CHEFFERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anthropologie sociale, plus encore peut-être que l'histoire, élargit l'interprétation courante de la définition aristotélicienne de l'homme comme être naturellement « politique » à bien d'autres références que les sociétés dites « historiques » ou que les sociétés dominées par un appareil étatique. Dans la diversité effective des degrés et des types d'organisation du pouvoir politique, la chefferie représente une formule qui s'est imposée à l'observateur des sociétés traditionnelles, en dépit de la part d'arbitraire ou d'ambiguïté qu'elle comporte, en Océanie, mais aussi en Afrique.

Les chefferies africaines

On ne peut parler de « chefferies » africaines sans admettre d'abord, d'une part, que cette expression recouvre des réalités sociopolitiques extrêmement diversifiées, et, d'autre part, que les formes du pouvoir politique qu'elles caractérisent sont rarement figées mais, au contraire, subissent des contraintes historiques, démographiques ou simplement écologiques qui font d'elles un centre privilégié du dynamisme social.

Si elle est devenue tout à fait commune, cette expression a pour origine une attitude coloniale qui envisageait l'« autre » dans le halo de l'exotisme et qui visait à bâtir l'administration des territoires et des hommes. La formule britannique indirect rule (gouvernement indirect) exprime bien le souci qu'avaient les colonisateurs de comprendre les institutions politiques africaines traditionnelles (par opposition à celles du monde européen) et de les utiliser, aussi diversifiées fussent-elles, de manière à mettre en place des formes de relais du pouvoir adaptées à chaque situation particulière. Les États africains en accédant à l'indépendance ont perpétué cette approche du fait politique traditionnel et son traitement administratif. Aussi convient-il de distinguer, dans la situation actuelle, les chefferies créées et mises en place depuis la colonisation de celles qui conservent une authenticité africaine, quand bie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : anthropologue, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : docteur en ethnologie, docteur ès lettres, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CHEFFERIE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Civilisations traditionnelles

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 906 mots

Dans le chapitre « Civilisation des greniers »  : […] L'agriculture des clairières nourrit le producteur, mais ne lui laisse pas de surplus à emmagasiner. Lorsque la famille élémentaire – les époux et leurs enfants – peut subsister sans consommer tout ce qu'elle produit, un seuil culturel est franchi : les conditions qui rendent possible l'émergence du pouvoir politique sont réalisées. Les légumineuses et les céréales, dominantes dans l'agriculture d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-civilisations-traditionnelles/#i_13635

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Un foisonnement artistique

  • Écrit par 
  • Louis PERROIS
  •  • 6 825 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La zone guinéenne »  : […] Pays où la forêt s'éclaircit et le climat s'équilibre, la zone guinéenne a vu se développer des chefferies et des royaumes qui constituent sans aucun doute les formes les plus élaborées de la civilisation d'Afrique noire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-un-foisonnement-artistique/#i_13635

AYMARAS

  • Écrit par 
  • Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE
  •  • 4 750 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et les structures des Aymaras »  : […] L'histoire de l'ethnie aymara est encore mal connue, bien que, par sa culture, celle-ci soit relativement plus homogène que les autres ethnies andines, et que sa tradition orale soit riche et ancienne. Comme les autres groupes amérindiens, on présume que les ancêtres des Aymaras vinrent d'Asie, sur le continent américain, il y a environ 20 ou 30 000 ans, via le détroit de Béring. Leur origine amaz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aymaras/#i_13635

BAMBARA

  • Écrit par 
  • Jean BAZIN
  •  • 2 614 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une identité sociale relative »  : […] Aujourd'hui, Bambara est l'une des grandes catégories ethniques grâce auxquelles les habitants de la république du Mali s'identifient mutuellement. Les Bambara sont majoritaires dans la moitié occidentale du territoire, approximativement de Bamako à Djenné. On nomme aussi couramment bambara la forme véhiculaire moderne, utilisée par un nombre croissant de Maliens, de la langue mandingue, c'est-à- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bambara/#i_13635

BAMILÉKÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « Valeurs sociales »  : […] Pour un Bamiléké, le but de la vie est de fonder un village et de le faire prospérer, en y ayant beaucoup de femmes et d'enfants. Pour chaque femme, il faut offrir la compensation matrimoniale à ses parents ; les fils non héritiers ne peuvent le faire puisqu'ils ne possèdent rien. Un autre arrangement leur permet de prendre femme : une sorte de mariage à crédit, où la compensation est remplacée pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamileke/#i_13635

