiquier, chaque élément a sa place fixée d'avance avec des règles préétablies et conventionnelles d'usage. Il ne faut pas être un grand spécialiste du langage pour se rendre compte que l'usage réel du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaim-perelman/#i_771

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction linguistique »  : […] La sophistique n'était pas seulement caractérisée par ce que nous appellerions un relativisme culturel, mais aussi et peut-être principalement par une philosophie du langage. Le succès des plus célèbres sophistes semble avoir reposé sur leur virtuosité dans les jeux rhétoriques interchangeables ; mais, au-delà de la recherche d'un profit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_771

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philosophie du langage »  : […] Un autre secteur de la philosophie analytique qui, depuis la fin des années 1970, attire plus spécialement l'attention des philosophes de langue française est celui que l'on a appelé, à la suite des travaux de J. R. Searle, la « philosophie du langage ». Cette dénomination n'est peut-être pas très heureuse ; on peut craindre, en particulier, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_771

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Penser et parler »  : […] une conviction (pistis), la pensée doit prendre du recul par rapport à son contenu et réfléchir à ce qu'elle dit. Dans l'opinion, la pensée passe tout entière dans son énoncé ; la dialectique exige un excédent de la pensée sur le langage, et cela d'autant plus que tout langage doit tenir compte de la particularité d'une langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_771

PORT-ROYAL GRAMMAIRE DE

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 030 mots

De 1644 à 1660, Claude Lancelot, professeur aux Petites Écoles de Port-Royal des Champs rédige une série de grammaires (latine, grecque, italienne, espagnole) qui instaurent une importante réforme dans l'enseignement des langues et entraîneront un grand bouleversement épistémologique. Jusqu'alors les manuels d'enseignement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaire-de-port-royal/#i_771

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « La leçon philosophique »  : […] L'approche pragmatique intéresse le philosophe à plusieurs titres ; tout d'abord, dans la mesure où sa genèse est complexe et où son programme requiert des interprétations multiples ; ensuite, du fait qu'elle requiert des arbitrages interdisciplinaires entre linguistes, logiciens, sémioticiens, socio-linguistes et spécialistes de la communication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/#i_771

PUTNAM HILARY (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Christiane CHAUVIRÉ
  •  • 944 mots

partisans quelque peu solipsistes d'un contenu mental isolable du contexte et du monde. Le souci qu'il a du facteur social apparaît aussi dans son idée de division sociale du travail linguistique et des stéréotypes langagiers, ainsi que dans sa théorie causale de la référence. Cette théorie nous prémunit contre le scepticisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hilary-putnam/#i_771

RAMUS PIERRE DE LA RAMÉE dit (1515-1572)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 147 mots

Humaniste français qui entreprit dans la science du temps de la Réforme une critique analogue à celle de Luther et de Calvin dans l'ordre religieux. Né à Cuth, dans le Vermandois, Ramus appartient à une famille très modeste ; son père est laboureur et son grand-père charbonnier. À huit ans, il fait seul à pied le voyage de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ramus/#i_771

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'Antiquité classique »  : […] doit, pour être représentation, s'exprimer sous la forme linguistique d'un énoncé. Platon, Aristote, les stoïciens analysent de façons différentes cette mise en forme dans un langage : liaison entre le nom d'un substrat et le nom d'une propriété, chez l'un, affirmation ou négation d'un fait existant chez les autres. Mais, dans tous les cas, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_771

RÉALITÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 1 047 mots

Nos affirmations sur ce qui est réel ne peuvent être comprises, selon John L. Austin dans Le Langage de la perception (2007), comme originaires mais plutôt comme dérivées : ce n’est que par contraste avec une croyance erronée (il est riche) que nous sommes portés à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realite-sociologie/#i_771

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 112 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Un langage de l'homme qui dit son humanité »  : […] Cette importance des faits de langage à l'époque de la Renaissance commence à être reconnue non plus seulement par les philologues et les historiens des langues, mais aussi par les philosophes, les historiens des idées et les historiens des sciences : les recherches linguistiques contemporaines ainsi que la maturation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_771

RICŒUR PAUL (1913-2005)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 2 371 mots

Dans le chapitre « Du texte à l'action »  : […] Ricœur plaide vigoureusement pour une conception du langage qui rende justice à sa visée référentielle. L'analyse des énoncés métaphoriques montre que c'est le langage le moins directement référentiel qui dit le mieux le secret des choses. La métaphore vive rend possible un « voir-comme » qui trouve son prolongement ontologique dans « l'être-comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-ricoeur/#i_771

ROGER BACON (1212/1220-1292)

