SPLENDEURS ET MISÈRES DES COURTISANES, Honoré de BalzacFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Venant à la suite d’Illusions perdues, mais rédigé en fait en même temps que lui, Splendeurs et misères des courtisanes occupe dans l’œuvre d’Honoré de Balzac (1799-1850) une place privilégiée. C’est le roman qui l’aura accaparé le plus longtemps : de 1835, avec la conception du personnage d’Esther, à 1847, année où il termine la dernière partie d’un ouvrage qui ne paraîtra intégralement qu’après sa mort. C’est aussi son livre le plus touffu : on n’y compte pas moins de 273 personnages. C’est surtout celui qui contient le plus de personnages « reparaissant » : presque tous les acteurs du Père Goriot, notamment, s’y retrouvent, bouclant ainsi la boucle de La Comédie humaine. Enfin, après des années d’insuccès, ce roman permet à l’auteur de retrouver toute la faveur du public.

Honoré de Balzac, A. Rodin

Honoré de Balzac, A. Rodin

Photographie

Auguste Rodin, Honoré de Balzac, 1898. Bronze. Hauteur: 270 cm,  largeur: 120,5 cm, profondeur: 128 cm. Paris. Trop éloignée de la tradition de représentation monumentale des grands hommes, cette sculpture fut refusée par son commanditaire, la Société des gens de lettres. Dépourvue des... 

Crédits : D. Greco

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « SPLENDEURS ET MISÈRES DES COURTISANES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/splendeurs-et-miseres-des-courtisanes/