ÉBÉNISTERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son acception la plus large, le terme « ébénisterie » est employé pour désigner la fabrication de meubles en bois massif ou plaqué. En fait, seuls les meubles en bois plaqué sont à proprement parler « d'ébénisterie ». Les meubles en bois massif sont l'œuvre de menuisiers qui débitent le bois, l'assemblent, le sculptent. Cette technique, la première à être employée, existe à des degrés de perfectionnement différents depuis l'Antiquité. Il n'en est pas de même pour la technique du placage, qui apparaît plus tardivement. En France, par exemple, elle ne se développe qu'à partir du xvie siècle. Ces placages se font généralement en bois exotiques, et le nom donné à ces techniciens à partir du xviie siècle vient du mot « ébène ». Cette époque voit, en effet, se répandre les cabinets plaqués d'ébène présentant sur leurs vantaux des sculptures en faible relief. C'est surtout par ces cabinets que l'usage du placage se répandit en France.

Les ébénistes, artisans du bois, seront rattachés juridiquement à la corporation des menuisiers, qui deviennent menuisiers-ébénistes ; à Paris, ils sont groupés sous le patronage de sainte Anne. Dans les faits, pourtant, les deux métiers resteront distincts et les maîtres seront soit menuisiers, soit ébénistes. Cela s'explique facilement du point de vue technique. Le menuisier, qui exécute essentiellement des sièges, des consoles, des lits, traite un bois qui, à condition d'être convenablement assemblé, peut jouer librement, selon des règles connues qui réservent peu de surprises. L'ébéniste, au contraire, qui exécute une marqueterie ou un placage, doit agencer deux matières totalement différentes : d'une part un support de bois massif, du chêne par exemple ; d'autre part un placage collé sur ce bâti, l'un et l'autre réagissant de manière tout à fait distincte aux variations hygrométriques, ce qui peut provoquer dans le placage des soulèvements ou des cloques.

En France, la connaissance de cette technique de la marqueterie, importée d'Italie puis des Pays-Bas, atteint la perfection grâce à Andr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification

Autres références

«  ÉBÉNISTERIE  » est également traité dans :

ARBUS ANDRÉ (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 972 mots

André Arbus est né à Toulouse, le 17 novembre 1903, dans une famille d'artisans pratiquant l'ébénisterie depuis plusieurs générations. Après des études secondaires, se destinant à une carrière de peintre, il entre à l'école des Beaux-Arts et travaille sur les établis familiaux où son grand-père lui fait le récit du tour de France des compagnons. L'Exposition internationale des arts décoratifs de 1 […] Lire la suite

ART DÉCO STYLE

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 056 mots
  •  • 2 médias

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles. À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental ( Ornament und Ver brechen , 1908 […] Lire la suite

BIEDERMEIER STYLE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 452 mots
  •  • 2 médias

L'époque du style Biedermeier débute en Autriche et en Allemagne vers 1814 pour s'achever en 1848. Ce n'est pas un ébéniste, comme on serait tenté de le croire, qui a donné son nom au Biedermeier, mais un personnage mythique, incarnant le bon bourgeois allemand du début du xix e siècle, comparable au Joseph Prudhomme français. Le Biedermeier désigne principalement les arts décoratifs, mais il s'a […] Lire la suite

BOULLE ANDRÉ-CHARLES (1642-1732)

  • Écrit par 
  • Francis John Bagott WATSON
  •  • 2 101 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des talents multiples »  : […] André-Charles Boulle, fils d'un ébéniste peu connu, Jean Boulle, est né à Paris. Il semble apparenté à un certain Pierre Boulle, fabricant de meubles, originaire du canton de Neuchâtel en Suisse ; cet artisan fut remarqué et devint « ébéniste du roi » en 1619. Le premier apprentissage d'André-Charles Boulle lui fut sans doute donné par son père. Plus tard, il deviendra décorateur et sculpteur sur […] Lire la suite

B.V.R.B. (Bernard Van Risenburgh)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 274 mots
  •  • 1 média

Dynastie d'ébénistes parisiens, d'origine hollandaise. L'activité des Van Risenburgh s'étend du début du xviii e  siècle (arrivée de Bernard I er à Paris) à 1775 environ (date où son petit-fils Bernard III abandonne le métier pour se consacrer à la sculpture). On connaît surtout les œuvres des deux derniers, Bernard II et Bernard III, estampillées du mystérieux sigle B.V.R.B. qui fut identifié pa […] Lire la suite

CARLIN MARTIN (1730-1785)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 255 mots
  •  • 1 média

D'origine allemande, Carlin se forma à Paris dans le milieu des ébénistes du faubourg Saint-Antoine. Arrivé avant 1759, il se fait recevoir maître en 1766. Ses attaches familiales avec Œben, dont il épouse la sœur cadette, et par lui avec Roger van der Cruse Lacroix (frère de M me Œben) expliquent en partie son style. C'est peut-être par leur intermédiaire qu'il entre en relation avec les marchan […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Évolution du mobilier en bois dur »  : […] L' ébénisterie chinoise se distingue par la qualité des bois employés, la solidité et l'équilibre des volumes, les lois rigoureuses de l'assemblage, la sobriété ou même l'absence de décor, toutes caractéristiques qui valent pour la catégorie la plus remarquable, celle du mobilier en bois dur des demeures austères de l'aristocratie et des classes aisées ; jamais exportée, cette catégorie est la moi […] Lire la suite

CRESSENT CHARLES (1685-1768)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 320 mots
  •  • 1 média

Fils d'un sculpteur sur bois d'Amiens, Cressent s'installe à Paris où il est reçu comme sculpteur à l'Académie de Saint-Luc en 1714. Collaborateur du grand rival de Boulle, Joseph Poitou (mort en 1719), il épouse sa veuve et lui succède ainsi dans la charge d'ébéniste du duc d'Orléans. Il travaille alors pour le Régent puis pour son fils. L'obligation de l'estampille ne datant que de 1743, l'œuvre […] Lire la suite

DUBOIS JACQUES (1693 env.-1763)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Artisan ébéniste parisien, Jacques Dubois produit comme B.V.R.B. (Bernard van Risen Burgh) des œuvres de luxe, en laque ou en marqueterie, très élaborées, ornées de bronzes mouvementés, assez dissymétriques, telles que les voulaient les marchands merciers. Il vendait ses œuvres qui étaient très prisées en province et à l'étranger. Jacques Dubois eut deux fils : l'aîné, Louis, s'établit à son propr […] Lire la suite

DUFRÊNE MAURICE (1876-1955)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 178 mots

La formation du décorateur français Maurice Dufrêne fut très complète, à la fois technique et théorique. Débutant en pleine époque de l'Art nouveau, il réagit très tôt contre les excès de ce style (Salon des décorateurs de 1906). À partir de cette date, il donne de nombreux modèles pour les différents arts décoratifs : ferronnerie, céramique, verrerie, tissus. Très préoccupé par les questions d'ad […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « ÉBÉNISTERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ebenisterie/