Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure Fiche de lecture

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure

L'influence de Ferdinand de Saussure (1857-1913) sur la linguistique contemporaine tient à la publication posthume, en 1916, par deux de ses disciples, Charles Bally et Albert Sechehaye, de son Cours de linguistique générale. Longtemps méconnues, les hypothèses qui y sont développées ont trouvé dans les années 1960 un écho amplifié par le rôle de modèle alors dévolu à la linguistique dans le champ des sciences humaines, chez Claude Lévi-Strauss ou Jacques Lacan, par exemple. Depuis les années 1980, la publication des manuscrits saussuriens, commencée dans les années 1950, a fait connaître un projet plus radical encore, que Bally et Sechehaye, dans l'établissement du Cours, avaient un peu estompé.

La notion de signe

« Le signe linguistique est donc une entité psychique à deux faces [...] Nous appelons signe la combinaison du concept et de l'image acoustique : mais dans l'usage courant ce terme désigne généralement l'image acoustique seule, par exemple un mot (arbor, etc.). [...] L'ambiguïté disparaîtrait si l'on désignait les trois notions ici en présence par des noms qui s'appellent les uns les autres tout en s'opposant. Nous proposons de conserver le mot signe pour désigner le total, et de remplacer concept et image acoustique respectivement par signifié et signifiant ; ces derniers termes ont l'avantage de marquer l'opposition qui les sépare soit entre eux, soit du total dont ils font partie. [...] Le signe linguistique ainsi défini possède deux caractères primordiaux. [...] Le lien unissant le signifiant au signifié est arbitraire, ou encore, puisque nous entendons par signe le total résultant de l'association d'un signifiant à un signifié, nous pouvons dire plus simplement : le signe linguistique est arbitraire. [...] Le signifiant, étant de nature auditive, se déroule dans le temps seul et a les caractères qu'il emprunte au temps : a) il représente une étendue, et b) cette étendue est mesurable dans une seule dimension : c'est une ligne. »

De toutes les formules avancées par Ferdinand de Saussure, celle qui concerne le « signe » est probablement la plus discutée. Pour rompre avec la tradition philosophique qui se résume à définir le signe comme « quelque chose mis pour autre chose », Saussure ramène l'attention de la linguistique vers la constitution interne du signe en excluant le référent – la chose à quoi se substituerait le signe. Le signe est alors défini comme psychique, ce qui vaut aussi bien pour le signifié – c'est une évidence – que pour le signifiant. La langue, conçue comme système de signes, est construite en tant que réalité intellectuelle, de l'ordre du symbolique. Ce qui appartient à la pensée (les « concepts ») est rabattu sur la langue (le « signifié »), de même que ce qui appartient au signal en est détaché pour venir s'insérer dans une structure mentale abstraite : la phonologie d'une langue.

En prévoyant le développement d'une sémiologie générale, Saussure se fait le précurseur d'une science des systèmes de communication où les pratiques sociales deviennent autonomes, non seulement par rapport aux objets qui les supportent (la référence) mais aussi à l'égard de toute naturalité – c'est la thèse de l'arbitraire : il n'existe aucune unité intrinsèque entre l'image acoustique et le concept qu'elle produit dans la langue. Cette intuition a contribué largement à l'essor d'une anthropologie culturelle conçue en termes de signes et de fonctions.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Ferdinand de Saussure

Ferdinand de Saussure

Autres références

  • CRITIQUE LITTÉRAIRE

    • Écrit par Marc CERISUELO, Antoine COMPAGNON
    • 12 918 mots
    • 4 médias
    Quelques principes, extraits du Cours de linguistique générale de Saussure, sont devenus les articles de foi du structuralisme : l'opposition langue-parole, la conception de la langue comme système de signes, le signe comme opposition de l'image acoustique et du concept (signifiant et...
  • DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 1 199 mots
    • 1 média
    ...distinguer les deux perspectives, et justifié l'autonomie d'une approche synchronique de la langue à l'égard de la diachronie. Dans la première partie de son Cours de linguistique générale (1916, rééd. 1995), il introduit la différence entre la linguistique synchronique (ou « linguistique statique ») et la...
  • ÉCRITS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE (F. de Saussure)

    • Écrit par Jean-Claude CHEVALIER
    • 932 mots

    Peu de carrières scientifiques ont été aussi étranges que celle de Saussure. Après l'éclat du Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes (1878), puis la thèse, le jeune docteur est d'abord chargé de cours aux Hautes Études à Paris. Il revient à Genève...

  • LANGAGE PHILOSOPHIES DU

    • Écrit par Jean-Pierre COMETTI, Paul RICŒUR
    • 23 538 mots
    • 9 médias
    Le Cours de linguistique généralede Ferdinand de Saussure (1916) a imposé la conception structurale du langage qui domine largement la linguistique contemporaine en dépit des conflits d'écoles. Mais un événement des plus importants, du moins pour la philosophie du langage, est l'apparition...
  • Afficher les 11 références

Voir aussi