Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LANGAGE (notions de base)

  • Article mis en ligne le
  • Écrit par

La philosophie a du mal à trouver un juste équilibre dans son rapport au langage. Soit elle oublie d’interroger sa place et néglige son importance, prenant alors la forme d’une pensée qui oublie qu’elle se dit, soit elle sombre dans l’obsession du langage, renonçant à ce qu’elle est pour laisser le champ libre à un langage qui oublie qu’il peut se penser et qu’il pense. Gilbert Hottois a ainsi intitulé L’Inflation du langage dans la philosophie contemporaine son premier ouvrage, publié en 1979. Fuyant ces deux travers, la philosophie se doit donc d’intégrer le fait que la pensée peut se dire et que le langage peut se penser.

Si l’on veut recourir à la terminologie des linguistes, on pourrait dire que le rapport entre le langage et la pensée est beaucoup plus complexe qu’un simple rapport entre un signifiant (terme qui désigne le plus souvent le mot dans sa matérialité d’« image acoustique ») et un signifié (ce à quoi renvoie ce mot). Car le langage peut se prendre lui-même pour objet, le signifiant devenant alors signifié. Ce renversement n’a rien d’accidentel, il caractérise au contraire le langage en son essence même. Une véritable unité rassemble « la paille des mots et le grain des choses », ainsi que l’exprimait G. W. Leibniz (1646-1716).

Les mots et les choses

Dès la philosophie grecque, deux approches ont pu être théorisées. La première repose sur l’absence de dissociation entre les mots et les choses, la seconde sur une séparation radicale entre les uns et les autres.

La première approche prend racine dans une conception magique ou infantile du langage, ou encore dans ce qu’on a pu qualifier d’« obstacle épistémologique ». L’idée selon laquelle la ville de Rome avait un nom secret jalousement gardé par les Pontifes (les membres des collèges sacerdotaux de la religion romaine) et que la connaissance de celui-ci aurait donné aux ennemis de Rome la capacité de détruire la cité est un exemple de conception magique du langage. De même, l’enfant, chez qui se manifeste la pensée magique, caractéristique psychologique du jeune âge, est intimement convaincu que la connaissance d’un nom donne un réel pouvoir sur la chose nommée. Enfin, dans l’histoire des sciences, un épistémologue tel que Gaston Bachelard (1884-1962) montre qu’une science encore jeune, même si elle nous éloigne apparemment de la pensée magique archaïque, ne suffit pas à empêcher les hommes d’être menacés de régression : « Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croire objectifs », écrit-il dans La Psychanalyse du feu (1938).

Ces conceptions magiques, infantiles, ou préscientifiques, ont connu en Grèce une forme de théorisation avec les philosophes cyniques. Antisthène (env. 440-env.-370 av. J.-C.) a poussé à sa limite cette conception où langage et réalité se confondent. Il remarque : « Tout discours est dans le vrai ; car celui qui parle dit quelque chose ; or celui qui dit quelque chose dit l’être, et celui qui dit l’être est dans le vrai. » Parler consisterait selon cette approche non pas à « parler de », mais à « dire quelque chose ». Il n’y aurait aucun milieu entre ne rien dire et dire vrai.

À l’opposé, nous trouvons l’hypothèse d’une séparation radicale entre les mots et les choses. Elle suppose une réalité découpée en catégories d’objets distincts avant même que nous les nommions. Cette illusion est à la fois démentie par la philosophie – qui montre que la réalité est fonction du sujet percevant – et par la linguistique – qui montre comment les langues découpent chacune à leur façon la « réalité », mettant par exemple en évidence les diverses façons dont les langues de la planète ont divisé l’arc-en-ciel tantôt en deux, tantôt en trois, tantôt en sept couleurs, affectant à chacune un nom particulier. Comme la précédente, cette conception a connu en Grèce[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur en classes préparatoires

Classification

Pour citer cet article

Philippe GRANAROLO. LANGAGE (notions de base) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le