BANTOU

  • Écrit par 
  • Luc de HEUSCH
  •  • 8 088 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire et mythe »  : […] Les ethnohistoriens ont produit, depuis le milieu des années soixante, d'importantes monographies régionales précises qui éclairent l'histoire des peuples bantous au cours des derniers siècles. Ils se sont intéressés principalement à la formation des grands royaumes qui se sont développés dans la savane qui borde la lisière méridionale de la forêt ou dans la région montagneuse des Grands Lacs. On […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bantou/#i_13635

BAOULÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHAUVEAU
  •  • 3 390 mots

Dans le chapitre « L'organisation sociale »  : […] Le village ( klo ), dont les plus importants comptaient au début du xx e  siècle deux milliers d'habitants, est composé de différents quartiers ( akpaswa ) regroupant, autour d'une famille prééminente, des unités de résidence restreintes ( awlo ) et de niveau supérieur ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baoule/#i_13635

CAHOKIA

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 1 734 mots

Dans le chapitre « Une société segmentée »  : […] Inversement, une population restreinte, donc une main-d'œuvre moins nombreuse, pourrait être un argument pour affirmer l'existence d'un pouvoir centralisé fort, capable de mobiliser les énergies pour de grands travaux. Comme le signale G. R. Milner, de nombreux arguments vont à l'encontre de cette hypothèse. Tout d'abord, Cahokia apparaît plutôt comme un centre ( central place […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cahokia/#i_13635

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les débuts de la pénétration européenne »  : […] En 1472, sous le règne d'Alphonse V de Portugal, un certain Fernando Póo découvrit une île, qu'il appela Formosa, et l'estuaire d'un grand fleuve dominé par une haute montagne ; il nomma ce fleuve « o rio dos Camaroẽs ». La côte était habitée par les Caabo et les Bota ; le Français Jean Fontenau visita, un peu plus tard, la côte et en décrivit « les bonnes populations » qu'il appelait Ambou. Les P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/#i_13635

CLASTRES PIERRE (1934-1977)

  • Écrit par 
  • Claude LEFORT
  •  • 1 331 mots

Avec une sûreté, une concision et une élégance qui devaient marquer chacun de ses écrits, le premier essai de Pierre Clastres, Échange et pouvoir : philosophie de la chefferie indienne , jetait les fondements de son anthropologie politique. Il contenait déjà, pour l'essentiel, l'interprétation du monde dit primitif ou sauvage que Clastres ne devait cesser d'enrichir dans la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-clastres/#i_13635

GABON

  • Écrit par 
  • Nicolas METEGUE N'NAH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 6 678 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Avec l'avènement des Temps modernes (1471-1839) : l'ouverture au monde extérieur »  : […] Jusqu'après le milieu du xv e  siècle, les peuples du Gabon n'entretenaient pas de relations directes avec les autres parties du monde. Celles-ci s'établirent avec l'arrivée, en 1471, des premiers navigateurs portugais à l'estuaire du Como − baptisé « Rio Gabao » − puis sur d'autres points de l'actuelle côte gabonaise les années suivantes. À la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabon/#i_13635

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les rapports de filiation »  : […] De ces rapports de parenté, si déterminants dans la composition ou la définition des groupes sociaux primaires, il faut différencier les relations établies selon la filiation  ; celles qui impliquent la référence à un ancêtre paternel ou maternel plus ou moins éloigné dans l'échelle des générations. Cette différenciation conserve encore toute sa pertinence : le principe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-social/#i_13635

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fonctionnement du système colonial »  : […] Pendant une soixantaine d'années, la Guinée va connaître un système colonial analogue à celui des autres colonies françaises de l'Ouest africain. Une administration y est mise en place selon les mêmes principes et les mêmes modalités. Sous l'autorité d'un gouverneur, le pays est divisé en vingt cercles commandés par des administrateurs venus de France. Ceux-ci ont pratiquement tous pouvoirs : res […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee/#i_13635

HUNZA ou BURUSHO

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 802 mots

Ethnie montagnarde installée dans une haute vallée du Pākistān, au cœur même du Karakoram (environ 87  000 personnes en 2000). À une date ancienne, les Hunza ou Hunzukut, qui se nomment eux-mêmes Burucho, se sont placés sous l'autorité d'un prince, le mir, chef spirituel et temporel, qui réside à Karimabad. La légende voudrait qu'un prince en exil, venu de Perse, ait fondé son royaume au pays hunz […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hunza-burusho/#i_13635

INCAS

  • Écrit par 
  • Patrice LECOQ
  •  • 6 354 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les chefferies et leur organisation »  : […] À une échelle régionale, les différents ayllus étaient organisés en chefferies d'inégale importance, dirigées par un groupe dominant auquel les chefs des ayllus dépendants étaient soumis. De même, les wakas des ayllus dépendants étaient subordonnées à la waka de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/incas/#i_13635

