PIPELINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tiré du latin pipa, tuyau, et linea, ligne, le terme anglo-saxon pipeline — également prononcé à la française — s'applique spécifiquement aux systèmes de canalisations à haute pression (jusqu'à 100 bars) utilisés pour le transport à moyenne et grande distance des hydrocarbures liquides et gazeux.

Les débuts du transport par pipeline ont eu lieu aux États-Unis vers les années 1860, en relation avec les premières découvertes de pétrole brut. Utilisé initialement pour des raisons de commodité, le pipeline s'est rapidement imposé sur le plan économique. Son expansion est marquée non seulement par un accroissement des longueurs de canalisations, en exploitation, mais aussi par une augmentation de leur diamètre. La première cause du développement des transports par pipeline est liée à l'accroissement de la consommation des hydrocarbures et à la part prépondérante qu'ils ont prise dans l'approvisionnement des besoins énergétiques.

La seconde, caractéristique de l'économie du pétrole, tient à des besoins élevés en moyens de transport, car les lieux de production sont généralement très éloignés des centres de consommation.

La troisième cause doit être recherchée dans les avantages spécifiques du transport par conduite :

– forme liquide et gazeuse des hydrocarbures, convenant parfaitement à l'acheminement par canalisation ;

– pertes d'énergie minimales (frottement du liquide sur les parois) et contenant fixe (par de tare ni de retour à vide) ;

– trajet presque rectiligne (raccourcissement des distances par rapport aux moyens classiques : bateau, wagon) ;

– insensibilité pratique au relief et aux conditions géographiques (traversée de montagnes, de fleuves, de déserts, de bras de mer) ;

– emprise au sol quasiment nulle, autorisant les cultures et limitant les servitudes et les nuisances ;

– parfaite continuité de marche (pas d'entrave atmosphérique ni climatique) ;

– adaptation très marquée à l'automatisme (main-d'œuvre réduite par l'emploi de techniques d'automatisation très poussées).

On utilise pour la construction des pipelines des aciers ordinaires à haute limite élastique. Connaissant les caractéristiques de l'ouvrage (diamètre et épaisseur de la conduite, nuance d'acier), on peut déterminer l'énergie de pression à fournir au fluide par pompage ou par compression et définir la puissance des installations. Pour les liquides, une formule simple est P = QH/26.5 ρ, dans laquelle P est la puissance en chevaux-vapeur, H la pression en bars, Q le débit en mètres cubes par heure et ρ le rendement des groupes motopompes. Pour les gaz, les formules sont beaucoup plus complexes, car il faut tenir compte de la compressibilité du fluide transporté.

Le coût du transport par pipeline est inversement proportionnel au diamètre, ce qui met l'industrie correspondante en mesure d'améliorer ses prix de revient et d'accroître sa compétitivité. Les ouvrages modernes de transport de pétrole brut ou de gaz naturel ont des diamètres de l'ordre de 1 mètre à 1,20 m, limite pratique des possibilités actuelles de fabrication des usines à tubes, mais des diamètres atteignant 2 mètres sont envisagés dans un proche avenir, en vue du transport économique de grandes quantités de gaz naturel sur de très longues distances. Le développement de l'automatisme, au sens large du terme, affecte les motorisations des ouvrages, la transmission à distance des informations et des ordres. De plus il faut citer les progrès de la sidérurgie permettant la fourniture d'aciers à plus grande limite élastique, des améliorations dans la technologie des matériels, la simplification dans la concentration des ouvrages, ainsi qu'une spécialisation et une mécanisation toujours plus poussées dans la pose des conduites.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : ingénieur des Arts et Manufactures, directeur de la société des transports pétroliers par pipelines, Paris

Classification

Autres références

«  PIPELINE  » est également traité dans :

BAKOU-TBILISSI-CEYHAN OLÉODUC (B.T.C.)

  • Écrit par 
  • Marie KNAPIK
  •  • 510 mots

L' oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (B.T.C.), du nom des trois villes clés de son tracé, permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne, depuis l'Azerbaïdjan vers le grand port du sud-est de la Turquie, Ceyhan, via la Géorgie, puis de l'exporter sur les marchés mondiaux, évitant ainsi la Russie, l'Iran ou le passage par la mer Noire. Ouvrage majeur de génie civil, le B.T.C. a nécessité un assembla […] Lire la suite

CASPIENNE, géopolitique

  • Écrit par 
  • Garik GALSTYAN
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Le désenclavement de la Caspienne en matière d'énergie »  : […] Selon la Statistical Review of World Energy (2009), les réserves prouvées de pétrole des pays caspiens sont estimées à 35,6 milliards de tonnes (dont de 2,36 à 6 milliards pour la seule région caspienne), soit 19,4 p. 100 du total mondial. La plus grande part revient à l'Iran (18,9 milliards de tonnes), suivi par la Russie (10,2 milliards), le Kazakhstan (5,3 milliards) et l'Azerbaïdjan (1 milli […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fermer les boucles et favoriser les échanges au sein d’écosystèmes industriels »  : […] D’après la Fondation Ellen MacArthur, l’économie circulaire implique de distinguer les matières artificielles et les matières naturelles, les premières devant être valorisées par le recyclage industriel et les secondes, qui seules sont biodégradables, pouvant être réintroduites dans le milieu naturel : « Une économie circulaire restaure, régénère et maintient les produits, les composants et les ma […] Lire la suite

OUVERTURE DU PIPELINE B.T.C.

