Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HISTOIRE (Histoire et historiens) L'écriture de l'histoire

De la disqualification à la réhabilitation du récit

Un cran supplémentaire dans le procès en suspicion mené contre la « forme » et la dimension littéraire de l'histoire est franchi avec les historiens qui, au début du xxe siècle, promeuvent et pratiquent une histoire sociale des structures défendue comme « histoire-science sociale » contre une histoire-récit dénoncée comme superficiellement descriptive. Les historiens des Annales en France ou des historiens comme Lewis Namier et Richard H. Tawney en Grande-Bretagne s'en prennent ouvertement à « l'histoire narrative » des événements. Pour les Annales, la problématisation de la question de l'écriture est en quelque sorte « englobée » dans la condamnation de l'histoire « historisante » des méthodiques qualifiées par Lucien Febvre de « mise en pages chronologique [...] d'événements de surface, le plus souvent fils du hasard ». Le récit y est négativement associé, en reprenant largement les critiques du sociologue durkheimien François Simiand, à l'événement, au « tout politique », à la chronologie et à l'individu. Leur rejet du récit résulte, selon Paul Ricœur, du « déplacement de l'axe principal de l'investigation historique, de l'histoire politique vers l'histoire sociale ». Mais chez Febvre comme chez Marc Bloch, le récit n'est pas analysé comme une forme littéraire de l'œuvre que l'historien écrit.

L'inflexion quantitative et sérielle de l'histoire économique et sociale durcit encore l'opposition entre « l'histoire-récit » des méthodiques et l'« histoire-problème » des Annales. L'abandon de la logique du récit y est justifié par le choix d'une démarche conceptuellement plus élaborée de « construction de l'objet d'étude », mais aucune réflexion spécifique sur les mises en forme scripturaires des procédures de démonstration et de vérification (notamment statistiques) de cette histoire quantifiée n'est alors menée. Les historiens se réclamant des différentes variantes de l'histoire sociale structurale, qui domine assez largement la scène historiographique occidentale jusque dans les années 1970, ont dans l'ensemble réduit leur approche de la question de l'écriture de l'histoire à la condamnation de l'histoire narrative et du récit « événementiel » sans traitement théorique particulier de cette question.

Cette condamnation s'est faite indépendamment des positions antirécit développées, à partir des années 1950, par un courant de la philosophie analytique de langue anglaise, issu du positivisme logique (le « modèle nomologique »), dans le cadre d'un débat plus général sur l'unité de la science et l'explication en histoire. Le lien entre histoire et récit y est ici sapé par une attaque contre la « compréhension » qui avait été, au début du xxe siècle, défendue comme méthode spécifique aux « sciences de l'esprit » par la philosophie critique allemande de l'histoire en Allemagne, elle-même liée à la tradition herméneutique. En soutenant, comme le fait Carl Gustav Hempel, que « les lois générales ont des fonctions tout à fait analogues en histoire et dans les sciences naturelles », les partisans de ce « modèle nomologique » (covering law model) dénient tout statut narratif à l'événement historique et à l'histoire et rejettent le récit comme forme de discours ayant une valeur d'explication scientifique. Ces positions sont en partie (par réaction) à l'origine d'une réévaluation du récit en histoire par le courant « narrativiste » anglo-saxon, qui renoue avec la tradition herméneutique en érigeant la narration comme caractère propre de l'histoire par rapport aux sciences de la nature. Mais ces analyses sont alors largement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé d'histoire (historiographie et histoire contemporaine) à l'université de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 161 mots

    Tandis que la physique étudie le monde sensible ou la chimie la transformation de la matière, l’histoire (mot issu d’un vocable grec signifiant « enquête ») étudie... l’histoire. La plupart des langues européennes désignent également par un même mot l’étude et l’objet de l’étude. Est-ce là une imperfection...

  • LE RÔLE SOCIAL DE L'HISTORIEN (O. Dumoulin)

    • Écrit par Bertrand MÜLLER
    • 995 mots

    Au cours de ces dernières décennies, les scènes d'intervention de l'historien se sont multipliées. Sans changer apparemment de costume, l'historien joue de nouveaux rôles : désormais requis comme témoin ou expert sur des scènes sociales – tribunaux, médias, commissions, etc. –, qui ne sont pas a priori...

  • AGERON CHARLES-ROBERT (1923-2008)

    • Écrit par Benjamin STORA
    • 776 mots

    Historien de l'Algérie contemporaine, Charles-Robert Ageron est né le 6 novembre 1923 à Lyon. Il était issu d'une famille de petits patrons d'atelier. Son père dirigeait une modeste entreprise de mécanique. Bachelier en 1941, il s'inscrit à la faculté des lettres de Lyon où l'un de ses professeurs...

  • AGNOTOLOGIE

    • Écrit par Mathias GIREL
    • 4 992 mots
    • 2 médias

    Le terme « agnotologie » a été introduit par l’historien des sciences Robert N. Proctor (université de Stanford) pour désigner l’étude de l’ignorance et, au-delà de ce sens général, la « production culturelle de l’ignorance ». Si son usage académique semble assez circonscrit à la ...

  • À DISTANCE. NEUF ESSAIS SUR LE POINT DE VUE EN HISTOIRE (C. Ginzburg) - Fiche de lecture

    • Écrit par François-René MARTIN
    • 1 032 mots

    À distance. C'est sous ce titre que l'édition française de l'ouvrage de Carlo Ginzburg rassemble les neuf essais qui le composent (Gallimard, Paris, 2001). Le livre est traduit trois ans après sa publication en italien chez Giangiacomo Feltrinelli Edition sous le titre d'Occhiacci...

  • AGULHON MAURICE (1926-2014)

    • Écrit par Quentin DELUERMOZ
    • 1 312 mots
    • 1 média

    Historien, professeur au Collège de France, spécialiste d’histoire de la France des xixe et xxe siècles.

    Né à Uzès (Gard) en 1926 dans une famille d’instituteurs républicains, Maurice Agulhon effectue ses études à Avignon puis à Lyon, avant d’être reçu à l’École normale supérieure en 1946....

  • Afficher les 327 références

Voir aussi