LOYAUTÉ ARCHIPEL DES

  • Écrit par 
  • Joël DUSUZEAU
  •  • 450 mots

Archipel corallien du Pacifique situé à 100 kilomètres à l'est de la Nouvelle-Calédonie et orienté parallèlement à celle-ci. Administrativement, les îles Loyauté constituent l'une des trois provinces de la Nouvelle-Calédonie. Les 22 080 habitants de l'archipel des Loyauté (2004) sont répartis sur trois îles principales : Ouvéa, Lifou et Maré, totalisant une superficie de 1 980 kilomètres carrés et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archipel-des-loyaute/#i_13635

MOOSE ou MOSSI

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 2 894 mots

Dans le chapitre « Le système politique »  : […] Pour rendre compte du système politique moose, nous prendrons l'exemple du Yatenga. Le royaume fondé par Naaba Yadega étant né bien après l'époque des premières conquêtes et s'étant développé au détriment de formations politiques plus anciennes, on y trouve plusieurs groupes de descendance dynastiques, dont le dernier et le plus important numériquement est issu du fondateur de la dynastie en plac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moose-mossi/#i_13635

NOUVELLE-ZÉLANDE

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE
  •  • 12 861 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Organisation sociale et politique »  : […] Proches des Hawaiiens par leur système de parenté, les Maoris vivaient en familles étendues, appelées whanau . Celles-ci rassemblaient en général trois générations, des grands-parents aux petits-enfants. Cette grande famille habitait une seule maison et cultivait en commun ses jardins. C'est entre familles que se réglaient les mariages et la répartition des jardins nouvellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-zelande/#i_13635

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La chefferie polynésienne »  : […] La chefferie, en Polynésie, contraste avec les formes de pouvoir rencontrées en Mélanésie, car elle est fondée sur une définition précise de l'institution politique, qui existe indépendamment des individus. La chefferie est en effet héréditaire et la hiérarchie des différentes sections de la société offre une structure pyramidale où les plus petites unités viennent s'emboîter dans des unités plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-ethnographie/#i_13635

OROMO

  • Écrit par 
  • Éloi FICQUET
  •  • 1 701 mots

Dans le chapitre « Les Oromo dans l'histoire éthiopienne »  : […] Fréquemment désignés par le nom à connotation péjorative de Galla, les Oromo ont longtemps été dépeints, dans la littérature historique des chrétiens d'Éthiopie ou dans les récits de voyageurs européens, comme des guerriers redoutables, des brigands, des rustres, des païens... En un mot, des barbares. Cette image tient aux conditions de leur apparition sur la scène historique éthiopienne. Les pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oromo/#i_13635

PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 744 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  L'émiettement géographique, linguistique et culturel des populations »  : […] Le cloisonnement des milieux géographiques, la difficulté des communications ont favorisé l'émiettement des populations en petits groupes de quelques dizaines ou centaines d'habitants, à l'échelle du clan, du hameau et du village . Dans de telles sociétés aux structures atomisées, la chefferie n'était ni héréditaire ni élue, mais en général gagnée à l'issue d'une compétition fondée sur une économ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papouasie-nouvelle-guinee/#i_13635

POLITIQUE - Le pouvoir politique

  • Écrit par 
  • Jean William LAPIERRE
  •  • 7 276 mots

Dans le chapitre « Degrés et modes d'organisation »  : […] L'histoire et l'ethnographie fournissent à l'anthropologie politique une multitude d'informations sur la vie politique d'un grand nombre de sociétés globales. Les modalités d'organisation du pouvoir souverain y sont très diverses : dans ce foisonnement il est difficile de mettre de l'ordre et de la clarté. On peut cependant repérer une échelle graduée des degrés d'organisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/politique-le-pouvoir-politique/#i_13635

POLYGAMIE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 9 887 mots

Dans le chapitre « Symbole des alliances politiques »  : […] Enfin, à plusieurs reprises, on a noté dans les sociétés à chefferies, féodales ou royales, que la polygynie avait une fonction politique, au point que la force d'une chefferie dépend – là où il y a concurrence entre les seigneurs pour le pouvoir – du nombre des alliances avec d'autres lignages et que, dans les royautés où l'obligation existe pour le roi de prendre une femme dans chacun des ligna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/#i_13635

