BALZAC HONORÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Honoré de Balzac, A. Rodin

Honoré de Balzac, A. Rodin
Crédits : D. Greco

photographie

Balzac, Nadar

Balzac, Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Balzac : La Comédie humaine

Balzac : La Comédie humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


« Plus historien que romancier »

Le constant souci de parvenir à la synthèse par l'analyse, l'incessant va-et-vient du tout à la partie et de la partie au tout, ce sont là, déjà, méthodes d'historien. Que Balzac ait voulu se faire l'historien de son siècle, il l'a en mainte occasion proclamé. Il a « pour idée fixe », écrit-il dans la Préface de La Femme supérieure (devenu Les Employés), « de décrire la société dans son entier, telle qu'elle est » et même ajoute-t-il, il est « plus historien que romancier ». Dès la Préface du Dernier Chouan, il proclamait : « les choses parlent d'elles-mêmes et parlent [...] haut ». Faire parler les choses, faire parler l'histoire de son siècle, « la grande comédie de ce siècle », telle est son ambition. Il veut appliquer à l'histoire récente, à la société présente les méthodes qu'il avait vu appliquer au passé médiéval par Walter Scott, lu par lui dès le printemps de 1820. Balzac trouve en effet chez le romancier la réponse à deux questions essentielles. La première : comment éviter de faire une histoire « sèche », une « peinture sèche des faits et gestes », une « nomenclature sèche » ? La seconde : quelle solution littéraire adopter pour qui veut « faire concurrence à l'état civil » dans un roman, dans une fiction ? Mieux encore que Scott ne l'avait fait, Balzac a cherché à « coordonner une histoire complète dont chaque chapitre eût été un roman ».

Balzac n'a pas pour autant entièrement négligé l'événementiel pour faire, en quelque sorte, une histoire des mentalités. Les références aux personnages historiques sont nombreuses. En tête, et de très loin, vient Napoléon. En second, Catherine de Médicis, pour ses mots : « Eh bien, nous irons au prêche », quand elle croyait perdue la bataille de Dreux ; pour sa devise : Odiate e aspettate ! (Haïssez et attendez !). Quant aux personnes réelles de la société contemporaine dont les personnages de Balzac seraient la copie conforme, s'il est légitime d'y songer souvent, on ne saurait les considérer comme des modèles absolus, et surtout pas comme de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALZAC HONORÉ DE (1799-1850)  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 470 mots

20 mai 1799 Naissance de Balzac à Tours.18 mai 1804 Napoléon Bonaparte devient empereur des Français.1807 Balzac entre au collège des Oratoriens, à Vendôme. Il y restera six années.1814 En novembre, la famille Balzac s'installe à Paris.1815-1830 Restauration. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/balzac-reperes-chronologiques/

LES CHOUANS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Publié en mars 1829, Les Chouans, ou la Bretagne en 1799, qui s'intitule alors Le Dernier Chouan, est le premier roman qu'Honoré de Balzac (1799-1850) signe de son patronyme. Il marque donc sa véritable entrée en littérature et constitue le point de départ de La Comédie humaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chouans/#i_5403

LA COMÉDIE HUMAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 948 mots
  •  • 2 médias

Le premier roman signé Balzac (1799-1850) est paru en 1829 : c'est Le Dernier Chouan, qui deviendra Les Chouans en 1834. Le titre La Comédie humaine vient à Balzac en 1840, sans doute inspiré par La Divine Comédie de Dante. Titre nouveau qui remplace celui d'Étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-comedie-humaine/#i_5403

LA COUSINE BETTE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 203 mots

Avant-dernier roman d'Honoré de Balzac (1799-1850), paru en feuilleton en 1846, La Cousine Bette forme avec Le Cousin Pons le diptyque des Parents pauvres. Composées simultanément, les deux œuvres présentent d'importants parallélismes. Toutes deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cousine-bette/#i_5403

LE COUSIN PONS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 359 mots
  •  • 1 média

Dernier roman achevé et publié par Balzac (1799-1850), Le Cousin Pons paraît en feuilleton de mars à mai 1847. Une première ébauche en a été rédigée un an plus tôt, alors que l'auteur vient de traverser une période difficile où, pour la première fois dans sa vie d'écrivain, il a connu la panne d'inspiration. Miné physiquement par les a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cousin-pons/#i_5403

L'ENVERS DE L'HISTOIRE CONTEMPORAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 191 mots

Dernière œuvre écrite et achevée par Honoré de Balzac (1799-1850), L'Envers de l'histoire contemporaine ne paraît en volume qu'après sa mort. C'est néanmoins assez tôt qu'il a l'idée de ce roman dont il rédige et fait paraître dans la presse la première partie, Madame de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-envers-de-l-histoire-contemporaine/#i_5403

