BALZAC HONORÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le drame et la verve

S'il convient d'insister sur le non-dit balzacien, c'est que l'impression première est celle d'un trop-dit. De la même façon, il convient de faire échapper le roman balzacien au moule où l'exclusive lecture de deux ou trois œuvres l'a trop vite enfermé. Il y a un Balzac « standard », qu'a imposé la lecture d'Eugénie Grandet, à vrai dire mal lue. Or, même dans le cas d'Eugénie Grandet, le début de l'ouvrage n'est pas une description, encore moins une description statique, que suivrait, sitôt passée cette zone si longue et si ennuyeuse à lire, le drame, né d'un événement cristallisateur. Après quoi la lecture se précipiterait, enfin ! d'une seule traite jusqu'au dénouement ! D'abord, le « drame » est présent dès le début. Ensuite, une certaine allégresse du ton donne à l'exposition elle-même un mouvement tout proche de l'oralité. Que l'on s'imagine lire l'ouvrage à haute voix, et les interpellations, les plaisanteries, les mots en italique, les citations de paroles du Saumurois reprennent vie et relief, la phrase retrouve toute sa verve, souvent satirique. La « description » est d'un moraliste et d'un homme d'esprit tout à la fois, l'un et l'autre doublés d'un auteur dramatique ayant le sens du mot juste. Et, avant toute chose, si l'on échappe au carcan des habitudes et de la seule esthétique de la représentation, on retrouvera le sens quelquefois perdu de la lecture de Balzac, qui est, avant tout, un inépuisable conteur, l'auteur, comme il voulait l'être, des « Mille et Une Nuits de l'Occident ». Pour illustrer ce propos, voici deux phrases du début d'Eugénie Grandet : « Les habitants de Saumur étant peu révolutionnaires, le père Grandet passa pour un homme hardi, un républicain, un patriote, pour un esprit qui donnait dans les nouvelles idées, tandis que le tonnelier donnait tout bonnement dans les vignes » ; et encore : « M. Grandet quitta les honneurs municipaux sans aucun regret. Il avait fait faire dans l'intérêt de la ville d'excellents chemins qui menaient à ses propriétés. » Il n'est aucun roman de Balzac qui ne supporte cette relecture [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Honoré de Balzac, A. Rodin

Honoré de Balzac, A. Rodin
Crédits : D. Greco

photographie

Balzac, Nadar

Balzac, Nadar
Crédits : Nadar/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Balzac : La Comédie humaine

Balzac : La Comédie humaine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BALZAC HONORÉ DE (1799-1850)  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 470 mots

20 mai 1799 Naissance de Balzac à Tours.18 mai 1804 Napoléon Bonaparte devient empereur des Français.1807 Balzac entre au collège des Oratoriens, à Vendôme. Il y restera six années.1814 En novembre, la famille Balzac s'installe à Paris.1815-1830 Restauration. […] Lire la suite

LES CHOUANS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 130 mots
  •  • 1 média

Publié en mars 1829, Les Chouans, ou la Bretagne en 1799, qui s'intitule alors Le Dernier Chouan, est le premier roman qu'Honoré de Balzac (1799-1850) signe de son patronyme. Il marque donc sa véritable entrée en littérature et constitue le point de départ de La Comédie humaine […] Lire la suite

LA COMÉDIE HUMAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 948 mots
  •  • 2 médias

Le premier roman signé Balzac (1799-1850) est paru en 1829 : c'est Le Dernier Chouan, qui deviendra Les Chouans en 1834. Le titre La Comédie humaine vient à Balzac en 1840, sans doute inspiré par La Divine Comédie de Dante. Titre nouveau qui remplace celui d'Étu […] Lire la suite

LA COUSINE BETTE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 203 mots

Avant-dernier roman d'Honoré de Balzac (1799-1850), paru en feuilleton en 1846, La Cousine Bette forme avec Le Cousin Pons le diptyque des Parents pauvres. Composées simultanément, les deux œuvres présentent d'importants parallélismes. Toutes deux […] Lire la suite

LE COUSIN PONS, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 359 mots
  •  • 1 média

Dernier roman achevé et publié par Balzac (1799-1850), Le Cousin Pons paraît en feuilleton de mars à mai 1847. Une première ébauche en a été rédigée un an plus tôt, alors que l'auteur vient de traverser une période difficile où, pour la première fois dans sa vie d'écrivain, il a connu la panne d'inspiration. Miné physiquement par les a […] Lire la suite

L'ENVERS DE L'HISTOIRE CONTEMPORAINE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 191 mots

Dernière œuvre écrite et achevée par Honoré de Balzac (1799-1850), L'Envers de l'histoire contemporaine ne paraît en volume qu'après sa mort. C'est néanmoins assez tôt qu'il a l'idée de ce roman dont il rédige et fait paraître dans la presse la première partie, Madame de la Chanterie, entre 1842 et 1844. Il pa […] Lire la suite

HISTOIRE DE LA GRANDEUR ET DE LA DÉCADENCE DE CÉSAR BIROTTEAU, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 139 mots

C'est en 1831 qu'Honoré de Balzac (1799-1850) eut l'idée de l'Histoire de la grandeur et de la décadence de César Birotteau. Mais, doutant de l'attrait qu'il pourrait exercer sur le public, il fit longtemps traîner la mise en chantier du roman : « J'ai conservé César Birott […] Lire la suite

HISTOIRE DES TREIZE, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 171 mots
  •  • 1 média

Publiée de 1833 à 1835, Histoire des Treize se compose de trois récits – Ferragus, chef des dévorants, La Duchesse de Langeais, La Fille aux yeux d'or – qui retracent quelques-unes des aventures des membres d'une société secrète. Les Treize sont des hommes supérieurs qui, lassés de leur existence plate, ont décidé de s […] Lire la suite

ILLUSIONS PERDUES, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 380 mots
  •  • 1 média

Dédié à Victor Hugo, Illusions perdues est non seulement le plus vaste roman de La Comédie humaine, mais une de ses clés de voûte. Plongeant ses racines dans Le Père Goriot (1834) dont il reprend un des principaux personnages en même temps qu'un des élé […] Lire la suite

LOUIS LAMBERT, Honoré de Balzac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

La Notice biographique sur Louis Lambert parut en 1832, achevant l'édition des Nouveaux Contes philosophiques. Mais Balzac (1799-1850) remania son texte à plusieurs reprises et en offrit des versions successives, avant que celui-ci ne trouve une fortune et un titre définitifs au tome XVI de la Comédie hum […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice MÉNARD, « BALZAC HONORÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-de-balzac/