JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Perrault et nous : les « enfants de la vidéosphère »

La lecture de loisir des enfants s'est longtemps limitée, dans la galaxie Gutenberg, à celle des fables d'Ésope, des exempla chrétiens, des histoires tirées de la Bible et des récits de chevalerie. Mais c'est Charles Perrault, qui, dans la Préface de ses Contes en vers de 1695, précisait que les pièces de son recueil n'étaient pas des « bagatelles ». Pour lui, « le récit enjoué dont elles étaient enveloppées, n'avait été choisi que pour les faire entrer plus agréablement dans l'esprit et d'une manière qui instruisît et divertît tout ensemble ». Mieux, il les présentait « à des pères et des mères » comme le moyen le plus sûr, « lorsque leurs enfants ne sont pas encore capables de goûter les vérités solides et dénuées de tous agréments, de les leur faire aimer et si cela se peut dire, de les leur faire avaler ».

Perrault s'adressait aux beaux esprits de la société de cour, aristocratie et haute bourgeoisie, et aux femmes en particulier : en mettant en scène sa Belle au Bois Dormant, les princesses de Riquet à la Houppe ou son Marquis de Carabas, il pensait aussi offrir aux jeunes lecteurs des récits « proportionnés à la faiblesse de leur âge ». À cette relation autoritaire s'oppose de plus en plus, en ce début du xxie siècle, une approche plus libre de la culture de l'écrit par les enfants formés dans les écoles et les bibliothèques, ainsi que par une communication entre les pairs, mise en évidence par David Riesman dans La Foule solitaire dès les années 1950. Cette relation assure le succès d'une œuvre, parfois contre le goût des adultes eux-mêmes, à travers les stratégies de la publicité et dans une proximité accrue des auteurs et de leur lectorat. Au delà de la galaxie Mac Luhan, et dans une mutation qui a accompagné le passage « des écrits aux écrans », le développement du réseau Internet a promu, en effet, une nouvelle convivialité pour ceux qui ont succédé aux « enfants de l'image » et que nous appellerons « les enfants de la vidéosphère », héritiers du numérique et du digital.

Peut-être bien informés dès sept ans par Le Petit Quotidien ou par la presse des éditions Bayard (Pomme d'api, etc.), au fait des « clefs de l'actualité », ces lecteurs préfèrent Titeuf et Gaston Lagaffe à la Bécassine de la Semaine de Suzette (1905-1960), et ignorent tout du Saint-Nicolas de 1880. Bien guidés par la vigilance parentale, ils sont capables d'aller sur les sites de plus en plus nombreux des écrivains et des éditeurs dont l'invitation à communiquer par courrier électronique s'inscrit parfois à l'intérieur des livres mêmes, comme c'est le cas à la fin des romans de Serge Brussolo, auteur de la série Peggy Sue et les fantômes. Une pédagogie ludique suggère, sur d'autres sites, de rédiger des commentaires sur les œuvres, de dialoguer à leur sujet. Ainsi le « blog » du Petit Nicolas, personnage imaginé par le duo Sempé-Goscinny (1960), appelle le lecteur à se prononcer sur « la mixité à l'école » et à dire quel est son personnage préféré parmi les « copains » du jeune héros. Des livres plus engagés, comme les romans de la collection « J'accuse » des éditions Syros, encouragent l'adolescent à aborder les questions de l'actualité, comme La Pêche miraculeuse (2004) d'Alain Devalpo, qui traite de l'enlèvement d'Ingrid Bettencourt par la guérilla colombienne. Certes, la « crise de la lecture » qui affecte les jeunes n'est pas un leurre. Mais, comme le proclamait le titre d'un ouvrage de Christian Baudelot publié en 1999, Et pourtant ils lisent.

Cet acte ne se conçoit pas sans un héritage qui s'incarne dans une suite de modèles d'identification rassemblant le Petit Prince et « l'enfant noir », enfants terribles et petites filles modèles, enfants « sans famille » ou « treize à la douzaine », Oliver Twist, Gavroche, Huckeberry Finn, Patapoufs et Filifers, Delphine et Marinette, Moumine, Kirikou, Titeuf et les autres. Cette galerie infinie comprend aussi des personnages parfo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Michel Tournier

Michel Tournier
Crédits : Philippe Matsas/ Opale/ Leemage

photographie

Les Misérables, V. Hugo

Les Misérables, V. Hugo
Crédits : Géo Dupuis/ musée Victor Hugo, Paris/ AKG Images

photographie

Lewis Carroll

Lewis Carroll
Crédits : Lewis Carroll/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Émile, J.-J. Rousseau

Émile, J.-J. Rousseau
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université de Paris-XIII, président fondateur de l'Institut international Charles-Perrault

Classification

Autres références

«  JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA  » est également traité dans :

ALEXANDER LLOYD (1924-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 515 mots

