AFRIQUE (Structure et milieu)Biogéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées.

De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'étendant du nord au sud sur 8 000 km (de 370 21′ N. à 340 51′ S.), l'Afrique est en effet le seul continent à peu près symétriquement disposé par rapport à l'équateur qui le sépare sensiblement en deux moitiés. Si ces dernières sont de formes bien différentes, l'une « transversale » (7 500 km de Dakar au cap Guardafui) atteignant la Méditerranée, l'autre « verticale » et se terminant avec le cap des Aiguilles aux frontières du monde subantarctique, ces diversités ne parviendront pas à masquer l'ampleur et l'importance bioclimatique fondamentale des symétries intra-africaines.

La structure, dans son ensemble, est simple ou, plus exactement, monotone, l'Afrique représentant dans sa quasi-totalité un « bouclier » cristallin, vieux socle précambrien arasé, plaqué par endroits de sédiments sub-horizontaux, gaufré par l'épeirogenèse de dorsales et de cuvettes, localement affecté de cassures et de venues volcaniques. Deux notables exceptions symétriques, aux deux extrémités du continent où des orogenèses véritables feront surgir les chaînes atlasiques de la Berbérie ou les plissements, beaucoup plus anciens, d'ailleurs, du Cap.

Quant au relief, rappelons que si l'Afrique intertropicale n'a pas de hautes chaînes comparables aux Alpes, aux Andes, aux Rocheuses ou à l'Himalaya, elle a relativement peu de plaines basses : 67 p. 100 de la surface totale se trouve ainsi entre 200 et 1 000 m d'altitude. Une ligne tirée de Port-Soudan à Lobito diviserait, en diagonale, le continent entre une « Afrique haute » à l'est, de l'Éthiopie au Drakensberg, et une « Afrique basse », celle de l'ouest. À l'exception du mont Cameroun (4 070 m) et de l'Atlas marocain (4 071 m), toutes les hautes montagnes d'Afrique se placent à l'est de cette ligne (Semien, 4 620 m ; Elgon, 4 315 m ; Kenya, 5 199 m ; Kilimandjaro, 5 895 m ; Meru, 4 560 m ; Ruwenzori, 5 109 m).

Du point de vue pluviométrique on trouve une zone équatoriale à forte pluviosité, 4 305 mm à Conakry, 4 000 à Douala, 10 500 à Debunscha (Cameroun), 11 000 à Ureka (Bioko), centrée sur la face occidentale du continent et n'atteignant pas l'orientale, et une série d'auréoles concentriques à pluviosité décroissante jusqu'aux zones désertiques où l'on notera des « moyennes » annuelles de 0,9 mm (Kharguèh) et de 0,4 mm (Dakhla). Ajoutons que le plus souvent les pluies sont saisonnières et que plus de la moitié de l'Afrique connaît une période sèche de plus de 3 mois qui, au fur et à mesure qu'on s'éloigne de la zone humide, passe peu à peu à 12, avec les déserts, Sahara (et ses prolongements érythréens) au nord, Namib au sud-ouest.

Les deux tiers de sa surface se trouvant en position intertropicale, on comprendra que l'Afrique soit le plus chaud des continents, quand, à la situation géographique, vont s'ajouter l'énorme développement, « transversal » du Sahara d'une part, l'hyperthermie des cuvettes de l'autre (Tchad, haut Nil, Kalahari, etc.). Par contre, l'altitude viendra, dans l'est et le sud, mitiger l'influence de la latitude : il peut geler au Zimbabwe ou au Transvaal.

Comme on pouvait s'y attendre, on observe un haut degré de correspondance entre la pluviométrie et les grands types physionomiques de la couverture végétale. Comme il existe un gradient climatique s'étendant de l'hyper-humide à l'hyper-aride, les types de végétation s'échelonnent à leur tour de la forêt dense ombrophile (qui aime la pluie) au désert absolu, tel qu'il existe au Tanezrouft ou dans le désert de Libye.

D'une façon générale, et sans tenir compte des différenciations altitudinales ou édaphiques (mangroves, marécages, etc.), les principales formations seraient : –  des formations forestières fermées : forêt dense humide (espèces à feuilles persistantes ou semi-caduques), forêt dense sèche, fourrés ;

– des formations mixtes (forestières et graminéennes) ou graminéennes : forêt claire, savane (boisée, arbustive, etc.), steppe (arborée, arbustive, épineuse, à succulentes, herbacée, graminéenne, etc.), prairie.