HISTOIRE DE LA GRANDEUR ET DE LA DÉCADENCE DE CÉSAR BIROTTEAU, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 139 mots

C'est en 1831 qu'Honoré de Balzac (1799-1850) eut l'idée de l'Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau. Mais, doutant de l'attrait qu'il pourrait exercer sur le public, il fit longtemps traîner la mise en chantier du roman : «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-grandeur-et-de-la-decadence-de-cesar-birotteau/#i_5403

HISTOIRE DES TREIZE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 171 mots
  •  • 1 média

Publiée de 1833 à 1835, Histoire des Treize se compose de trois récits – Ferragus, chef des dévorants, La Duchesse de Langeais, La Fille aux yeux d'or – qui retracent quelques-unes des aventures des membres d'une société secrète. Les Treize sont des hommes supérieurs qui, lassés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-des-treize/#i_5403

ILLUSIONS PERDUES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 380 mots
  •  • 1 média

Dédié à Victor Hugo, Illusions perdues est non seulement le plus vaste roman de La Comédie humaine, mais une de ses clés de voûte. Plongeant ses racines dans Le Père Goriot (1834) dont il reprend un des principaux personnages en même temps qu'un des élé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/illusions-perdues/#i_5403

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

La Notice biographique sur Louis Lambert parut en 1832, achevant l'édition des Nouveaux Contes philosophiques. Mais Balzac (1799-1850) remania son texte à plusieurs reprises et en offrit des versions successives, avant que celui-ci ne trouve une fortune et un titre définitifs au tome XVI de la Comédie hum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-lambert/#i_5403

LA PEAU DE CHAGRIN, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Balzac (1799-1830) a rédigé de 1816 à 1822 – entre dix-neuf et vingt-trois ans – un certain nombre d'essais philosophiques : un Discours sur l'immortalité de l'âme, différentes lectures de philosophes (Malebranche, Descartes, Spinoza, d'Holbach), un Essai sur le génie poétique, un Traité de la prière. Dans cette continuité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-peau-de-chagrin/#i_5403

LE PÈRE GORIOT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 1 065 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il commence d'écrire Le Père Goriot, en septembre 1834, Balzac (1799-1850) vit un moment décisif de sa création littéraire. Le principe organisateur des regroupements de romans par Scènes, puis par Études se découvre à lui dans toute sa dimension, et, dans une lettre à M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-pere-goriot/#i_5403

LA RABOUILLEUSE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 228 mots
  •  • 1 média

De tous les grands romans de Balzac (1799-1850), La Rabouilleuse est peut-être un des plus méconnus. Il s'agit pourtant d'une œuvre de complète maturité, strictement contemporaine de l'Avant-Propos dans lequel l'auteur explique le titre et le dessein de La Comédie humaine, dont elle reprend plusieurs des thèmes fond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-rabouilleuse/#i_5403

SPLENDEURS ET MISÈRES DES COURTISANES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 213 mots
  •  • 1 média

Venant à la suite d’Illusions perdues, mais rédigé en fait en même temps que lui, Splendeurs et misères des courtisanes occupe dans l’œuvre d’Honoré de Balzac (1799-1850) une place privilégiée. C’est le roman qui l’aura accaparé le plus longtemps : de 1835, avec la conception du personnage d’Esther, à 1847, année où il termine la dernière partie d’un ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/splendeurs-et-miseres-des-courtisanes/#i_5403

UNE TÉNÉBREUSE AFFAIRE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 272 mots

Paru en feuilleton dans Le Commerce en 1841, puis en volume en 1843, Une ténébreuse affaire s'inspire d'un fait réel qui avait défrayé la chronique quarante ans plus tôt. Dans La Comédie humaine, le roman s'inscrit parmi les « Scènes de la vie politique  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-tenebreuse-affaire/#i_5403

COURIER PAUL-LOUIS (1772-1825)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Universalis
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « Bon écrivain »  : […] « Peu de matière et beaucoup d'art », écrivit Sainte-Beuve, et fort mal, à son ordinaire, comme si La Gazette du village de Véretz (Indre-et-Loire) ne composait pas du même coup celle de tous les villages de France, celle de toute la France ; comme si la Pétition aux deux Chambres , comme si le Simple Discours n'instruisaient pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-louis-courier/#i_5403

DANDYSME

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 981 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le passage au type : Barbey, Baudelaire »  : […] Inimitable, Brummell n'en constitue pas moins une figure essentielle des clubs londoniens et de la littérature anglaise à la mode, les fashionable novels . Byron , le premier à affirmer qu'il aurait préféré être Brummell plutôt que Napoléon, contribue à faire du personnage un héros romantique. Tourné en dérision par Carlyle qui présente le dandysme comme une secte superstiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dandysme/#i_5403