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 1 837 mots

Dans le chapitre « L'apport principal de Roger Bacon : sa logique et sa philosophie du langage »  : […] De toutes les faiblesses de la société chrétienne, c'est, cependant, l'incapacité des jeunes théologiens mendiants à fonder l'exégèse sur une connaissance approfondie des langues qui répugne le plus à Bacon. Il n'a jamais assez de mots pour stigmatiser la « bêtise » et la « frivolité » de ses contemporains en matière de linguistique et de logique. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bacon/#i_771

RORTY RICHARD (1931-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 536 mots

Dans le chapitre « De la philosophie analytique au pragmatisme »  : […] radicalement vers le pragmatisme, cet épisode de sa vie et de sa pensée se caractérise par un intérêt pour le langage dont The Linguistic Turn (1967) fournit une excellente illustration, et qui ne se démentira pas dans la mesure où les problèmes philosophiques, autant que ceux qui touchent à ce que Wittgenstein appelait une « forme de vie », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-rorty/#i_771

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'épistémologie logicisée »  : […] Dans sa philosophie du langage, Russell s'est préoccupé de la signification et du sens, ainsi que de leurs rapports à l'administration de la vérité. Il situe le non-sens et le négatif. Tout en suivant la grammaticalité depuis le mot jusqu'aux syntagmes et l'enchaînement de ces derniers, il fait un sort aux mots logiques (les connectifs « et », « ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-russell/#i_771

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne »  : […] du cercle de Vienne conçoivent la philosophie comme une entreprise de clarification du langage : « Clarifier des problèmes et des énoncés, et non poser des énoncés proprement philosophiques, constitue la tâche du travail philosophique. La méthode de cette clarification est celle de l'analyse logique » (Manifeste du cercle de Vienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_771

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le réseau sémiotique de Leibniz »  : […] Aussi, à côté de Leibniz, Locke consacrera-t-il ses Essais sur l'entendement humain avant tout à l'étude de la semiosis spécifique du langage humain, de sorte qu'après lui les sémioticiens du xviiie siècle s'attaqueront concrètement au matériau langagier et essaieront de fonder une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semiologie/#i_771

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 492 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'impensable objet de pensée : l'essai et l'impresceptible »  : […] Une phénoménologie du dire s'est ainsi élaborée, qui tente de cerner la pensée de l'impensable, qui essaie de comprendre ce que signifie dire « le rien qui reste » (Blanchot, Agamben). Car le néant n'existe que dans et par la parole. Dès les premiers écrits, cette question hante les rescapés. Garante de la réalité, de la matérialité des faits, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_771

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité et le Moyen Âge »  : […] Une longue histoire du problème du signe et du sens a plutôt enseigné à ne pas relier les deux sphères de la pensée et du langage et même à les séparer. Dans le Cratyle, Platon s'interroge longuement sur la « justesse » des mots ; il renvoie dos à dos les deux protagonistes dont l'un veut que les mots naissent de la « convention » et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_771

SOPHISME

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 901 mots

Transcription du grec sophisma, désigne l'artifice de langage dont usait le sophiste de l'Antiquité, le raisonnement trompeur ou embarrassant pour l'interlocuteur, l'argumentation fallacieuse, voire la faute de raisonnement. Primitivement, c'est le tour d'adresse ingénieux, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophisme/#i_771

STEINER GEORGE (1929-    )

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 2 179 mots

Dans le chapitre « Le langage »  : […] des conceptions philosophiques et linguistiques contemporaines, mais aussi une réflexion personnelle sur la situation du plurilingue. Et c'est cette préoccupation pour le langage qui lui permet de jeter un pont entre ces deux univers philosophiques que tout sépare : la philosophie analytique anglo-saxonne, et les diverses théories « continentales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-steiner/#i_771

STILPON (-IVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 376 mots

Chef de l'école philosophique de Mégare vers ~ 330, Stilpon donne à celle-ci, par son habileté dialectique et la puissance de sa personnalité, un rayonnement considérable : il a notamment pour disciple Zénon de Cittium, le futur fondateur du stoïcisme, dont la dialectique reprendra souvent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stilpon/#i_771

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 431 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La logique comme théorie du langage »  : […] La logique des stoïciens comporte deux parties : la dialectique, qu'on peut traduire par théorie du langage, et la rhétorique. Cette théorie du langage contient une logique au sens moderne. Trois choses y sont étroitement liées : le signifiant, le signifié ou sémantème (lekton), et le corrélat de ceux-ci dans la réalité. Dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_771

STRAWSON PETER FREDERICK (1919-2006)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 337 mots

Né en 1919, fellow de l'université d'Oxford où il fit ses études (St. John's College), Peter Frederick Strawson est l'un des auteurs dominants de la philosophie dite du langage ordinaire, qui procède, pour ses prémisses, du second Wittgenstein, pour sa méthode scrupuleuse, de Moore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-frederick-strawson/#i_771

SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 2 385 mots

Dans le chapitre « Élaboration du symbolique »  : […] Freud », in Scilicet). En effet, avec le parti pris de ne traiter langage, mythe, art et connaissance que « dans la mouvance des opérations du je », Cassirer emprunte à son linguiste de référence le sens du terme « forme ». En fait, dans son ouvrage De l'origine des formes grammaticales et de leur influence sur le développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique/#i_771

SYSTÈME, épistémologie

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 4 154 mots

Dans le chapitre « La déductibilité »  : […] De façon générale, un discours de type théorique se présente comme une suite de propositions formulées dans un langage qui peut être entièrement artificiel (c'est-à-dire construit selon des règles précises, adoptées à l'avance) ou consister en une extension du langage naturel (obtenue en ajoutant à celui-ci des termes nouveaux, définis dans le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-epistemologie/#i_771

TEMPS

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU, 
  • Olivier COSTA DE BEAUREGARD
  •  • 14 773 mots

Dans le chapitre « Genèse anthropologique »  : […] Le deuxième instituteur de l'homme est le langage. L'acquisition de celui-ci est liée aux rapports intersubjectifs de l'enfant, notamment aux relations qu'il entretient dès sa naissance avec sa mère ou son substitut. Grâce au langage, les données mémorielles de l'enfant parviennent à s'organiser : le symbolisme linguistique, confronté à l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temps/#i_771

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Questions épistémologiques »  : […] Le langage théologique se présente comme l'ensemble des signes organisables en un ensemble de propositions descriptives qui ne peuvent être comprises qu'en fonction d'un terme clef : « Dieu ». Ce terme spécifie à lui seul un ensemble propositionnel plus vaste : le langage religieux, dont il détermine le sens soit en étant un élément explicite d'au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_771

THÉOLOGIE NÉGATIVE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 3 863 mots

Dans le chapitre « Apophatisme, langage et mystique »  : […] Nous retrouvons dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein des problèmes analogues à ceux que Damascius avait posés. Mais l'opposition n'est plus cette fois entre le tout et le principe, mais entre le langage ou le monde et son sens : « La proposition est capable de représenter la réalité, écrit-il, mais elle n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-negative/#i_771

TRACTATUS LOGICO-PHILOSOPHICUS, Ludwig Wittgenstein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 919 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la logique »  : […] en décline la composition sur le mode de l’explicitation des propositions principales. La proposition et la conception du sens qui lui est liée en constituent le centre. Une proposition est un énoncé doué de sens, c’est-à-dire susceptible d’être vrai ou faux. Selon la doctrine du Tractatus, ce qui fait d’un énoncé qu’il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tractatus-logico-philosophicus/#i_771

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « Le sujet de la vérité »  : […] Vérité » ainsi que son antonyme « fausseté » sont des adjectifs substantivés. Ces adjectifs, « vrai » et « faux », ne peuvent être employés proprement que comme prédicats. Quels sont les sujets possibles pour de tels prédicats ? Ils ne peuvent être attribués, en toute rigueur, à des choses, mais seulement à ce que nous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_771

VOLONTÉ

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 8 783 mots

Dans le chapitre « Le noyau phénoménologique »  : […] naturelle. Est-ce à dire que, n'étant pas des causes, les motifs sont des raisons ? On serait enclin à le croire, comme le font tant d'analystes du langage de l'action, si l'on consultait seulement le langage ; en effet, les motifs trouvent dans le langage une expression privilégiée, lorsqu'ils prennent la forme canonique d'un argument, d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volonte/#i_771

VYGOTSKI LEV SEMENOVITCH (1896-1934)

  • Écrit par 
  • Jean-François RICHARD
  •  • 280 mots

Professeur à l'institut de psychologie de l'université de Moscou, L. S. Vygotski s'est consacré à l'étude du développement des fonctions mentales supérieures. Du fait de la brièveté de sa carrière scientifique et du retard avec lequel son œuvre fut connue en dehors de l'Union soviétique (son ouvrage principal fut traduit seulement en 1956 sous le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lev-semenovitch-vygotski/#i_771

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Traité logico-philosophique). Il y expose, en soixante-quinze pages d'aphorismes, que le seul usage correct du langage est d'exprimer les faits du monde, que les règles a priori de ce langage constituent la logique (telle que l'ont conçue Frege et Russell), que le sens éthique et esthétique du monde relève de l'indicible et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/#i_771

WITTGENSTEIN LUDWIG, en bref

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

Wittgenstein n'a publié de son vivant qu'une mince plaquette, le Tractatus logico-philosophicus (1921). Il est l'auteur d'un seul autre livre, les Recherches philosophiques qui ne paraîtront qu'en 1953, deux ans après sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wittgenstein-l-en-bref/#i_771

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul RICŒUR, Jean-Pierre COMETTI, « LANGAGE PHILOSOPHIES DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/