Il faut, évidemment, commencer par tracer un tableau des caractères principaux de la faune et de la flore africaines actuelles, donc sans recours, pour le moment du moins, à la paléontologie et à l'histoire des groupes en cause.

S'il est parfaitement légitime, et même géographiquement nécessaire de traiter ici de la faune et de la flore africaines à l'échelle du continent, il faut savoir, et nous y reviendrons plus loin, qu'il existe, en réalité, plusieurs Afriques juxtaposées, nées à la fois de l'histoire des groupes et de leurs exigences écologiques et que dans la plupart des cas, par conséquent, le terme d'« africain » appliqué à un groupe signifie, en fait, « inféodé, en Afrique, à une région, à un domaine, voire à un secteur bioclimatique, physiographique ou édaphique particulier ».

Peuplement animal

Un genre de Limnoméduse, Limnocnida, est connu de l'Afrique tropicale et du Sahara.

Les Crustacés Décapodes d'eau douce appartiennent à des familles à vaste répartition, qu'il s'agisse des crabes (Potamonidés) ou des crevettes (Palaemonidés, Atyidés) ; on constate l'absence à peu près totale d'Amphipodes d'eau douce, à part les Gammarides de Berbérie, les Phreatoicidae et les Gammarides hypogés d'Afrique du Sud et l'Ingolfiella leleupi des eaux souterraines du Congo et de Zambie. On doit rappeler que l'Afrique du Nord héberge, dans une source chaude de Tunisie, un représentant de l'ordre des Thermosbaenacea (2 genres, Thermosbaena et Monodella : région méditerranéenne et Texas) et que la région du Cap possède le seul Spelaeogriphacé connu : Spelaeogriphus lepidops, des Bats Caves de la Montagne de la Table.

Des six familles de scorpions, quatre existent en Afrique, deux très abondamment représentées (Scorpionidae et Buthidae), les deux autres (Chactidae : Euscorpius de Berbérie, Diplocentridae : Socotra et Sud arabique) demeurant très « marginales ». À la faune d'un « domaine africain septentrional » (M. Vachon) s'oppose celle de l'Afrique sud-saharienne, avec de nombreux genres a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Biogéographie

Biogéographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Autruche

Autruche
Crédits : Manoj Shah/ Getty Images

photographie

Serval

Serval
Crédits : CSP_hedrus/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Guépard

Guépard
Crédits : czamfir/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 16 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  AFRIQUE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 709 mots
  •  • 22 médias

Du point de vue géologique, on désigne sous le terme de bouclier africain ou, simplement, d'Afrique l'ensemble formé par le continent africain, la péninsule arabique et l'île de Madagascar. En effet, ces deux derniers éléments n'ont été séparés du premier que par l'ouverture plus ou moins ancienne de la mer Rouge, au nord, et du canal de […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

L'Afrique couvre environ 30 300 000 kilomètres carrés et comptait, en 2017, 1,2 milliard d'habitants. Située entre 370 21' de latitude nord et 340 51' de latitude sud, elle est comprise pour l'essentiel dans la zone tropicale, et se partage entre zones à climats chauds et secs sous les tropiques, et zones à climats chauds et humides sous l' […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts inc […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 666 mots
  •  • 6 médias

L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en Éthiopie, sont encore loin d'avoir apporté toutes les info […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Alors que s'achève la décolonisation en Asie à la fin des années 1940, le mouvement se déplace en Afrique, tout spécialement au Maghreb, en pleine ébullition. Il existe pourtant déjà un pays d'Afrique du Nord qui a obtenu son indépendance : la Libye. C'est un précédent et un exemple. À leur tour, les nationalistes […] Lire la suite

FRONTIÈRE

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 6 356 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Tracés des frontières et héritages coloniaux »  : […] Toutefois, le discours sur l’artificialité des frontières se focalise surtout sur la question des héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivale […] Lire la suite

NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

  • Écrit par 
  • Nashidil ROUIAÏ
  •  • 4 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des projets à risque ? »  : […] D’autres critiques portent sur la nature des projets financés ou impulsés par la Chine à travers les Nouvelles Routes de la soie. L'Afrique du Sud s'est tournée vers la République populaire pour le financement à hauteur de 4 milliards de dollars de deux centrales à charbon. Pour sortir de la crise énergétique due à sa dépendance à l’hydroélectricité, le Zimbabwe voisin s’est lancé dans la construc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Théodore MONOD, « AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-biogeographie/