Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

Après Jean-Jacques Rousseau

Émile, J.-J. Rousseau - crédits : AKG-images

Émile, J.-J. Rousseau

Quittant le merveilleux, la mode du « conte moral » au xviiie siècle fut, beaucoup plus que celle des contes mondains, proche des Conversations et proverbes de Mme de Maintenon qui posait à Saint-Cyr, pour les jeunes filles de l'aristocratie, les bases du théâtre d'éducation. Cette mode se voulut conviviale et Arnault Berquin, s'inspirant du premier périodique allemand de Weysse, créa L'Ami des enfans en 1782-1784 et L'Ami de l'adolescence en 1784-1785, brefs périodiques, ensuite réédités sous forme de livres : il y présenta des anecdotes sur la vie de tous les jours pour appliquer la pédagogie qu'il tirait de la lecture de l'Émile ou de l'Éducation (1762) de Jean-Jacques Rousseau. Dans ses Lectures pour les enfans, recueil de contes, d'anecdotes et de traits de vertu, choisi des meilleurs auteurs, il reproduisit Jeannot et Colin de Voltaire et Les Troglogytes de Montesquieu, alors que Mme Leprince de Beaumont, qui lança en 1756 son Magasin des Enfans, suivait le même modèle, mais incluait néanmoins La Belle et la Bêtedans son volume. Un recueil de 1806 est significatif de l'esprit de l'époque : il s'intitule Contes moraux pour l'instruction de la jeunesse par Mme Leprince de Beaumont. En effet, les révolutionnaires de 1789 ne purent pas constituer un livre d'enseignement primaire, malgré la création tardive d'une École normale. Quant au Comité d'instruction publique, il s'employa à composer en 1793 un Tableau des actions héroïques et vertueuses, qui fut interrompu après quelques livraisons. De son côté, Laurent-Pierre Bérenger, dans son Nouveau Magasin des petits enfans, s'en prenait à « la Révolution qui a laissé un vide de principes moraux et littéraires qu'il semble impossible de remplir ». L'édit de 1791 ayant libéré le théâtre, c'est vers ce genre que se portèrent les talents. Dès lors, il ne restait dans le projet d'éducation publique de la jeunesse, avec les « catéchismes républicains » et en dehors du mélodrame qui fut « la moralité de la Révolution », que la célébration de la vie simple et des devoirs de la vertu ou l'héroïsme des grands hommes.

Jakob et Wilhelm Grimm - crédits : AKG-images

Jakob et Wilhelm Grimm

Le retour « aux rêveries d'un peuple enfant » fut assuré, sous l'influence de Gérard de Nerval, par « l'excentrique » Nodier, qui s'inspirait du romantisme allemand avec Trilby (1822) suivi de Histoire du chien de Brisquei (1930), La Fée aux miettes (1832), Trésor des fèves et fleur des pois (1833). Le mouvement recevait son impulsion de la traduction à partir de l'anglais des contes de Grimm, sous le titre Vieux Contes pour l'amusement des grands et des petits enfants (1824). Quant aux contes d'E. T. A. Hoffmann, lus dans le texte, ils ne seraient traduits qu'en 1832, précédant ceux d'Hans Christian Andersen en 1848 et les contes populaires russes, révélés par Afanassiev vers 1860 et traduits en 1913.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de l'université de Paris-XIII, président fondateur de l'Institut international Charles-Perrault

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Michel Tournier - crédits : Rapahel Gaillarde/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Michel Tournier

<em>Les Misérables</em>, V. Hugo - crédits : Géo Dupuis/ musée Victor Hugo, Paris/ AKG Images

Les Misérables, V. Hugo

Lewis Carroll - crédits : Lewis Carroll/ Hulton Archive/ Getty Images

Lewis Carroll

Autres références

  • ALEXANDER LLOYD (1924-2007)

    • Écrit par Universalis
    • 507 mots

    Nourri aux sources de la mythologie et des romans arthuriens, l'écrivain américain Lloyd Alexander transporta ses lecteurs dans un univers de fantasy avec cinq romans regroupés sous le titre de Prydain Chronicles (Chroniques de Prydain). La série débute avec The Book of Three (1964, Le Livre...

  • ALICE AU PAYS DES MERVEILLES, Lewis Carroll - Fiche de lecture

    • Écrit par Sophie MARRET
    • 1 212 mots
    • 1 média
    Les Aventures d'Alice au pays des merveilles naquirent lors d'une promenade en bateau à laquelle Lewis Carroll avait convié Alice, Lorina et Charlotte Liddell, les filles du doyen de Christ Church. Les enfants lui demandèrent de leur raconter une histoire qu'il inventa au fur et à mesure de leur...
  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

    • Écrit par Elisabeth ANGEL-PEREZ, Jacques DARRAS, Jean GATTÉGNO, Vanessa GUIGNERY, Christine JORDIS, Ann LECERCLE, Mario PRAZ
    • 28 170 mots
    • 30 médias
    L'évolution du genre suit, comme il est logique, l'évolution de la place attribuée à l'enfant dans la société anglaise et, plus précisément, au sein de la classe dominante. Tant que les enfants n'existent pas pleinement comme individus reconnus et que rares sont ceux qui savent lire, il n'y a pas de...
  • BARRIE JAMES (1860-1937)

    • Écrit par Universalis
    • 791 mots

    Auteur de pièces de théâtre et de romans, James Barrie, né le 9 mai 1860 en Écosse à Kirriemuir, est surtout connu pour avoir créé le personnage de Peter Pan, le garçon qui ne voulait pas grandir.

    Fils d'un tisserand, il ne s'était jamais remis de la mort d'un de ses frères, survenue alors...

  • Afficher les 93 références

Voir aussi