BALZAC HONORÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Balzac penseur ?

Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le meilleur principe d'explication de La Comédie humaine.

La curiosité de Balzac pour la philosophie et pour la science est attestée. Selon le témoignage de sa sœur Laure, Balzac suit à dix-sept ans, en même temps que des cours de droit, des cours de philosophie à la Sorbonne (ceux de Victor Cousin ?), et des cours au Muséum. En 1818-1819, il commence à rédiger un essai sur l'Immortalité de l'âme, où se perçoit l'influence du matérialisme unitaire de La Mettrie. En 1819, il prend des notes sur Descartes et Malebranche, rédige une Dissertation sur l'homme, où il réfléchit, en particulier, sur le phénomène des langues. Il aura longtemps en vue un Essai sur les forces humaines. On a vu comment aux Romans et contes philosophiques de 1831 succèdent Nouveaux Contes philosophiques en 1832, et Études philosophiques en 1834, destinées à constituer le deuxième étage de l'édifice. Parmi celles-ci, une place déterminantes doit être accordée aux trois derniers ouvrages qui formaient en 1836 Le Livre mystique. En effet, c'est dans cet ensemble que la « pensée » de Balzac semble s'exprimer de la façon la plus théorique, la moins mêlée de fiction : ce sont Les Proscrits, Louis Lambert et Séraphîta. Mais il ne faut pas pour autant négliger quelques textes essentiels, c'est-à-dire, outre l'Avant-propos de 1842, Les Martyrs ignorés (1837) – une des œuvres ébauchées – et la Théorie de la démarche (1833).

Même si sa connaissance est plutôt de seconde main, l'intérêt de Balzac pour Leibniz apparaît très tôt et ne se dément jamais. Celui qu'il nomme « le plus beau génie analytique » dans la Théorie de la démarche le retient, dès l'Avertissement du Gars en 1828, en tant que penseur unitaire : l'auteur, écrit- [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages



Médias de l’article

Honoré de Balzac, A. Rodin

Honoré de Balzac, A. Rodin
Crédits : D. Greco

photographie

Balzac, Nadar

Balzac, Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Balzac : La Comédie humaine

Balzac : La Comédie humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALZAC HONORÉ DE (1799-1850)  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 470 mots

20 mai 1799 Naissance de Balzac à Tours.18 mai 1804 Napoléon Bonaparte devient empereur des Français.1807 Balzac entre au collège des Oratoriens, à Vendôme. Il y restera six années.1814 En novembre, la famille Balzac s'installe à Paris.1815-1830 Restauration. […] Lire la suite

LES CHOUANS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Publié en mars 1829, Les Chouans, ou la Bretagne en 1799, qui s'intitule alors Le Dernier Chouan, est le premier roman qu'Honoré de Balzac (1799-1850) signe de son patronyme. Il marque donc sa véritable entrée en littérature et constitue le point de départ de La Comédie humaine […] Lire la suite

LA COMÉDIE HUMAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 948 mots
  •  • 2 médias

Le premier roman signé Balzac (1799-1850) est paru en 1829 : c'est Le Dernier Chouan, qui deviendra Les Chouans en 1834. Le titre La Comédie humaine vient à Balzac en 1840, sans doute inspiré par La Divine Comédie de Dante. Titre nouveau qui remplace celui d'Étu […] Lire la suite

LA COUSINE BETTE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 203 mots

Avant-dernier roman d'Honoré de Balzac (1799-1850), paru en feuilleton en 1846, La Cousine Bette forme avec Le Cousin Pons le diptyque des Parents pauvres. Composées simultanément, les deux œuvres présentent d'importants parallélismes. Toutes deux […] Lire la suite

LE COUSIN PONS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 359 mots
  •  • 1 média

Dernier roman achevé et publié par Balzac (1799-1850), Le Cousin Pons paraît en feuilleton de mars à mai 1847. Une première ébauche en a été rédigée un an plus tôt, alors que l'auteur vient de traverser une période difficile où, pour la première fois dans sa vie d'écrivain, il a connu la panne d'inspiration. Miné physiquement par les a […] Lire la suite

L'ENVERS DE L'HISTOIRE CONTEMPORAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 191 mots

Dernière œuvre écrite et achevée par Honoré de Balzac (1799-1850), L'Envers de l'histoire contemporaine ne paraît en volume qu'après sa mort. C'est néanmoins assez tôt qu'il a l'idée de ce roman dont il rédige et fait paraître dans la presse la première partie, Madame de la Chanterie, entre 1842 et 1844. Il pa […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA GRANDEUR ET DE LA DÉCADENCE DE CÉSAR BIROTTEAU, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 139 mots

C'est en 1831 qu'Honoré de Balzac (1799-1850) eut l'idée de l'Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau. Mais, doutant de l'attrait qu'il pourrait exercer sur le public, il fit longtemps traîner la mise en chantier du roman : « J'ai conservé César Birott […] Lire la suite

HISTOIRE DES TREIZE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 171 mots
  •  • 1 média

