Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉTROLE Le transport

Malgré les nombreuses et considérables variations de prix qu'il a connues depuis 1973, le pétrole conserve toujours dans le monde une place prépondérante, en tête des différentes sources d'énergie, soit 36,4 p. 100 en 2005, alors que les combustibles solides représentaient 27,8 p. 100 et le gaz naturel 23,5 p. 100. Pour la France, qui a largement développé son industrie nucléaire, celle-ci fournissait à cette date 44 p. 100 de l'énergie totale consommée, et le pétrole 35,5 p. 100.

Or il se trouve que, pour une large part, les principales zones productrices de pétrole sont éloignées des principales zones consommatrices. C'est ainsi que 63 p. 100 des 3 836 millions de tonnes de pétrole consommé dans le monde en 2005ont fait l'objet d'un transport maritime de zone à zone.

Le transport par pipeline a pris également de l'expansion au cours des dernières décennies. Son développement s'explique soit parce qu'il permet de raccourcir considérablement les distances à franchir, soit parce que les lieux de production ne sont pas accessibles par mer, soit pour des raisons de sécurité ou politiques et, bien entendu, pour l'acheminement vers des zones de production ou de consommation situées à l'intérieur d'un même territoire.

Le besoin de transport maritime pétrolier

L'activité de transport maritime pétrolier n'avait cessé d'occuper une part croissante dans le commerce maritime mondial jusqu'en 1973, puisque, tous produits réunis, elle représentait alors, avec 1 640 millions de tonnes, 52,5 p. 100 du tonnage transporté par mer. À la même époque, cette activité paraissait encore plus importante en l'exprimant en tonnes-milles (tonnes transportées × milles parcourus), puisqu'elle couvrait à elle seule 66,3 p. 100 de l'activité mondiale totale de transport maritime.

Depuis lors, l'activité du transport maritime pétrolier a fortement varié. Le transport de pétrole brut a considérablement baissé jusqu'en 1985, croissant à nouveau régulièrement par la suite. Le transport des produits pétroliers, en revanche, a progressé lentement et de manière régulière.

En 2005, le transport maritime concernant le pétrole brut et les produits pétroliers ne représentait toutefois plus que 34 p. 100 du tonnage total transporté (égal à 7 100 millions de tonnes, toutes marchandises réunies), et 40,3 p. 100 de l'activité exprimée en tonnes-milles, ce qui constitue encore une part très importante du trafic maritime mondial.

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers - crédits : Encyclopædia Universalis France

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers

Bien que les principaux pays producteurs se soient dotés progressivement d'une industrie nationale de raffinage de pétrole brut destinée à leurs besoins propres mais aussi à l' exportation, la part du pétrole brut transporté par mer reste largement prépondérante, puisqu'elle représente encore en 2005 76,7 p. 100 du tonnage pétrolier total transporté par voie maritime, le solde étant constitué par les produits pétroliers finis ou semi-finis (fig. 1).

Le trafic maritime mondial lié au pétrole est très diversifié et peut quelquefois évoluer rapidement. En effet, il dépend directement, d'une part, des besoins des pays consommateurs qui importent du pétrole brut pour le traiter dans leurs usines de raffinage ainsi que des produits pétroliers finis ou semi-finis, et, d'autre part, de la localisation des pays exportateurs. En particulier, des problèmes politiques tels que la crise de Suez (1956) ou la guerre du Golfe (1991) peuvent le perturber brutalement.

Les échanges de pétrole brut et de produits raffinés ont lieu entre des zones exportatrices où se situent des capacités de production, et des zones importatrices qui sont liées aux consommations et aux capacités locales de raffinage (tabl. 1 et carte). Les variations relatives qui apparaissent entre les productions, les capacités de raffinage et les consommations[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : capitaine au long cours, directeur général de la Société maritime British Petroleum
  • : ancien président de la Compagnie nationale de navigation

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers - crédits : Encyclopædia Universalis France

Évolution du transport maritime de pétrole brut et de produits pétroliers

Échanges de pétrole brut et de produits finis - crédits : Encyclopædia Universalis France

Échanges de pétrole brut et de produits finis

Pétrole dans le monde - crédits : Encyclopædia Universalis France

Pétrole dans le monde

Autres références

  • ALASKA

    • Écrit par Claire ALIX, Yvon CSONKA
    • 6 048 mots
    • 10 médias
    ...de croissance explosive ont succédé des temps de stagnation et de reflux. C'est au commerce des fourrures, aux ruées vers l'or, aux dépenses militaires, et enfin à l'exploitation du pétrole que l'on doit ces expansions économiques et démographiques. De 1988 à 2006, l'économie s'est stabilisée et a progressé...
  • ALCANES

    • Écrit par Jacques METZGER
    • 3 614 mots
    • 11 médias
    Les pétroles sont des mélanges d'un grand nombre d'hydrocarbures, où les alcanes, notamment linéaires, prédominent, et de molécules fonctionnelles en petit nombre. Soumis aux opérations de raffinage, ils sont séparés par distillation fractionnée en coupes contenant des mélanges dont...
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Mais les principales richesses du sous-sol algérien sont sans conteste ses gisements de pétrole et de gaz découverts dans les années 1950 dans le Sahara.
  • AMOCO CADIZ MARÉE NOIRE DE L' (16 mars 1978)

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 469 mots

    Le soir du 16 mars 1978, le supertanker Amoco Cadiz s'échoue face au petit port breton de Portsall (Finistère-Nord), libérant, en quinze jours, 223 000 tonnes de pétrole léger et 4 000 tonnes de fioul lourd. Les conséquences en sont lourdes : 300 kilomètres de côtes polluées, entre 19 000...

  • Afficher les 116 références

Voir aussi