Nourri aux sources de la mythologie et des romans arthuriens, l'écrivain américain Lloyd Alexander transporta ses lecteurs dans un univers de fantasy avec cinq romans regroupés sous le titre de Prydain Chronicles ( Chroniques de Prydain ). La série débute avec The Book of Three (1964, Le Livre des trois ), récit de l'ascension d'un jeune héros du nom de Taran, garçon porcher qui prendra la tê […] Lire la suite

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, Lewis Carroll - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sophie MARRET
  •  • 1 212 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un univers étrange et onirique »  : […] Les Aventures d'Alice au pays des merveilles naquirent lors d'une promenade en bateau à laquelle Lewis Carroll avait convié Alice, Lorina et Charlotte Liddell, les filles du doyen de Christ Church. Les enfants lui demandèrent de leur raconter une histoire qu'il inventa au fur et à mesure de leur progression, comme le rapporte son ami le révérend Duckworth qui les accompagnait. Sur la prière d'Ali […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Une volonté d'édification et de pédagogie »  : […] L'évolution du genre suit, comme il est logique, l'évolution de la place attribuée à l'enfant dans la société anglaise et, plus précisément, au sein de la classe dominante. Tant que les enfants n'existent pas pleinement comme individus reconnus et que rares sont ceux qui savent lire, il n'y a pas de textes qui leur soient vraiment destinés. Tout au plus ont-ils connaissance, généralement par la vo […] Lire la suite

BARRIE JAMES (1860-1937)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 794 mots

Auteur de pièces de théâtre et de romans, James Barrie, né le 9 mai 1860 en Écosse à Kirriemuir, est surtout connu pour avoir créé le personnage de Peter Pan, le garçon qui ne voulait pas grandir. Fils d'un tisserand, il ne s'était jamais remis de la mort d'un de ses frères, survenue alors qu'il avait six ans, et de l'effet catastrophique que cette mort eut sur sa mère, laquelle devait exercer sur […] Lire la suite

BARTHÉLEMY abbé JEAN-JACQUES (1716-1795)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 379 mots

Numismate et archéologue, Barthélemy commença à s'intéresser à l'archéologie paléochrétienne lorsqu'il étudiait la théologie à Marseille chez les Jésuites ; il y apprit aussi l'arabe, le syriaque et l'hébreu. Il entra ensuite au séminaire mais il ne put se découvrir une vocation au sein de l'Église et, renonçant à accéder à la prêtrise, il partit pour Paris. Il s'était fait recommander auprès du c […] Lire la suite

BERTALL CHARLES ALBERT D'ARNOUX dit (1820-1882)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 848 mots

Dessinateur, caricaturiste et photographe, Bertall se forme à la scène de genre dans l'atelier de Drolling. Émule de Gavarni, dont il se rapproche par l'inspiration, Bertall retrace l'histoire des mœurs du second Empire dans la presse comique ( Magasin pittoresque , L'Illustration , Journal pour rire ...) et dans de nombreux albums de caricature, et travaille à la fin de sa vie pour Barba, l'édite […] Lire la suite

BLYTON ENID (1897-1968)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 492 mots

Écrivain prolifique et extrêmement populaire, la Britannique Enid Blyton écrivit essentiellement pour la jeunesse. Fille d'un homme d'affaires, Enid Mary Blyton naît le 11 août 1897 dans le quartier londonien d'East Dulwich. Elle étudie la musique avant de se former aux métiers de l'enseignement au lycée d'Ipswich (1916-1918). Elle publie un de ses poèmes dans un magazine pour enfants dès l'âge de […] Lire la suite

BRUNHOFF JEAN DE (1899-1937)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 224 mots

Conteur et illustrateur, Jean de Brunhoff appartient à une famille d'origine balte et suédoise d'éditeurs et de rédacteurs de revues d'art (son père avait édité le Programme des Ballets russes de Diaghilev). Élève de l'atelier d'Othon Friesz, il peint dans une veine impressionniste quand un incident donne une tout autre orientation à sa carrière : il entend sa femme raconter à leurs deux enfants […] Lire la suite

CARÊME MAURICE (1899-1978)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 617 mots

Maurice Carême est né dans le Brabant wallon, à Wavre. Il est donc ce qu'il est convenu d'appeler un poète belge d'expression française. Son père, peintre en bâtiment, ne rentrait à la maison que le samedi, rapportant à son fils des images d'Épinal aux couleurs vives, qui ressemblent par leur naïveté aux poèmes que composera plus tard Maurice Carême. Sa mère tenait une petite épicerie, et son gran […] Lire la suite

CARROLL LEWIS (1832-1898)

  • Écrit par 
  • Jean GATTÉGNO
  •  • 2 947 mots
  •  • 1 média

L'œuvre de Lewis Carroll fait problème : écrite d'abord pour des enfants, c'est chez les adultes qu'elle connaît à l'heure actuelle le plus grand succès ; insérée dans le courant qui, à l' époque victorienne, a transformé la littérature enfantine, c'est au milieu du xx e siècle qu'on a pris la mesure de son caractère d'avant-garde dans divers domaines des sciences humaines ; écrite par un clergy […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PERROT, « JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-pour-la-jeunesse/