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres romantiques »  : […] La révolution technique qui permit une mutation du goût en matière d'encadrement date des environs de 1765, avec l'invention des mastics. C'est la fin du bois sculpté : avec le mastic et le plâtre moulé, le cadre du xix e  siècle, s'il perdit en qualité et en résistance, gagna en exubérance et accompagna les audaces de la révolution romantique. U […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_5403

FEUILLETON

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 2 485 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle littérature populaire »  : […] C'est dans de telles conditions qu'un art de masse voit le jour. Il met en œuvre de nouveaux supports d'expression, de nouveaux modes de diffusion. Lorsqu'il s'affirme à l'époque romantique, il n'est pas d'emblée distinct d'une littérature plus reconnue. Ainsi, Charles Dickens ou Honoré de Balzac jouent sur plusieurs registres littéraires et s'adressent à des publics encore mal définis. Cette phas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feuilleton/#i_5403

IMPROVISATIONS SUR BALZAC (M. Butor)

  • Écrit par 
  • Alain CLERVAL
  •  • 1 014 mots

Il n'existe pas de solution de continuité entre l'œuvre poétique, la fiction et l'étude critique dans l'œuvre de Michel Butor. Sa démarche s'inspire toujours de la volonté d'inscrire son propos, d'ordre narratif ou poétique, dans un cadre précisément délimité. Une géométrie rigoureuse enserre la réalité descriptive ou psychologique dans un schéma qui peut apparaître comme une construction artific […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/improvisations-sur-balzac/#i_5403

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « La multiplication des postulations »  : […] Les romantiques ont eu la conviction que de nouveaux messages s'imposaient, et donc le désir d'inventer des formes neuves aptes à les porter. Chargeant la littérature d'un message, ils n'ont pas brisé le cadre du « plaire et instruire » : Lamartine et Hugo visent à édifier, fût-ce en prophétisant. Mais le public cultivé n'en demeurait pas moins imprégné des schémas classiques : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_5403

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 787 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sacre ambigu de l’écrivain »  : […] Chaque siècle nourrit sa figure de l’esprit. C’est peut-être l’homme de lettres pour le xvii e  siècle, le philosophe pour le xviii e  siècle, l’intellectuel pour le xx e  siècle. C’est en tout cas l’écrivain pour le xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xixe-s/#i_5403

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Les épreuves corrigées »  : […] Le manuscrit du copiste sert de document de référence à l'imprimeur pour produire les épreuves soumises à la correction de l'auteur. Il peut y avoir plusieurs jeux successifs d'épreuves comportant à chaque fois des corrections notables : outre l'élimination des fautes introduites par les compositeurs typographiques, l'auteur a encore la possibilité de transformer son texte, dans des limites assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_5403

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 182 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La littérature »  : […] Retenons, parmi d'autres, trois genres littéraires qui, en France, ont souvent organisé leur discours autour du thème de la mode : la comédie, le roman et la poésie. La comédie aime fustiger les excès du personnage « trop-à-la-mode », selon l'expression de Rose Fortassier : les répliques de Tartuffe , L'École des maris , Don Juan , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/#i_5403

NE TOUCHEZ PAS LA HACHE (J. Rivette)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 126 mots

Depuis son premier long-métrage, Paris nous appartient (1960), en passant par Out 1 (1970), L'Histoire des treize d'Honoré de Balzac est pour Jacques Rivette une source d'inspiration. L'adaptation du volet central de la trilogie balzacienne, La Duchesse de Langeais , ne saurait donc surprendre, même si le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ne-touchez-pas-la-hache/#i_5403

PASSAGES, architecture

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 7 079 mots

Dans le chapitre « Le passage comme thème littéraire »  : […] Il est intéressant de considérer la place que la littérature a accordée aux passages et les jugements esthétiques qu'elle a portés sur eux parce qu'elle donne la mesure exacte, même si c'est parfois avec retard, des engouements ou des dédains suscités par le passage. L'enthousiasme étourdit les premiers visiteurs des passages, en particulier les étrangers accourus de toute l'Europe pour découvrir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passages-architecture/#i_5403

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire figurent parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_5403

PLAGIAT

  • Écrit par 
  • Hélène MAUREL-INDART
  •  • 5 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une notion à géométrie variable »  : […] Étymologiquement, le terme plagiat vient du grec plagios , « oblique », « rusé ». Cependant, le plagiaire ( plagiarius ), dans la Rome antique, désignait un voleur non pas de mots mais d’esclaves ou d’enfants destinés à l’esclavage. Le plagiaire était condamné au fouet par la loi Fabia de plagiariis . On a cru à tort qu’il existait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/#i_5403

