CRÂNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ambiguïté de la notion de crâne traduit bien la dualité anatomique du squelette céphalique humain. Souffrir de névralgie faciale ou se plaindre de douleurs crâniennes (céphalées) ne prête guère à confusion : massif facial et boîte crânienne réagissent différemment. Cependant, cet objet composite dont la souffrance sépare les deux parties est couramment désigné dans sa globalité comme étant un crâne. Il est le symbole de la mort, mais aussi le témoin – à l'état fossile – de l'histoire de l'humanité, et donc une figure de la durée au-delà de la mort. Depuis longtemps, les naturalistes ont cherché à comprendre l'originalité anatomique de cette partie du squelette humain, en s'appuyant sur l'anatomie comparée.

Le crâne des vertébrés est un édifice squelettique complexe, qui se développe autour du cerveau et des organes sensoriels spéciaux de la région céphalique. Il prolonge la colonne vertébrale et constitue avec elle le squelette axial. Le crâne humain est le résultat d'une longue évolution dans le cadre du plan d'organisation caractéristique des vertébrés. Sa boîte crânienne, très dilatée, et la face, qui en sont les deux constituants essentiels, ne peuvent être interprétées clairement que si l'on suit cette évolution au cours de l'histoire des vertébrés. Ce faisant, les études paléontologiques portant sur les fossiles appartenant à ce phylum ont apporté à la théorie de l'évolution des arguments décisifs.

Influencé sans doute par ses études antérieures sur la morphologie florale et par ses conceptions d'anatomie végétale, J. W. von Goethe, observant un crâne de mouton, le vit constitué d'une série de pièces osseuses et fit le rapprochement avec la série des vertèbres dans le tronc. Il édifia ainsi, en 1820, la « théorie vertébrale du crâne », selon laquelle chacun des constituants du crâne est assimilable (on dira plus tard « homologue ») à une vertèbre. C'était e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Roussette

Roussette
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neurocrâne de Vertébré

Neurocrâne de Vertébré
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Sélacien : neurocrâne et squelette viscéral

Sélacien : neurocrâne et squelette viscéral
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tétrapodes : arcs branchiaux

Tétrapodes : arcs branchiaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRÂNE  » est également traité dans :

AMPHIBIENS ou BATRACIENS

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER, 
  • Jean-Claude RAGE
  •  • 6 161 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Crâne »  : […] Il est caractérisé chez les Anoures et les Urodèles, qui forment le groupe des Batrachia, par une importante fenestration qui affecte aussi bien le toit que le palais. En revanche, chez les Gymnophiones il est massif, avec très peu d'ouvertures, résultat de l'adaptation à la vie fouisseuse. Il y a deux condyles occipitaux. En s'articulant avec la région postérieure du crâne, la première vertèbre […] Lire la suite

CROCODILIENS

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 3 466 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principaux caractères anatomiques »  : […] L'allure générale des crocodiles est déjà suffisamment familière au grand public pour qu'il ne soit pas nécessaire d'y insister ; d'ailleurs, hormis leur taille qui fait des Crocodiliens les plus grands prédateurs actuels des milieux terrestres et dulçaquicoles, l'aspect d'ensemble diffère peu de celui de nombreux autres reptiles, varans et lézards en particulier. Le crâne, robustement structuré […] Lire la suite

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Région céphalique »  : […] Le squelette, très rudimentaire chez la jeune larve, ne se compose que de deux baguettes cartilagineuses, ou parachordaux, flanquant la corde dorsale ; deux capsules optiques viennent s'y souder ; une plaque prénasale, dorsale, et une plaque labiale, ventrale, soutiennent la partie antérieure de la tête. Le neurocrâne de l'adulte (fig. 1) reste cartilagineux ; il est peu important : en particu […] Lire la suite

ÉCHOLOCATION

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 773 mots

L 'écholocation est un mode de repérage et de visualisation utilisé par certains animaux (dont les chauves-souris et les dauphins) lors de leurs déplacements pour localiser leurs proies et les obstacles dans leur environnement. Pour cela, les animaux émettent des ondes sonores, perceptibles ou non par l'oreille humaine. Celles-ci sont renvoyées lorsqu'elles se heurtent à un obstacle ou une proie […] Lire la suite

GNATHOSTOMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 142 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure des mâchoires »  : […] Bien que le mécanisme des mâchoires des gnathostomes soit fondamentalement toujours le même (une mâchoire inférieure mobile, antagoniste d'une mâchoire supérieure plus ou moins fixée à la boîte crânienne ; fig. 1a, b ), leur structure présente une grande diversité selon les groupes considérés. On considère généralement que la structure des mâchoires la plus généralisée est illustrée par celles des […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Squelette »  : […] Le crâne mammalien, dont l'évolution est retracée par ailleurs, est avant tout caractérisé, dans ses réalisations actuelles, par le grand développement de la cavité cérébrale. Beaucoup d'os présents chez les Reptiles ont disparu, ou ont fusionné, de telle sorte que, malgré l'apparition de quelques os nouveaux, le nombre total des os crâniens d'un Mammifère est très inférieur à celui d'un Reptile. […] Lire la suite

MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Michel TRANIER
  •  • 5 050 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le squelette »  : […] L' ensemble du squelette des Marsupiaux est typiquement mammalien, et l'on se bornera à mentionner quelques particularités. La cavité crânienne est toujours moins spacieuse que chez les Placentaires, bien que l'architecture crânienne y soit semblable : extension des pariétaux, incorporation à la boîte crânienne des squamosaux et des alisphénoïdes, ces derniers édifiant en outre autour de l'oreill […] Lire la suite

PAPPOCHELYS ROSINAE

  • Écrit par 
  • Haiyan TONG
  •  • 989 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pappochelys confirme que les tortues sont bien des diapsides »  : […] Les caractéristiques les plus remarquables de Pappochelys sont, d’une part, la présence de deux fosses temporales (absentes chez toutes les tortues actuelles) sur le crâne et, d’autre part, une configuration des os de la région temporale qui est très proche de celle des diapsides. La fosse temporale inférieure est ouverte vers le bas, tandis que la petite fosse temporale supérieure suggère que ce […] Lire la suite

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Plan d'organisation »  : […] Tous les groupes naturels de placodermes partagent la même disposition de leurs plaques dermiques en deux ensembles : un toit crânien et une cuirasse thoracique en forme d'anneau autour de l'avant du tronc (fig. 1 ). Ces deux ensembles dermiques sont associés par une articulation dermique latérale, elle-même doublée par une articulation cervicale complexe. La surface des plaques dermiques, le plus […] Lire la suite

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Diagnose »  : […] Les Primates sont des Mammifères placentaires euthériens plantigrades. Leur neurocrâne est considérablement développé par rapport à leur massif facial réduit ; les orbites sont en position frontale et entourées d'un anneau osseux complet. L'orientation des orbites vers l'avant est un caractère « allométrique », c'est-à-dire qu'il acquiert sa signification (ou la renforce) lorsqu'il est considéré […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Didier LAVERGNE, Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, « CRÂNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crane/