AGAMBEN GIORGIO (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Giorgio Agamben, né à Rome en 1942, est très certainement l'une des figures les plus originales de la philosophie italienne de la seconde moitié du xxe siècle. Après des études de droit et une thèse de philosophie juridique sur Simone Weil, il fait la rencontre dans les années 1960, à Rome, de Pasolini, d'Elsa Morante, de Moravia qui contribuent à affiner ses goûts pour la littérature. De 1966 à 1968, il est l'un des rares privilégiés à participer aux séminaires organisés autour de Heidegger, avec René Char et Jean Beaufret, au Thor. Deux autres rencontres furent décisives pour sa pensée, celle de José Bergamín et celle des écrits de Walter Benjamin dont il découvrit à la Bibliothèque nationale, à Paris, des manuscrits qu'il a contribué à éditer alors qu'il préparait l'édition italienne des œuvres complètes de l'écrivain et philosophe. Cette formation et ces rencontres, sa passion pour la philologie et les études érudites, ses intérêts pour la linguistique (avant tout celle de Benveniste) ou la psychanalyse (la théorie lacanienne) contribuent à définir l'originalité d'une pensée et d'une écriture tournées vers la question du langage : « Dans mes livres publiés, comme dans ceux que je n'ai pas écrits, se fait jour une seule réflexion obstinée : que signifie „il y a du langage“, que signifie „je parle“ ? » Son premier ouvrage traduit – Stanze. Parole et fantasme dans la culture occidentale (1977, trad. franç. 1981) – recueille ces riches expériences en un ensemble à la fois érudit (ces recherches sont issues d'un séjour au Warburg Institute de Londres) et foisonnant d'aperçus féconds sur les rapports entre la philosophie et la poésie, le réel et l'imaginaire, les « épiphanies de l'insaisissable » et les illusoires stratagèmes (rhétoriques, psychologiques) par lesquels les traditions occidentales ont essayé de « s'approprier l'inappropriable ». Baudelaire et les troubadours constituent alors ses objets d'étude privilégiés. Cette question du propre, de l'appropriation, va être développée de diverses manières dans une suite d'ouvrages qui en révéleront progressivement les implications éthique, juridique ou politique. Idée de la prose (1988) explore en une suite de courts textes, qui sont comme autant de « miniatures », la fracture dans le langage entre la langue et le discours (pour reprendre les catégories de Benveniste) et la faille entre la langue et la voix. Cette « nature scindée de l'homme entre langue et parole » sera analysée dans Enfance et histoire (1978, trad. franç. 1989). Si, parmi tous les êtres, seul l'homme a une enfance, et si c'est « dans et par le langage que l'homme se constitue en sujet » qui peut avoir une expérience et une histoire, comment concevoir les rapports entre enfance, langage et histoire ? Dans son séminaire Le Langage et la mort (1982, trad. franç. 1991), travaillant à partir de Hegel et de Heidegger, Agamben approfondira ces questions faisant signe vers une pensée de l'homme en tant que le seul être qui, n'ayant pas de vocation déterminée, est ouvert au possible, signe de sa puissance et de son impotence.

Giorgio Agamben

Photographie : Giorgio Agamben

Le philosophe italien Giorgio Agamben : une pensée et une écriture tournées vers la question du langage. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Cette pensée de l'indétermination fondamentale de l'homme va être développée dans La Comunità che viene (1990, traduit en français sous le titre La Communauté qui vient, la même année) et dans Moyens sans fin (1995). Nos sociétés de masse posent avec acuité la question d'une « singularité sans identité » : « Si les hommes [...] parvenaient à faire de leur propre être-ainsi non pas une identité mais une singularité commune et absolument exposée, [...] alors l'humanité accéderait pour la première fois à une communauté sans présupposé et sans objet, à une communauté qui ne connaîtrait plus l'incommunicable. » C'est sur une réflexion sur l'être-ensemble des hommes, lue à la sombre lumière des camps – avant tout ceux d'extermination mis en œuvre par le nazisme –, que débouchent les derniers travaux du philosophe. Dans Homo sacer I. Le Pouvoir souverain et la vie nue (1995 ; trad. franç. 1997), constatant avec Hannah Arendt que « la vie biologique occupe progressivement le centre de la scène politique de la vie moderne », et prolongeant les analyses esquissées par Michel Foucault sur le « biopouvoir », Agamben essaie de pe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AGAMBEN GIORGIO (1942- )  » est également traité dans :

CE QUI RESTE D'AUSCHWITZ (G. Agamben) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 1 091 mots

Ce qui reste d'Auschwitz (trad. P. Alféri, Rivages, Paris, 1999) fait suite à deux analyses des formes contemporaines du pouvoir : Des moyens sans fins, notes sur la politique (1995) et Homo sacer, le pouvoir souverain et la vie nue (1997). Il s'agissait, dans les essais précédents, de réfléchir sur l'impensé des théor […] Lire la suite

LA PUISSANCE DE LA PENSÉE (G. Agamben)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 991 mots

Réunis en trois sections (« Langage », « Histoire », « Puissance ») de sept essais et conférences chacune, écrits entre 1975 et 2004, les essais qui composent La Puissance de la pensée (trad. J. Gayraud et M. Rueff et publiés dans la Bibliothèque Rivages) offrent une excellente introduction à l'œuvre du philosophe italien […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un terme à multiples facettes »  : […] Après la mort de Foucault, l'usage du terme « biopolitique » connaît une inflation importante. On en trouve un premier emploi très généraliste, soit qu'il s'agisse de repérer, au travers de politiques actuelles, l'intervention des pouvoirs publics sur le corps (D. Fassin et D. Memmi, Le Gouvernement des corps , 2004), soit qu'on tente de décrire les problèmes politiques posés par les possibilités […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 032 mots

Dans le chapitre « Antonio Negri et Giorgio Agamben : deux conceptions du biopolitique »  : […] Le concept de biopolitique oscille ainsi entre une conception contraignante de l’individu et une vision plus ouverte de la population. Cette opposition apparaît à travers la reprise du concept dans les années 1990 par deux philosophes italiens, Antonio Negri et Giorgio Agamben, qui en font un outil de diagnostic de la modernité. Negri situe le passage du pouvoir souverain au biopouvoir non à la f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « AGAMBEN GIORGIO (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-agamben/