CHEFFERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anthropologie sociale, plus encore peut-être que l'histoire, élargit l'interprétation courante de la définition aristotélicienne de l'homme comme être naturellement « politique » à bien d'autres références que les sociétés dites « historiques » ou que les sociétés dominées par un appareil étatique. Dans la diversité effective des degrés et des types d'organisation du pouvoir politique, la chefferie représente une formule qui s'est imposée à l'observateur des sociétés traditionnelles, en dépit de la part d'arbitraire ou d'ambiguïté qu'elle comporte, en Océanie, mais aussi en Afrique.

Les chefferies africaines

On ne peut parler de « chefferies » africaines sans admettre d'abord, d'une part, que cette expression recouvre des réalités sociopolitiques extrêmement diversifiées, et, d'autre part, que les formes du pouvoir politique qu'elles caractérisent sont rarement figées mais, au contraire, subissent des contraintes historiques, démographiques ou simplement écologiques qui font d'elles un centre privilégié du dynamisme social.

Si elle est devenue tout à fait commune, cette expression a pour origine une attitude coloniale qui envisageait l'« autre » dans le halo de l'exotisme et qui visait à bâtir l'administration des territoires et des hommes. La formule britannique indirect rule (gouvernement indirect) exprime bien le souci qu'avaient les colonisateurs de comprendre les institutions politiques africaines traditionnelles (par opposition à celles du monde européen) et de les utiliser, aussi diversifiées fussent-elles, de manière à mettre en place des formes de relais du pouvoir adaptées à chaque situation particulière. Les États africains en accédant à l'indépendance ont perpétué cette approche du fait politique traditionnel et son traitement administratif. Aussi convient-il de distinguer, dans la situation actuelle, les chefferies créées et mises en place depuis la colonisation de celles qui conservent une authenticité africaine, quand bien même elles n'ont pu se soustraire aux pressions politiques contemporaines.

Du fait de leur caractère très élaboré, de leur cohésion et de leur permanence, les chefferies bamiléké sont souvent citées en exemple dans la littérature anthropologique. Au sud-ouest des plateaux du Cameroun occidental, elles voisinent avec le royaume bamum, et avec des populations où le pouvoir politique est éclaté au sein des groupes de parenté. Chacune d'elles est établie sur un territoire bien délimité, dont les frontières sont parfois matérialisées par des tranchées. Le chef (fon, foyne, mfe, mokondji selon les régions) est étroitement associé à son terroir, dans une relation « écologique » qui s'exprime à travers une sacralisation de sa personne et de la terre – sacralisation telle qu'à la mort du chef les cultures sont interrompues. La population d'une « chefferie » est hétérogène, c'est-à-dire que des étrangers peuvent s'établir à côté du ou des patrilignages dominants sans pour autant se confondre avec eux, mais ils reconnaissent l'autorité du chef, qui leur permet de cultiver une parcelle du sol. L'extension démographique des chefferies est inégale. J.-C. Barbier notait en 1967 que, sur un total de 121, 88 avaient moins de 5 000 habitants, avec un minimum de 500, tandis que celle de Bandjoun, la plus vaste, réunissait environ 40 000 personnes. De tels écarts numériques entraînent nécessairement des différences importantes dans la pratique du pouvoir, d'une chefferie à l'autre.

Le nouveau chef bamiléké est désigné parmi les fils du défunt sans que soit prise en compte la primogéniture. Le plus souvent, en effet, le père avait, avant sa mort, notifié son choix à différents notables et chefs alliés, lesquels à l'heure de la succession vérifient l'authenticité de cette désignation et organisent les cérémonies d'intronisation. Celles-ci manifestent la continuité du pouvoir et perpétuent ses apparences sacrales. Le nouveau chef subit un stage initiatique ; il se familiarise avec les lieux interdits aux gens ordinaires, avec les sociétés secrètes, puis il prend possession des objets rituels et de sa résidence, véritable cœur politico-religieux. Dans l'exercice du pouvoir, il aura à faire bien vivre sa terre et ses habitants, desquels il recevra des présents ; il devra composer avec les groupes de parenté et avec les diverses associations de notables et de femmes ayant un statut élevé, ces associations étant constituées différemment selon les chefferies. Certains chefs bamiléké ont été conduits, par la pression démographique ou simplement par leur ambition propre, à conquérir des chefferies voisines, mais sans qu'il en résulte un bouleversement sociopolitique déterminant.

