CHOMSKY NOAM (1928- )

Noam Chomsky est le linguiste vivant le plus important et le plus connu. Son influence sur la linguistique contemporaine est déterminante. Né à Philadelphie en 1928, formé à la linguistique par Z. S. Harris – un des principaux théoriciens du distributionnalisme – au début des années 1950, il élabore dans sa thèse The Logical Structure of Linguistic Theory, écrite en 1955, les instruments formels qui permettent pour la première fois à la syntaxe et à la sémantique de rejoindre la phonologie dans le domaine des études rigoureuses et empiriquement motivées : y est développée l'idée fondamentale que la maîtrise d'une langue peut être simulée par le biais d'un ensemble de règles et de principes explicites, qui constituent une grammaire « générative », c'est-à-dire une procédure qui énumère et analyse mécaniquement tous les énoncés bien formés de la langue étudiée et rien qu'eux. Depuis lors, ses contributions techniques ont été à la source d'une multitude de travaux portant sur les langues les plus diverses. Ses thèses sur les rapports entre linguistique, psychologie et biologie, qui redonnent vie aux approches rationalistes du langage des xvii e et xviii e siècles, ont été pour une part importante, à la source de la « révolution cognitive » des années 1950 et 1960. Le département de linguistique du Massachusetts Institute of Technology, où il a enseigné de 1956 au début des années 2000, a formé et accueilli des linguistes du monde entier. Par-delà les descriptions précises ainsi accumulées depuis cinquante ans, la grammaire générative fournit une caractérisation motivée et riche de ce qui, pour Chomsky, constitue l'objet ultime de la linguistique, à savoir la faculté de langage des hommes, une propriété biologique propre à notre espèce. Le programme de recherches « minimaliste » qu'il a fait naître il y a une quinzaine d'années tente d'esquisser dès maintenant des réponses à la question de savoir comment les propriétés de la faculté de langage telles qu'elles émergent des travaux linguistiques peuvent avoir surgi dans un organe mental propre à notre seule espèce. Les écrits politiques de Chomsky sont eux aussi nombreux et influents. Sa lutte contre la politique extérieure de son pays – au Vietnam, en Amérique centrale, dans les Balkans, au Proche-Orient – a été à la source de quantité de livres et d'articles où sont dénoncés avec vigueur les risques que fait courir la politique impériale des États-Unis.

Le savoir linguistique

L'ensemble des travaux linguistiques de Chomsky depuis 1955 se laisse décrire comme une tentative constamment reprise pour répondre aux deux questions suivantes : 1. Comment caractériser le savoir linguistique d'un locuteur – Pierre, John, Mamuro, etc. – maîtrisant la langue de sa communauté ? 2. Comment ce savoir linguistique, cette « langue interne » (LI) est-elle acquise ?

Un examen même superficiel suffit à attribuer à la langue interne de tout locuteur des propriétés complexes et subtiles. Chacun comprend et produit des phrases qu'il n'a jamais entendues : nos discours sont faits pour l'essentiel d'énoncés nouveaux dans l'histoire de notre langue. Nous segmentons les énoncés, y discernons des ambiguïtés de structure (cf. Jean a attaqué l'homme au couteau, la petite brise la glace), leur attribuons différents statuts allant de l'acceptable à l'inacceptable en passant par le douteux (cf. Quel livre as-tu acheté ? * Comment ne sais-tu quel livre acheter ?,  ? Quel livre ne sais-tu comment acheter ?). Nous discernons les relations de coréférence possibles entre pronoms et expressions référentielles : nous savons par exemple que Pierre et le ne peuvent désigner la même entité dans Pierre l'aime mais le peuvent dans Même[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Jean-Yves POLLOCK : professeur des Universités, université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Pour citer cet article

Jean-Yves POLLOCK, « CHOMSKY NOAM (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Noam Chomsky

Noam Chomsky

Noam Chomsky

Noam Chomsky en 1987, dans son bureau du Massachusetts Institute of Technology (université de…

Autres références

  • LA FABRIQUE DE L'OPINION PUBLIQUE (N. Chomsky et E. S. Herman)

    • Écrit par Jean BRICMONT
    • 6 089 mots

    Des milliers de livres, d'articles, de cours, de films ont fermement ancré dans notre conscience un modèle de propagande « orwellien », où un Big Brother décide ce que le public doit savoir ainsi que l'interprétation souhaitable des faits, et où les journalistes rivalisent de servilité pour mettre[...]

  • STRUCTURES SYNTAXIQUES, Noam Chomsky - Fiche de lecture

    • Écrit par Gabriel BERGOUNIOUX
    • 4 608 mots

    Noam Chomsky est né en 1938 dans une famille d’universitaires (son père est professeur d’hébreu). Après à des recherches en phonologie qui aboutissent à la publication, en collaboration avec Morris Halle, de The Sound Pattern of English (1968), il oriente ses recherches vers la grammaire[...]

  • ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

    • Écrit par Jean-Jacques NATTIEZ
    • 28 178 mots
    • 1 média
    Mais, parmi les modèles linguistiques importés dans l'analyse musicale, c'est la grammaire générative de Chomsky qui a le plus retenu l'attention, sans doute parce que, dès la fin des années soixante, elle est devenue le paradigme dominant de la linguistique moderne. Mais, pour explicite que soit[...]
  • ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

    • Écrit par Arnaud HALLOY
    • 31 948 mots
    [...]psychique. C’est également une période de transformations importantes en linguistique, notamment avec la parution du livre Syntactic Structures de Noam Chomsky (1957), dans lequel il affirme que les propriétés de surface du langage sont générées par des structures cognitives « profondes », c’est-à-dire[...]
  • AUTRUI (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 19 429 mots
    [...]aucun d’entre eux n’est capable, comme le sont les humains, d’user d’une expression toujours nouvelle et qui soit en rapport avec la situation vécue. Le linguiste Noam Chomsky rend hommage à cet argument en rédigeant une L inguistique cartésienne (1966) : dans cet ouvrage, il distingue la compétence[...]
  • BEHAVIORISME

    • Écrit par Jean-François LE NY
    • 25 744 mots
    • 2 médias
    Les premiers actes en sont la publication en 1957 du livre de Skinner, Verbal Behavior, et la critique acérée qu'en donne Noam Chomsky deux ans plus tard. Paradoxalement, l'ouvrage de Skinner est presque entièrement spéculatif ; Chomsky considère qu'il donne, en outre, des activités langagières une[...]
  • CERVEAU HUMAIN

    • Écrit par André BOURGUIGNON, Cyrille KOUPERNIK, Pierre-Marie LLEDO, Bernard MAZOYER, Jean-Didier VINCENT
    • 70 297 mots
    • 9 médias
    [...]de l'activité cérébrale. Nous n'y insisterons pas, pour considérer plutôt le problème langage-pensée, qui a tant préoccupé les grammairiens de Port-Royal et que N. Chomsky a remis à l'ordre du jour, sans que sa prise de position permette d'entrevoir clairement la solution, tout au moins actuellement.
  • Afficher les 35 références

Voir aussi