VERTÉBRÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le monde animal, les Vertébrés appartiennent au phylum (embranchement) des Cordés caractérisés comme métazoaires, triploblastiques, cœlomates, deutérostomiens à symétrie bilatérale, épineuriens, qui possèdent, à l'état embryonnaire au moins, superposés dans le plan de symétrie bilatérale, des organes dits axiaux : tube nerveux dorsal, corde, tube digestif ventral dont la portion antérieure est élargie en pharynx perforé d'ouvertures latérales.

Les Cordés comprennent les trois sous-embranchements des Urocordés ou Tuniciers, des Céphalocordés et des Vertébrés ; ces derniers sont les plus nombreux, avec leurs 40 000 espèces vivantes, environ, contre les quelque 2 000 espèces des deux autres ensembles. Les Vertébrés ne sont pourtant qu'un groupe assez modeste, comparé à celui des Arthropodes (plus d'un million d'espèces).

Le seul nombre ne mesure pas l'intérêt du groupe ; l'organisation est d'une tout autre importance et celle des Vertébrés atteint le degré le plus élevé dans le règne animal : la complexité des systèmes organiques, la division du travail, la coordination des fonctions témoignent d'une évolution très poussée. La riche documentation fossile dont on dispose fait en outre des Vertébrés un matériel de choix pour les recherches concernant l'évolution. Parce que bien des Vertébrés ont, pour l'homme, une valeur économique (chasse, pêche, élevage) et parce qu'ils sont plus proches de lui que bien d'autres animaux, ils sont étudiés depuis l'Antiquité.

Caractères

Parmi les Cordés, le sous-embranchement des Vertébrés se définit clairement par une série de caractères :

Sélacien : organisation générale

Dessin : Sélacien : organisation générale

Schéma de l'organisation générale d'un Vertébré (inspiré de la structure d'un Sélacien) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– corps fondamentalement divisé en trois parties au moins : tête, tronc et queue ;

– peau constituée d'un épiderme (d'origine ectodermique) pluristratifié (unistratifié chez les Invertébrés) associé à un derme (mésodermique) ;

– corps soutenu par un squelette interne, cartilagineux ou osseux (l'os est un tissu propre aux Vertébrés) ;

– appendices pairs et impairs (les Vertébrés sont toujours des animaux mobiles, jamais fixés) ;

– musculature squelettique, du type strié, très développée (les mouvements, quels qu'ils soient – locomotion, respiration, circulation, digestion –, relèvent d'une activité musculaire ; le battement ciliaire n'a qu'un rôle mineur) ;

– musculature lisse ;

– système nerveux « central » constitué d'un axe, le névraxe (divisé en encéphale dans la tête, moelle épinière dans le reste du corps), et de nerfs crâniens et spinaux ; systèmes nerveux viscéraux (ou autonomes) : para- et orthosympathique ; organes sensoriels très diversifiés et élaborés ; récepteurs céphaliques pairs : olfactifs (sacs nasaux), optiques (yeux), stato-acoustiques (oreilles internes), récepteurs gustatifs dans la muqueuse buccale et pharyngienne, correspondant à des centres sensoriels encéphaliques ; récepteurs cutanés tactiles, thermiques, vibratoires ; muscles et tendons munis de récepteurs spéciaux (sensibilité kinesthésique) ;

Requin : encéphale

Dessin : Requin : encéphale

Profil droit de l'encéphale d'un requin (Squalus acanthias) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

– crêtes neurales se détachant de la plaque médullaire au cours du développement et entrant, par de nombreux dérivés, dans la construction du corps ;

– cœlome (cavité générale) développé dans le tronc ;

– tube digestif toujours pourvu d'une bouche et d'un anus, et divisé, au moins, en intestin céphalique (pharynx) et intestin troncal (la paroi du tube comporte un épithélium interne, endodermique, doublé d'un manchon mésodermique dans lequel se différencient des tuniques musculaires du type lisse – sauf dans le pharynx – qui assurent la progression des aliments par mouvements péristaltiques) ; glandes digestives nombreuses, logées dans la paroi, ou externes (foie, pancréas) ; digestion extracellulaire ;

– appareil circulatoire clos avec capillaires (pas de circulation lacunaire) ; un cœur musculeux envoie, par des artères, le sang vers les organes d'où il revient par les veines ; cœur embryonnaire à quatre cavités simples ; sinus, atrium, ventricule, bulbe, système lymphatique communiquant avec le système sanguin ;

– système respiratoire du type branchial ou pulmonaire (seule la construction du poumon est [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Sélacien : organisation générale

Sélacien : organisation générale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Requin : encéphale

Requin : encéphale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Pikaia et Amphioxus

Pikaia et Amphioxus
Crédits : M. Parrish/ The Smithsonian Institution ; H. Hillewaert/ Worms World Register of Marine Species

photographie

Appareil respiratoire

Appareil respiratoire
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  VERTÉBRÉS  » est également traité dans :