Il ne semble pas que l'évolution interne de ces chefferies ait été suffisante pour entraîner une transformation radicale du système politique, comme ce fut le cas en pays bamum. Ce sont, en effet, les attaques fulbe, au xixe siècle, et les violences de la guerre qui ont conduit le chef Mbuembwe à adopter l'organisation militaire des assaillants – dont la cavalerie – dans un premier temps pour résister, puis pour conquérir et dominer. Ainsi est né le royaume bamum. Le pouvoir royal alors se dégage des groupes de parenté (au moins partiellement) ; il impose sa volonté par la force et accumule des biens au détriment de la population, tandis que s'effectue une différenciation sociale importante.

Il ne faut pas pour autant considérer que la chefferie précède nécessairement la formation d'un État. Certaines peuvent même résulter de la disparition d'un État, comme celles qui apparurent, devenant indépendantes et rivales, lors du démembrement du royaume interlacustre du Buha, voisin du Burundi. Le royaume rozwi, héritier des États issus du Monomotapa (actuellement Zimbabwe), s'est disloqué de la même façon au xixe siècle sous les coups des invasions nguni. C'est ainsi qu'une multitude de chefferies constitueront les centres d'organisation politique du peuple shona. Certaines seront sous l'autorité d'un négociant traitant avec les commerçants de la côte orientale, le pouvoir se transmettant alors à l'intérieur de la famille ; d'autres seront dirigées par des médiums détenant le pouvoir en vertu de leur capacité d'entrer en relation avec l'au-delà. Plusieurs chefferies shona furent ultérieurement liées au royaume ndebele par une obligation tributaire : elles durent livrer au roi des biens matériels, du bétail et des hommes, tout en gardant leur organisation propre, avec à leur tête le chef qu'elles avaient choisi.

On tro [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en ethnologie, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : anthropologue, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  CHEFFERIE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Dans le chapitre « Civilisation des greniers »  : […] L'agriculture des clairières nourrit le producteur, mais ne lui laisse pas de surplus à emmagasiner. Lorsque la famille élémentaire – les époux et leurs enfants – peut subsister sans consommer tout ce qu'elle produit, un seuil culturel est franchi : les conditions qui rendent possible l'émergence du pouvoir politique sont réalisées. Les légumineuses et les céréales, dominantes dans l'agriculture d […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 828 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La zone guinéenne »  : […] Pays où la forêt s'éclaircit et le climat s'équilibre, la zone guinéenne a vu se développer des chefferies et des royaumes qui constituent sans aucun doute les formes les plus élaborées de la civilisation d'Afrique noire. […] Lire la suite

AYMARAS

  • Écrit par 
  • Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE
  •  • 4 751 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et les structures des Aymaras »  : […] L'histoire de l'ethnie aymara est encore mal connue, bien que, par sa culture, celle-ci soit relativement plus homogène que les autres ethnies andines, et que sa tradition orale soit riche et ancienne. Comme les autres groupes amérindiens, on présume que les ancêtres des Aymaras vinrent d'Asie, sur le continent américain, il y a environ 20 ou 30 000 ans, via le détroit de Béring. Leur origine amaz […] Lire la suite

