Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VERTÉBRÉS

Dans le monde animal, les Vertébrés appartiennent au phylum (embranchement) des Cordés caractérisés comme métazoaires, triploblastiques, cœlomates, deutérostomiens à symétrie bilatérale, épineuriens, qui possèdent, à l'état embryonnaire au moins, superposés dans le plan de symétrie bilatérale, des organes dits axiaux : tube nerveux dorsal, corde, tube digestif ventral dont la portion antérieure est élargie en pharynx perforé d'ouvertures latérales.

Les Cordés comprennent les trois sous-embranchements des Urocordés ou Tuniciers, des Céphalocordés et des Vertébrés ; ces derniers sont les plus nombreux, avec leurs 40 000 espèces vivantes, environ, contre les quelque 2 000 espèces des deux autres ensembles. Les Vertébrés ne sont pourtant qu'un groupe assez modeste, comparé à celui des Arthropodes (plus d'un million d'espèces).

Le seul nombre ne mesure pas l'intérêt du groupe ; l'organisation est d'une tout autre importance et celle des Vertébrés atteint le degré le plus élevé dans le règne animal : la complexité des systèmes organiques, la division du travail, la coordination des fonctions témoignent d'une évolution très poussée. La riche documentation fossile dont on dispose fait en outre des Vertébrés un matériel de choix pour les recherches concernant l'évolution. Parce que bien des Vertébrés ont, pour l'homme, une valeur économique (chasse, pêche, élevage) et parce qu'ils sont plus proches de lui que bien d'autres animaux, ils sont étudiés depuis l'Antiquité.

Caractères

Sélacien : organisation générale

Sélacien : organisation générale

Parmi les Cordés, le sous-embranchement des Vertébrés se définit clairement par une série de caractères :

– corps fondamentalement divisé en trois parties au moins : tête, tronc et queue ;

– peau constituée d'un épiderme (d'origine ectodermique) pluristratifié (unistratifié chez les Invertébrés) associé à un derme (mésodermique) ;

– corps soutenu par un squelette interne, cartilagineux ou osseux (l'os est un tissu propre aux Vertébrés) ;

– appendices pairs et impairs (les Vertébrés sont toujours des animaux mobiles, jamais fixés) ;

– musculature squelettique, du type strié, très développée (les mouvements, quels qu'ils soient – locomotion, respiration, circulation, digestion –, relèvent d'une activité musculaire ; le battement ciliaire n'a qu'un rôle mineur) ;

– musculature lisse ;

Requin : encéphale

Requin : encéphale

– système nerveux « central » constitué d'un axe, le névraxe (divisé en encéphale dans la tête, moelle épinière dans le reste du corps), et de nerfs crâniens et spinaux ; systèmes nerveux viscéraux (ou autonomes) : para- et orthosympathique ; organes sensoriels très diversifiés et élaborés ; récepteurs céphaliques pairs : olfactifs (sacs nasaux), optiques (yeux), stato-acoustiques (oreilles internes), récepteurs gustatifs dans la muqueuse buccale et pharyngienne, correspondant à des centres sensoriels encéphaliques ; récepteurs cutanés tactiles, thermiques, vibratoires ; muscles et tendons munis de récepteurs spéciaux (sensibilité kinesthésique) ;

– crêtes neurales se détachant de la plaque médullaire au cours du développement et entrant, par de nombreux dérivés, dans la construction du corps ;

– cœlome (cavité générale) développé dans le tronc ;

– tube digestif toujours pourvu d'une bouche et d'un anus, et divisé, au moins, en intestin céphalique (pharynx) et intestin troncal (la paroi du tube comporte un épithélium interne, endodermique, doublé d'un manchon mésodermique dans lequel se différencient des tuniques musculaires du type lisse – sauf dans le pharynx – qui assurent la progression des aliments par mouvements péristaltiques) ; glandes digestives nombreuses, logées dans la paroi, ou externes (foie, pancréas) ; digestion extracellulaire ;

– appareil[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sélacien : organisation générale

Sélacien : organisation générale

Requin : encéphale

Requin : encéphale

<it>Pikaia</it> et <it>Amphioxus</it>

Pikaia et Amphioxus

Autres références

  • ACANTHODIENS

    • Écrit par Philippe JANVIER
    • 817 mots
    • 4 médias

    Les acanthodiens (Acanthodii Owen, 1846 ; du gr. acantha, épine) sont un groupe de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, éteints, connus par des fossiles de l'ère primaire, ou Paléozoïque. Ils sont les plus anciens gnathostomes certains à apparaître dans le registre fossile, à...

  • ACTINOPTÉRYGIENS

    • Écrit par Philippe JANVIER
    • 2 756 mots
    • 9 médias

    Au sein des vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, les actinoptérygiens (Actinopterygii Cope, 1887) sont, avec les sarcoptérygiens, l'un des deux groupes d'ostéichthyens. Ils comptent dans la nature actuelle 23 712 espèces de poissons, dont l'immense majorité sont des téléostéens....

  • AMPHIBIENS ou BATRACIENS

    • Écrit par Pierre CLAIRAMBAULT, Philippe JANVIER, Jean-Claude RAGE
    • 6 177 mots
    • 19 médias
    Comme chez les autres vertébrés, le squelette axial s'organise autour de la corde dorsale, par ossification. L'adaptation à la vie terrestre correspond à un renforcement de la colonne vertébrale. Dans le groupe de poissons ancêtres des Tétrapodes, chaque vertèbre était constituée de trois parties :...
  • ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

    • Écrit par René LAFONT, Martine MAÏBECHE
    • 4 312 mots
    LesVertébrés présentent un squelette crânial avec deux mâchoires (supérieure fixe et inférieure articulée) garnies de dents, organes durs et minéralisés d'origine dermo-épidermique (sauf chez les animaux pourvus d'un bec – oiseaux, tortues, ornithorhynque). Les dents des poissons...
  • Afficher les 79 références

Voir aussi