Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

Console en demi-lune - crédits :  Bridgeman Images

Console en demi-lune

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l'architecte français Charles-Louis Clérisseau, ils prirent des relevés d'un certain nombre de monuments, en particulier les thermes de Rome et surtout le palais de l'empereur Dioclétien à Spalato (Split) dont ils découvrirent et publièrent les ruines (The Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalato in Dalmatia, Londres, 1764). Cet examen attentif des monuments antiques, et particulièrement des décors sculptés en faible relief en stuc ou en marbre, les amena à une nouvelle conception du décor intérieur. Avant eux, le goût antique se manifestait par une transposition dans les intérieurs de l'architecture extérieure, frontons et colonnes, corniches et entablements. Robert Adam substitue à cette solennité un décor de stucs légers, rinceaux, grotesques sur fond de couleur claire, vert, jaune, mauve. Ce décor mural était souvent complété par des dessus de portes, peints à l'huile, illustrant des sujets antiques. Le plafond, à dessin central, avait également un décor de stuc, le dessin du tapis ou du parquet lui répondait. Le souci d'Adam pour une harmonie complète du décor se manifeste aussi par les dessins qu'il donnait pour les meubles, les bronzes (lustres, candélabres), pour les trumeaux de glaces, et même pour les grilles des foyers de cheminée. Tous ces éléments formaient ainsi un ensemble homogène ; ils constituent la grande originalité du décor Adam. Les théories des deux frères furent rassemblées dans les Works in Architecture of Robert and James Adam (1er vol. 1773, 2e vol. 1779, 3e vol. posthume, en 1822). Cette publication illustrée de nombreuses planches montre à quel point les frères Adam étaient sûrs de leur succès. Ils ne craignaient pas d'être imités. Au contraire, ils le souhaitaient presque, révélant ainsi la conscience qu'ils avaient d'avoir créé un style original. Ce que l'on retient d'ailleurs de leur œuvre est avant tout le décor intérieur et le mobilier qu'ils purent réaliser dans de nombreuses résidences de l'aristocratie anglaise, à Londres ou en province (Syon House, 1762 ; Osterley Park, Kenwood, Kedleston, 1765 ; Newby Hall, 1767 ; Saltram House, 1768, par exemple). La renommée de Robert Adam fut aidée d'une part par les conseils qu'il reçut du milieu artistique dans lequel il évoluait, d'autre part par l'excellence de ses collaborateurs, Angelica Kauffmann pour la peinture, Matthew Boulton pour les bronzes et, évidemment, Wedgwood pour la céramique. L'œuvre d'architecte des frères Adam a été en partie détruite. Ils avaient pourtant construit des quartiers entiers à Bath, à Édimbourg, à Londres (le quartier de l'Adelphi en particulier sur le bord de la Tamise et Home House, l'actuel institut Courtauld). Les façades néo-classiques à colonnades et à frontons se rapprochent des œuvres des contemporains, William Chambers, James Stuart ou James Wyatt.

Fauteuil en bois doré

Fauteuil en bois doré

Home House, Portman Square, Londres

Home House, Portman Square, Londres

Syon House

Syon House

Salle à manger d'Osterley Park

Salle à manger d'Osterley Park

Kenwood House

Kenwood House

— Colombe SAMOYAULT-VERLET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Console en demi-lune - crédits :  Bridgeman Images

Console en demi-lune

Fauteuil en bois doré - crédits :  Bridgeman Images

Fauteuil en bois doré

<it>Home House, Portman Square, Londres</it> - crédits :  Bridgeman Images

Home House, Portman Square, Londres

Autres références

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

    • Écrit par Monique MOSSER
    • 7 827 mots
    • 30 médias
    ...établir les fondements rationnels de l'architecture. Les deux principaux protagonistes du néo-classicisme anglais sont Robert Adam et William Chambers. Robert Adam (1728-1792), qui connut Piranèse à Rome et se livra lui-même à des fouilles archéologiques jusqu'à Spalato en Dalmatie, prône un strict retour...
  • CLÉRISSEAU CHARLES LOUIS (1721-1820)

    • Écrit par Jean-Pierre MOUILLESEAUX
    • 598 mots
    • 2 médias

    L'architecte français Clérisseau occupe une place essentielle parmi les créateurs du néo-classicisme. Son œuvre est avant tout le fait de contacts, de découvertes, de regards nouveaux qui lui inspirent un grand nombre de dessins et de gouaches. Né à Paris, élève de J. F. Blondel et...

  • ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

    • Écrit par Claude MASSU
    • 12 026 mots
    • 9 médias
    Dans les années 1770, le néo-palladianisme georgien cède le pas à un style inspiré des frères Adam, mélange de formes de la Renaissance, d'architecture antique et d'élégants motifs rococo. Le style des frères Adam qui a coïncidé avec l'époque de la guerre d'Indépendance et les premières...
  • MOBILIER

    • Écrit par Colombe SAMOYAULT-VERLET
    • 4 416 mots
    • 8 médias
    ...Suède par Haupt, en Italie par Bonzanigo en Piémont et Maggiolini en Lombardie. En Angleterre, ce style revêt un caractère beaucoup plus austère. Robert Adam épure le retour à l'antique et influence des ébénistes comme Hepplewhite et Sheraton. À cet engouement de toute l'Europe pour l'Antiquité gréco-romaine,...

Voir aussi