Publiée de 1833 à 1835, Histoire des Treize se compose de trois récits – Ferragus, chef des dévorants, La Duchesse de Langeais, La Fille aux yeux d'or – qui retracent quelques-unes des aventures des membres d'une société secrète. Les Treize sont des hommes supérieurs qui, lassés de leur existence plate, ont décidé de s […] Lire la suite

ILLUSIONS PERDUES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 380 mots
  •  • 1 média

Dédié à Victor Hugo, Illusions perdues est non seulement le plus vaste roman de La Comédie humaine, mais une de ses clés de voûte. Plongeant ses racines dans Le Père Goriot (1834) dont il reprend un des principaux personnages en même temps qu'un des élé […] Lire la suite

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

La Notice biographique sur Louis Lambert parut en 1832, achevant l'édition des Nouveaux Contes philosophiques. Mais Balzac (1799-1850) remania son texte à plusieurs reprises et en offrit des versions successives, avant que celui-ci ne trouve une fortune et un titre définitifs au tome XVI de la Comédie hum […] Lire la suite

LA PEAU DE CHAGRIN, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

Balzac (1799-1830) a rédigé de 1816 à 1822 – entre dix-neuf et vingt-trois ans – un certain nombre d'essais philosophiques : un Discours sur l'immortalité de l'âme, différentes lectures de philosophes (Malebranche, Descartes, Spinoza, d'Holbach), un Essai sur le génie poétique, un Traité de la prière. Dans cette continuité, […] Lire la suite

LE PÈRE GORIOT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 1 065 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il commence d'écrire Le Père Goriot, en septembre 1834, Balzac (1799-1850) vit un moment décisif de sa création littéraire. Le principe organisateur des regroupements de romans par Scènes, puis par Études se découvre à lui dans toute sa dimension, et, dans une lettre à M […] Lire la suite

LA RABOUILLEUSE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 228 mots
  •  • 1 média

De tous les grands romans de Balzac (1799-1850), La Rabouilleuse est peut-être un des plus méconnus. Il s'agit pourtant d'une œuvre de complète maturité, strictement contemporaine de l'Avant-Propos dans lequel l'auteur explique le titre et le dessein de La Comédie humaine, dont elle reprend plusieurs des thèmes fond […] Lire la suite

SPLENDEURS ET MISÈRES DES COURTISANES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 213 mots
  •  • 1 média

Venant à la suite d’Illusions perdues, mais rédigé en fait en même temps que lui, Splendeurs et misères des courtisanes occupe dans l’œuvre d’Honoré de Balzac (1799-1850) une place privilégiée. C’est le roman qui l’aura accaparé le plus longtemps : de 1835, avec la conception du personnage d’Esther, à 1847, année où il termine la dernière partie d’un ouvrage […] Lire la suite

UNE TÉNÉBREUSE AFFAIRE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 272 mots

Paru en feuilleton dans Le Commerce en 1841, puis en volume en 1843, Une ténébreuse affaire s'inspire d'un fait réel qui avait défrayé la chronique quarante ans plus tôt. Dans La Comédie humaine, le roman s'inscrit parmi les « Scènes de la vie politique  […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Descente aux enfers et élan vers l'empyrée »  : […] Presque tout ce qui avait précédé l'immense marée romantique paraît étriqué et timide en comparaison. La Renaissance elle-même n'avait pas connu le même élan philosophique et de semblables échafaudages de systèmes. Même avec Cellini et Michel-Ange, Rabelais ou Marlowe, elle ne s'était pas de la même manière précipitée vers les abîmes intérieurs de l'homme et dans les repaires de l'inconscient ou d […] Lire la suite

COURIER PAUL-LOUIS (1772-1825)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Universalis
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « Bon écrivain »  : […] « Peu de matière et beaucoup d'art », écrivit Sainte-Beuve, et fort mal, à son ordinaire, comme si La Gazette du village de Véretz (Indre-et-Loire) ne composait pas du même coup celle de tous les villages de France, celle de toute la France ; comme si la Pétition aux deux Chambres , comme si le Simple Discours n'instruisaient pas le procès de la Restauration, du parti prêtre, du milliard pour le […] Lire la suite

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Cadres romantiques »  : […] La révolution technique qui permit une mutation du goût en matière d'encadrement date des environs de 1765, avec l'invention des mastics. C'est la fin du bois sculpté : avec le mastic et le plâtre moulé, le cadre du xix e  siècle, s'il perdit en qualité et en résistance, gagna en exubérance et accompagna les audaces de la révolution romantique. Un néo-baroque, un néo-gothique ou un néo-Louis XV p […] Lire la suite

FEUILLETON

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 2 485 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle littérature populaire »  : […] C'est dans de telles conditions qu'un art de masse voit le jour. Il met en œuvre de nouveaux supports d'expression, de nouveaux modes de diffusion. Lorsqu'il s'affirme à l'époque romantique, il n'est pas d'emblée distinct d'une littérature plus reconnue. Ainsi, Charles Dickens ou Honoré de Balzac jouent sur plusieurs registres littéraires et s'adressent à des publics encore mal définis. Cette phas […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice MÉNARD, « BALZAC HONORÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/