BAMBARA

  • Écrit par 
  • Jean BAZIN
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une identité sociale relative »  : […] Aujourd'hui, Bambara est l'une des grandes catégories ethniques grâce auxquelles les habitants de la république du Mali s'identifient mutuellement. Les Bambara sont majoritaires dans la moitié occidentale du territoire, approximativement de Bamako à Djenné. On nomme aussi couramment bambara la forme véhiculaire moderne, utilisée par un nombre croissant de Maliens, de la langue mandingue, c'est-à- […] Lire la suite

BAMILÉKÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « Valeurs sociales »  : […] Pour un Bamiléké, le but de la vie est de fonder un village et de le faire prospérer, en y ayant beaucoup de femmes et d'enfants. Pour chaque femme, il faut offrir la compensation matrimoniale à ses parents ; les fils non héritiers ne peuvent le faire puisqu'ils ne possèdent rien. Un autre arrangement leur permet de prendre femme : une sorte de mariage à crédit, où la compensation est remplacée pa […] Lire la suite

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 090 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite

BAOULÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHAUVEAU
  •  • 3 390 mots

Dans le chapitre « L'organisation sociale »  : […] Le village ( klo ), dont les plus importants comptaient au début du xx e  siècle deux milliers d'habitants, est composé de différents quartiers ( akpaswa ) regroupant, autour d'une famille prééminente, des unités de résidence restreintes ( awlo ) et de niveau supérieur ( awlobo ). Chacune de ces unités (qui, à l'exception de l' awlo , ne correspondent pas forcément à des entités topographiques dis […] Lire la suite

CAHOKIA

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 1 734 mots

Dans le chapitre « Une société segmentée »  : […] Inversement, une population restreinte, donc une main-d'œuvre moins nombreuse, pourrait être un argument pour affirmer l'existence d'un pouvoir centralisé fort, capable de mobiliser les énergies pour de grands travaux. Comme le signale G. R. Milner, de nombreux arguments vont à l'encontre de cette hypothèse. Tout d'abord, Cahokia apparaît plutôt comme un centre ( central place ) que comme une capi […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la pénétration européenne »  : […] En 1472, sous le règne d'Alphonse V de Portugal, un certain Fernando Póo découvrit une île, qu'il appela Formosa, et l'estuaire d'un grand fleuve dominé par une haute montagne ; il nomma ce fleuve « o rio dos Camaroẽs ». La côte était habitée par les Caabo et les Bota ; le Français Jean Fontenau visita, un peu plus tard, la côte et en décrivit « les bonnes populations » qu'il appelait Ambou. Les P […] Lire la suite

CLASTRES PIERRE (1934-1977)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 1 331 mots

Avec une sûreté, une concision et une élégance qui devaient marquer chacun de ses écrits, le premier essai de Pierre Clastres, Échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne , jetait les fondements de son anthropologie politique. Il contenait déjà, pour l'essentiel, l'interprétation du monde dit primitif ou sauvage que Clastres ne devait cesser d'enrichir dans la suite. Nombreux ont été […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 août 2020 Canada. Élection de Erin O'Toole à la tête du Parti conservateur.

chefferie du Parti conservateur en s’imposant, au troisième tour de scrutin, devant le favori, l’ancien ministre Peter MacKay. Erin O’Toole succède à Andrew Scheer. […] Lire la suite

1er-18 octobre 2018 Canada. Alternance au Québec.

chefferie du PQ qui perd son statut de parti reconnu à l’Assemblée nationale – il faut pour cela avoir obtenu au moins 20 p. 100 des suffrages ou détenir au moins 12 sièges. Le 18, François Legault présente son gouvernement. […] Lire la suite

14 septembre 2018 Canada. Présentation du nouveau parti de Maxime Bernier.

chefferie du Parti conservateur, le député de Beauce (Québec) Maxime Bernier, qui avait démissionné de sa formation en août, présente son nouveau parti, le Parti populaire du Canada, d’inspiration libertarienne, estimant qu’il est « temps de remettre le pouvoir entre les mains des gens ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henri LAVONDÈS, Jean-Claude PENRAD, « CHEFFERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chefferie/