  • Écrit par 
  • Arnaud BALVAY
  •  • 299 mots

Le pipeline B.T.C. (Bakou-Tbilissi-Ceyhan) est un oléoduc qui a été inauguré le 13 juillet 2006. Il permet d'acheminer le pétrole de la mer Caspienne (troisième réserve mondiale de pétrole), depuis Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, jusqu'au grand port de Ceyhan, au sud-est de la Turquie, en passant par Tbilissi, en Géorgie. Ce pétrole peut ainsi être exporté sur les marchés mondiaux sans passe […] Lire la suite

PÉTROLE - Le transport

  • Écrit par 
  • Pierre HOUSSIN, 
  • Georges WESSELS
  •  • 6 969 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le transport du pétrole par pipeline »  : […] C'est aux États-Unis en 1865 que fut utilisée, pour la première fois, une conduite pour évacuer la production d'un gisement. Depuis lors, l'emploi de ce mode de transport des hydrocarbures liquides ou gazeux s'est généralisé, d'abord aux États-Unis, puis dans le reste du monde. À l'heure actuelle, le réseau mondial en service atteint plus de 1 million de kilomètres de conduites, dont près des troi […] Lire la suite

PIPER ALPHA EXPLOSION DE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 738 mots

Le 6 juillet 1988, au large de l'Écosse, sur le champ pétrolier et gazier de Piper, la plate-forme Piper Alpha , de la multinationale Occidental Petroleum Corporation, sombrait sous le coup de plusieurs explosions et de violents incendies. Uniquement pétrolière à sa mise en service en 1976, la plate-forme servait principalement à la production de gaz depuis 1980. Ce matin du 6 juillet, la catastr […] Lire la suite

Les derniers événements

7 mai - 7 juin 2021 États-Unis. Cyberattaque contre une compagnie pétrolière.

Le 19, Colonial Pipeline reconnaît avoir versé aux pirates informatiques une rançon en bitcoins équivalente à 4,4 millions de dollars. Le 7 juin, le ministère de la Justice affirme avoir récupéré 2,3 millions de dollars provenant de la rançon. […] Lire la suite

30 novembre 2020 Canada. Autorisation du remplacement de l'oléoduc Ligne 3.

Le projet lancé en 2016, en même temps que celui de l’extension du pipeline Trans Mountain, s’était heurté à diverses contestations judiciaires, notamment de la part de communautés autochtones et de groupes écologistes.  […] Lire la suite

19-25 novembre 2020 Canada. Présentation du projet de loi sur la neutralité carbone.

Le 24, le rapport annuel de l’agence fédérale de la Régie de l’énergie estime que les actions prévues dans le domaine de la transition énergétique au Canada comme ailleurs dans le monde pourraient rendre inutiles l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain, qui relie l’Alberta à la Colombie-Britannique, et la construction du pipeline Keystone XL vers le golfe du Mexique. […] Lire la suite

31 mars 2020 États-Unis – Canada. Annonce du lancement de la construction du pipeline Keystone XL.

L’entreprise TC Energy annonce le lancement de la construction du pipeline Keystone XL qui doit relier les gisements de sables bitumineux de l’Alberta, au Canada, au golfe du Mexique en traversant les États-Unis. Lancé en 2008, le projet, auquel s’opposent des défenseurs de l’environnement et des populations autochtones, avait été bloqué par le président américain Barack Obama, puis relancé par son successeur Donald Trump. […] Lire la suite

4-7 février 2020 Canada. Rejet par la Cour d'appel fédérale des revendications autochtones relatives au projet Trans Mountain.

Le 7, l’entité gouvernementale gérant l’oléoduc Trans Mountain estime à 12,6 milliards de dollars canadiens le coût des travaux d’agrandissement, contre 7,4 milliards annoncés en mai 2018 lors du rachat par le gouvernement fédéral du pipeline existant et du projet d’extension. Le gouvernement attribue ce surcoût au renforcement de la protection environnementale et à l’augmentation des compensations versées aux communautés autochtones. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond CABET, « PIPELINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pipeline/