STRUCTURE, biologie

  • Écrit par 
  • Philippe COURRIÈRE, 
  • Pierre DELATTRE, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 10 003 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Forme et fonction »  : […] Dans la mesure où les rapports entre forme et fonction ne sont qu'un aspect particulier des relations entre structures et fonctions, il existe aussi une relation étroite entre la forme et la fonction. La nature de cette relation permet de définir le degré d'adaptation de celle-ci à celle-là. L'adaptation de la forme à la fonction semble être vraiment dans la nature des choses, puisqu'on la rencon […] Lire la suite

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 026 mots
  •  • 12 médias

La plupart des animaux dotés d'une symétrie bilatérale possèdent des expansions paires du corps, placées latéralement de chaque côté de la région postcéphalique. Ces expansions, de nombre et de structure très variables, sont fonctionnellement associées à la locomotion. Dans son acception la plus large, le terme de membre pourrait correspondre à toutes ces structures. Ainsi délimité, le sujet com […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « boîte noire » de l'ontogenèse »  : […] L'avènement de la biologie moléculaire a permis d'ouvrir la « boîte noire » de l'ontogenèse, par trop négligée par la théorie synthétique classique. Dès 1894, William Bateson avait décrit la curieuse anomalie d'une région du corps qui porte un organe normalement porté par une autre, par exemple dans le cas de la mutation du gène antennapedia chez la drosophile, où une patte prend sur la tête […] Lire la suite

OSTRACODERMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 587 mots
  •  • 7 médias

Le nom « ostracoderme » fut introduit en 1889 par le paléontologue américain Edward Drinker Cope (1840-1897) pour désigner un ensemble de vertébrés primitifs fossiles sans mâchoires (« agnathes ») possédant une cuirasse osseuse dermique. Il a été démontré, depuis lors, que ces animaux appartiennent en réalité à des groupes très divers, et ce terme ne recouvre donc plus aucune réalité phylogénétiq […] Lire la suite

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 611 mots
  •  • 14 médias

Qu'est-ce qu'un Reptile ? Pour le profane, la réponse ne fait aucun doute : les Reptiles actuels (lézards, serpents, tortues et crocodiles) sont des Vertébrés écailleux, rampants, à sang froid. En revanche, la définition de ce groupe animal est bien plus malaisée pour le spécialiste. Ce paradoxe découle des progrès réalisés dans la connaissance des formes fossiles, mais on peut tout de même défini […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 787 mots
  •  • 20 médias

Dans l'état actuel des connaissances, définir scientifiquement ces vertébrés que l'on nomme couramment mammifères est une véritable gageure que nous ne nous proposons pas de tenir. Il semble pourtant, a priori, parfaitement possible, voire facile, de trouver des caractères généraux et communs à l'homme, au cheval et au rat. D'une façon plus générale, il est possible de définir un groupe de vertéb […] Lire la suite

OISEAUX

  • Écrit par 
  • Michel CUISIN
  •  • 8 674 mots
  •  • 31 médias

On connaît plus de 9 800 espèces d'oiseaux vivants. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la classification des oiseaux les plus évolués, les passereaux. En effet, en raison du très petit nombre de fossiles et des grandes ressemblances entre espèces, on n'est pas encore parvenu à établir un arrangement qui fasse l'unanimité. On trouvera ici le système adopté par Peters et revu par Fisher (cf.  […] Lire la suite

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 797 mots
  •  • 4 médias

Les placodermes constituent un groupe de vertébrés fossiles pourvus de mâchoires et d'une robuste carapace faite de plaques d'os dermiques – d'où leur nom. Ils ont vécu depuis le Silurien supérieur, mais surtout pendant le Dévonien, soit pendant une période de temps du Paléozoïque moyen qui s'étend sur environ 50 millions d'années (Ma). Les plus anciens ont été découverts dans des couches géolog […] Lire la suite

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 969 mots
  •  • 8 médias

Les Reptiles actuels sont des Vertébrés terrestres poïkilothermes au corps allongé recouvert d'une peau écailleuse, souvent ornée ou brillamment colorée, qui n'empêche pas cependant les échanges avec le milieu extérieur ; des mues ont lieu pendant la croissance. À l'exception des Tortues qui possèdent un bec corné, tous les Reptiles ont des dents coniques, aux deux mâchoires. Chez les Serpents ve […] Lire la suite

CRÂNE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 5 240 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Chez les sélaciens »  : […] On prendra comme point de départ un petit requin ou une roussette, chez lesquels le squelette céphalique, particulièrement simple, entièrement cartilagineux puisque ces poissons n'ont pas de tissu osseux, comprend deux parties  : le neurocrâne, qui est une boîte cartilagineuse à peu près complètement fermée autour de l'encéphale ; le splanchnocrâne (ou squelette viscéral), qui est l'ensemble d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-28 avril 2015 États-Unis. Émeutes raciales à Baltimore.

Le 19, un jeune Noir, Freddie Gray, meurt des suites d’une fracture des vertèbres cervicales après avoir été interpellé par la police, le 12, à Baltimore (Maryland), ville dont la majorité de la population est noire. Six policiers sont suspendus. Les tensions raciales sont vives à travers le pays à la suite de récentes bavures policières commises à l’encontre d’Afro-Américains. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles DEVILLERS, Philippe JANVIER, « VERTÉBRÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/