TOURNIER MICHEL (1924-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arrivé sur le tard à la littérature, Michel Tournier s'est imposé comme un des romanciers contemporains les plus populaires. Son premier roman Vendredi ou les limbes du Pacifique (1967) s'est vendu à plus de sept millions d'exemplaires, Le Roi des Aulnes (1970) à plus de quatre millions et ses textes sont traduits dans une quarantaine de pays. Saluée par la critique, étudiée à l'école et à l'université, son œuvre occupe une place singulière dans la littérature contemporaine. À une époque où le Nouveau Roman se définit par ses expérimentations formelles, Michel Tournier opte pour une forme résolument classique. « Mon propos, écrit-il, n'est pas d'innover dans la forme, mais de faire passer au contraire dans une forme aussi traditionnelle, préservée et rassurante que possible une matière ne possédant aucune de ces qualités. » (Le Vent Paraclet, 1977)

Écrivain par compensation

Michel Tournier naît à Paris le 19 décembre 1924 dans une famille aisée. Son éducation est profondément marquée par la culture allemande, la musique et la religion catholique. Son père est directeur général du Bureau international des éditions de musique (BIEM) chargé de la gestion des droits d'auteur de la musique enregistrée et sa mère est une ancienne universitaire germaniste. Il fait ses études au collège Saint-Eremberg de Saint-Germain-en-Laye de 1935 à 1937 puis, pendant un an, chez les pères d'Alençon qui lui inspireront les personnages d'Abel Tiffauges dans Le Roi des aulnes et d'Alexandre Surin dans Les Météores (1975). Plus tard, au lycée Pasteur, il a comme condisciples Roger Nimier et Gilles Deleuze. Il découvre la philosophie grâce aux cours de Maurice de Gandillac et à la lecture des œuvres de Gaston Bachelard. Il s'inscrit à la faculté de droit et lettres de la Sorbonne et prépare un DES de philosophie. En 1946, il est un des premiers chercheurs à retourner en Allemagne. Jusqu'en 1949, il étudie la philosophie allemande à l'université de Tübingen.

Michel Tournier

Photographie : Michel Tournier

Optant pour une forme résolument classique, Michel Tournier renoue, dans ses grands ouvrages, avec le roman de formation et les archétypes mythiques propres au conte. 

Crédits : Philippe Matsas/ Opale/ Leemage

Afficher

De retour en France, il prépare en 1950 l'agrégation. Son échec au concours est pour lui un choc profond. Il décide de renoncer à la carrière d'enseignant. « Je suis devenu écrivain par compensation », écrira plus tard Michel Tournier. Il entre alors à la RTF comme journaliste et traducteur, puis il est engagé en 1954 comme attaché de presse à Europe no 1. Parallèlement, il collabore aux suppléments littéraires du Monde et du Figaro. En 1958, il dirige le service littéraire des éditions Plon et commence la rédaction de Vendredi ou les limbes du Pacifique, adaptation de l'œuvre de Daniel Defoe et réflexion sur la civilisation moderne. Le roman, reçoit en 1967, le grand prix de l'Académie française. Trois ans plus tard, Le Roi des aulnes (adapté au cinéma en 1996 par Volker Schlöndorff) obtient le prix Goncourt et assoit définitivement la notoriété de l'écrivain. Michel Tournier peut désormais se consacrer exclusivement à la littérature. Il est l'auteur de nombreux romans : Les Météores, Gaspard, Melchior et Balthazar (1980), Gilles et Jeanne (1983), La Goutte d'or (1985) et Eléazar ou la source et le buisson (1996), d'essais : Le Vent Paraclet, Le Vol du vampire (1981), Les Vertes Lectures (2006), de contes et de nouvelles pour enfants : Le Coq de bruyère (1978), La Fugue du Petit Poucet (1979), Pierrot ou les secrets de la nuit (1979), Barbedor (1980) et Le Médianoche amoureux (1989), ainsi que d'une pièce de théâtre Le Fétichiste (1973). L'écrivain s'est aussi intéressé à d'autres formes d'art, comme la photographie. Il a notamment été l'ami de Lucien Clergue et d'Édouard Boubat. De 1972 à 2010, il siège à l'académie Goncourt. En 1993, il a reçu la médaille Goethe et en 1997, il a été élu au rang de docteur honoris causa de l'université de Londres. Il meurt le 18 janvier 2016 à Choisel, dans la vallée de Chevreuse, où il habitait depuis plus de cinquante ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOURNIER MICHEL (1924-2016)  » est également traité dans :

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 586 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Genèse du mythe, génie du lieu »  : […] Il est banal de dire que les « lieux » littéraires sont devenus des lieux sacrés. À jamais le modeste chemin qui mène aux Charmettes et ses pervenches printanières ont pris, grâce aux Confessions , l'ampleur d'une route et de stations de pèlerinage. Ce lac près d'Aix-les-Bains que Lamartine, lors d'un très bref séjour, a immortalisé dans un célèbre poème rejoint la rive de l'Arno à jamais fixée pa […] Lire la suite

LE ROI DES AULNES, Michel Tournier - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 004 mots
  •  • 1 média

Dans Vendredi, ou les Limbes du Pacifique , son premier roman paru en 1967, Michel Tournier avait « réécrit » l'histoire de Robinson Crusoé, donnant au mythe forgé par Daniel Defoe une dimension philosophique et l'ajustant à des interrogations plus contemporaines . Le Roi des aulnes pour sa part, prix Goncourt en 1970, emprunte son titre à l'un des poèmes les plus célèbres de Goethe, immortalisé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric MAGET, « TOURNIER MICHEL - (1924-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-tournier/