BEL-AMI, Guy de Maupassant - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 938 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « La mort seule est certaine » »  : […] Les thèmes traités dans Bel-Ami ne sont pas nouveaux. Le monde de la presse, par exemple, avait déjà été épinglé par Balzac ( Illusions perdues , 1837-1843 ; Splendeurs et misères des courtisanes , 1838-1847), Flaubert ( L'Éducation sentimentale, 1869) ou encore Zola ( La Curée , 1872 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bel-ami/#i_5403

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles perspectives »  : […] Contre cette pensée providentialiste, illustrée également par Louis Ambroise de Bonald ( Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile , 1796) et, après la Restauration, par Pierre Simon Ballanche, qui entendent tous deux tirer aussi une leçon religieuse de l'époque révolutionnaire, l'école libérale voit le jour, née des interrogations entraînées par les m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_5403

REVUES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 5 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La revue dans l'histoire littéraire »  : […] Ces principales caractéristiques permettent de comprendre l'importance du rôle joué par les revues dans la vie littéraire (et intellectuelle) depuis plus d'un siècle. Importance d'abord pour l'histoire littéraire : « toute l'histoire des lettres et des idées y est écrite au jour le jour », soulignaient en 1924 Maurice Caillaud et Charles Forot au terme d'une enquête auprès d'environ soixante-dix c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revues-litteraires/#i_5403

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] Quand on étudie comment les sociétés vivent, s'expriment dans le romanesque, il faut d'abord se garder de tout sociologisme. Nul roman, même l'œuvre de Balzac, ne donne du social une image innocente ou totale. La description sociologique due aux romanciers dépend du statut idéologique des groupes sociaux qu'ils mettent en scène. Stendhal se distingue d'un romancier « romantique » par la lucidité a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_5403

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 221 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects de la personne »  : […] La variance, les accidents, les détours qui caractérisent l'existence des personnages romanesques ont une cause sociologique profonde. Si vaste et divers soit-il, l'univers du roman compte peu de grands de ce monde. La nécessité de parvenir, au sens le plus général du terme, commande presque toujours les conduites du personnage. Il n'a pas un destin, mais une destinée qui est la résultante de deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_5403

ROMAN - De Balzac au nouveau roman

  • Écrit par 
  • Michel RAIMOND
  •  • 5 088 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le roman, miroir de la société »  : […] Déjà en son temps, Balzac avait proposé au roman des ambitions nouvelles. Dans le célèbre avant-propos à La Comédie humaine (1842), il s'était proclamé l'historien des mœurs, décrivant Paris et la province, la noblesse et la bourgeoisie, l'armée et le clergé, la presse et l'édition. « La société française, disait-il, allait être l'historien, je ne devais être que le secrétai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-de-balzac-au-nouveau-roman/#i_5403

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Descente aux enfers et élan vers l'empyrée »  : […] Presque tout ce qui avait précédé l'immense marée romantique paraît étriqué et timide en comparaison. La Renaissance elle-même n'avait pas connu le même élan philosophique et de semblables échafaudages de systèmes. Même avec Cellini et Michel-Ange, Rabelais ou Marlowe, elle ne s'était pas de la même manière précipitée vers les abîmes intérieurs de l'homme et dans les repaires de l'inconscient ou d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_5403

SWEDENBORG EMANUEL (1688-1772)

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 3 317 mots

Dans le chapitre « Le théosophe »  : […] Le Livre des rêves ( Drömboken ), seule œuvre qu'il ait jamais écrite en suédois, consigne, en style quasi pascalien, la grande illumination de 1743, celle qui va donner un sens définitif à sa vie : « Le Seigneur se révéla à moi, son serviteur, en l'an 1743, et m'ouvrit les yeux sur le monde spirituel. Il me prêta alors et jusqu'à ce jour [1745] le po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-swedenborg/#i_5403

VIDOCQ EUGÈNE FRANÇOIS (1775-1857)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 391 mots

Élevé au niveau du mythe littéraire, moins pour la publication de ses Mémoires que pour les personnages de Vautrin et de Valjean qu'il aurait inspirés à Balzac et à Hugo, Vidocq appartient surtout à l'histoire de la police. Fils d'un boulanger d'Arras, il commet son premier vol à seize ans, s'engage, déserte, est condamné en 1796 pour un faux qu'il n'aurait pas commis, s'évad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-francois-vidocq/#i_5403

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice MÉNARD, « BALZAC HONORÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/