ALBATROS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand oiseau marin des mers australes et du Pacifique nord, et excellent planeur nichant en colonies sur des îles plus ou moins désertiques. Classe : Oiseaux ; ordre : Ciconiiformes ; famille : Procellariidae.

Avec une envergure allant de près de 2 mètres – pour l'albatros à bec jaune (Diomedea chlororhynchos) – jusqu'à 3,50 mètres – pour l'albatros hurleur (Diomedea exulans), encore appelé grand albatros –, les albatros, qui sont représentés par quatorze espèces, comptent parmi les plus grands et les plus lourds oiseaux volants (jusqu'à 12 kilogrammes). Leurs pattes sont palmées. Leur bec, crochu, est constitué de plusieurs plaques cornées soudées entre elles. Leurs narines, situées des deux côtés de la mandibule supérieure, sont prolongées par un tube corné, cette conformation pouvant s'expliquer par le fait que ces espèces font partie des rares oiseaux à posséder un odorat fonctionnel. Grâce à leurs ailes – imposantes et pointues – les albatros survolent sans relâche les immensités océaniques. Incapables de voler par temps calme, ils recherchent les courants aériens pour planer sur de longues distances, sans dépenser beaucoup d'énergie (ils ne battent pratiquement jamais des ailes), à la recherche de leur nourriture (poissons, plancton, céphalopodes, crustacés) qu'ils capturent en se posant à la surface de l'eau ou parfois en plongeant.

Exclusivement marins, ces oiseaux de haute mer (dits pélagiques), solitaires, ne viennent à terre que pour se reproduire (certains ne se reproduisent que vers l'âge de quinze ans bien qu'ils soient sexuellement matures dès l'âge de quatre ans). Les couples, unis pour la vie, se retrouvent chaque année ou tous les deux ans, selon les espèces, sur le site de nidification établi généralement sur une île déserte dégagée et balayée par les vents. Ils forment alors des colonies relativement lâches, chaque couple défendant violemment et isolément son territoire contre les intrus. L'accouplement est précédé de parades nuptiales complexes et ritualisées (face à face spectaculaire avec ailes déployées et bec tendu vers le ciel), accompagnées de cris rauques et de claquements de bec. Les albatros édifient leur nid sur un monticule de boue, parfois mêlé à des débris de végétaux (cas de l'albatros hurleur par exemple), à l'exception de l'albatros des Galapagos (Diomedea irrorata) qui est le seul de cette famille à pondre à même le sol. L'incubation de l'unique œuf, partagée par le mâle et la femelle, dure de 10 à 11 semaines. Le poussin est ensuite nourri par régurgitation d'une mixture riche en lipides. Au bout de 3 à 9 mois selon l'espèce, il devient plus lourd que ses parents, ayant accumulé l'énergie nécessaire à la pousse des plumes de vol.

Albatros

Photographie : Albatros

Le petit albatros (genre Diomedea), recouvert d'un épais duvet assurant une bonne isolation thermique, est laissé seul dans son nid environ un mois après l'éclosion. Les parents reviennent régulièrement le nourrir d'une mixture prédigérée de poissons et de calamars; il devient plus lourd... 

Crédits : Ben Osborne/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Une croyance ancienne voyait dans les albatros qui suivaient les navires la réincarnation de marins disparus en mer. La littérature (Coleridge, Baudelaire...) a fait de ce géant du ciel un symbole poétique. Autrefois très recherchés pour leurs plumes, destinées à la fabrication d'édredons, les albatros sont surtout menacés aujourd'hui par l'introduction de prédateurs sur les îles de nidification (rats et chats) et par la pêche intensive. Deux espèces sont particulièrement touchées : l'albatros d'Amsterdam (Diomedea amsterdamensis), découvert en 1981 sur l'île d'Amsterdam des terres australes et longtemps passé inaperçu en raison de ses très faibles effectifs (quelque 150 individus) et de sa ressemblance avec l'albatros hurleur, et l'albatros à queue courte (Phoebastria albatrus) – encore appelé albatros côtier – qui vit dans le nord de l'océan Pacifique et dont quelque 5 millions d'individus ont été massacrés pour leurs plumes au cours des xixe et xxe siècles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : chargée de la valorisation scientifique du département des jardins botaniques et zoologiques du Muséum national d'histoire naturelle

Classification

Autres références

«  ALBATROS  » est également traité dans :

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 685 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Migrations des oiseaux de mer »  : […] Les conditions des habitats marins sont également soumises à des fluctuations annuelles d'amplitude parfois considérable en un même lieu, se reflétant dans la quantité de nourriture disponible. De plus, la concentration des oiseaux en d'énormes colonies pendant la période de reproduction est susceptible d'entraîner une diminution des ressources alimentaires spécifiques dans les mers limitrophes. L […] Lire la suite

POLAIRES MILIEUX

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yvon LE MAHO
  •  • 8 301 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les écosystèmes marins, moteur de l'évolution »  : […] Le fait que les eaux polaires renferment de grandes quantités de nourriture explique pourquoi mammifères et oiseaux marins ont colonisé des régions aux contraintes environnementales parfois extrêmes. Ainsi, le grand cormoran Phalacrocorax carbo , un oiseau d'origine africaine devenu cosmopolite en environ 60 millions d'années, est capable d'hiverner au Groenland malgré une morphologie de toute évi […] Lire la suite

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 256 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Vol plané »  : […] Le vol plané est très utilisé par les oiseaux de grande taille, pour des raisons développées précédemment. Les oiseaux à faible charge alaire peuvent planer lentement avec de faibles vitesses de chute et exploiter ainsi de faibles ascendances. Au contraire, une forte charge alaire permet de planer vite sans nécessiter un angle de plané trop fort. Les ascendances de relief (falaises de bord de mer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle GOIX, « ALBATROS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/albatros/