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 161 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les royaumes et confédérations des Andes centrales »  : […] Après l'effondrement de Huari survient une nouvelle période de développement régional. Des chefferies se regroupent en confédérations dans les hautes terres de la Sierra et sur la côte. D'autres s'érigent en royaumes indépendants. D'importants vestiges témoignent de la puissance politique et du développement artistique de certaines cultures. Les Chimús forment un royaume occupant la majeure parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-sud/#i_13635

RÈGNE DE CHAKA, FONDATEUR DU ROYAUME ZOULOU

  • Écrit par 
  • François-Xavier FAUVELLE-AYMAR
  •  • 212 mots
  •  • 1 média

Chaka, fils de chef, membre du clan zoulou appartenant à l'ensemble culturel nguni, établi sur la côte orientale de l'actuelle Afrique du Sud, s'empare du territoire de son père en 1816 et met sur pied une armée semi-permanente dont il modifie l'équipement et la tactique, transformant la guerre de combat rituel en moyen de destruction et de conquête. À sa mort (1828), la chefferie zoulou est deven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regne-de-chaka-fondateur-du-royaume-zoulou/#i_13635

TCHAD

  • Écrit par 
  • Marielle DEBOS, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  • , Universalis
  •  • 9 759 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'époque précoloniale »  : […] L'histoire, mal connue, du bassin tchadien est celle de l'adaptation des hommes à l'aridification de la région. Au début, des cultures de chasseurs paléolithiques s'épanouissent et laissent de nombreuses œuvres pariétales. Cette tradition rupestre se maintient chez les pasteurs néolithiques et s'éteint après l'introduction du dromadaire, vers 400 après J.-C. Dans le bassin tchadien, des céramiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/#i_13635

TEKE ROYAUME

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 795 mots

Au cœur oublié de l'Afrique, le seul royaume équatorial de plaine, celui de l'U :Nko et de son peuple, sans être ignoré, reste peu connu, alors qu'il illustre un type de structure et d'histoire. Il n'y a, semble-t-il, qu'une seule grande savane en basse altitude, sous un climat équatorial (600 m) : celle des plateaux teke en grès éocènes, de 0 à 4 0 de latitude Sud entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-teke/#i_13635

THAÏ

  • Écrit par 
  • Guy MORÉCHAND, 
  • Solange THIERRY
  •  • 3 893 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères socioculturels »  : […] L'ensemble de la culture thai, tout particulièrement celle des Siamois et des Laotiens, a reçu des influences diverses, venues de la Chine et de l'Inde, mais c'est évidemment le bouddhisme qui l'a marquée le plus profondément . Dans le cadre de l'Église du Sud, appelée Hīnayāna ou Theravāda, la religion du Bouddha est en effet devenue la religion officielle de la Thaïlande et du Laos. Mais si le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thai/#i_13635

TIKOPIA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 326 mots

Île mélanésienne située au nord de Vanuatu et appartenant aux îles Salomon, la petite île de Tikopia constitue, avec les îlots de Santa Cruz, des Reef et des Duff, la partie est de cet archipel ; sa position est de 10 degrés de latitude sud et de 167 degrés de longitude est. Comme dans les autres îles des Salomon, l'économie locale est fondée sur la culture des tubercules (plus récemment du riz) e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tikopia/#i_13635

TIMOR ORIENTAL

  • Écrit par 
  • Françoise CAYRAC-BLANCHARD, 
  • Frédéric DURAND, 
  • Universalis
  •  • 4 716 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une grande diversité en dépit d’un territoire relativement limité »  : […] Située dans l'arc extérieur des petites îles de la Sonde, entre l'Indonésie et l'Australie, l'île de Timor est d'une nature géologique complexe. On y trouve des matériaux des ères secondaire, tertiaire et quaternaire, amalgamés ou juxtaposés par les forces poussant la plaque tectonique australienne sous la plaque asiatique. Ce phénomène a donné à Timor un relief particulièrement accidenté, surtou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/timor-oriental/#i_13635

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'équivalence structurale des segments est-elle un trait commun à toutes les sociétés tribales ? »  : […] Par « équivalence structurale » de segments primaires, on désigne le fait qu'ils soient fonctionnellement équivalents, c'est-à-dire économiquement, politiquement, culturellement et idéologiquement identiques et égaux. Chaque segment, chaque communauté locale est ce que sont les autres, fait pour soi-même ce que font les autres. L'illustration la plus parfaite de ce principe d'équivalence structura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_13635

Voir aussi

ALUR    AUTORITÉ POLITIQUE    BIG MAN    MÉLANÉSIE    MÉLANÉSIENS    POLYNÉSIENS    MARSHALL SAHLINS    TAHITI

Pour citer l’article

Jean-Claude PENRAD, Henri LAVONDÈS, « CHEFFERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chefferie/