Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

HISTOIRE (Histoire et historiens) L'écriture de l'histoire

L'écriture de l'histoire au risque du relativisme

Les aspects proprement poétiques ou stylistiques des approches textualistes ou rhétoriques ne sont que très rarement – au moins jusqu'à la fin des années 1980 – pris en compte par les historiens dans leurs pratiques d'écriture. Mais une majorité d'entre eux vont dénoncer la dimension relativiste des approches « textualistes » et « fictionnalistes » qui, selon eux, remettent en cause la visée de vérité de l'histoire.

C'est l'article de Lawrence Stone, paru en 1979 dans la revue anglaise Past and Present, « The revival of narrative. Reflections on a new old history », qui introduit vraiment le débat sur le récit dans le monde des historiens professionnels. Stone constate chez beaucoup d'historiens un courant de fond qui les fait revenir « vers une manière de narration », c'est-à-dire vers un mode d'écriture qui organise le matériau selon l'ordre continu de la chronologie. Ce « retour au récit » signalerait notamment un déplacement des intérêts des historiens « du scientifique vers le littéraire ». Stone explique ce déplacement par l'échec de ce qu'il nomme « l'histoire scientifique », représentée notamment par le modèle économique marxiste, par le modèle des Annales et par la New Economic History américaine. Mais son article a été très discuté dans un contexte où se multipliaient les réactions négatives des historiens envers les thèses « fictionnalistes » de White et où les provocations négationnistes reposaient de manière dramatique la question des capacités de l'histoire à dire le vrai. Cet article a incontestablement contribué à orienter le débat sur le récit – et partant sur l'écriture de l'histoire – dans le sens d'une réaction défensive des historiens. Sans remettre en cause l'identité narrative de l'histoire, qui a même pu sembler à certains constituer une « voie alternative » à la « crise » de l'histoire scientifique et quantitative, beaucoup d'historiens, dans la lignée de certaines thèses de Ricœur, ont défendu la singularité de l'histoire en rappelant que celle-ci, contrairement à la fiction, se rapportait au « réel historique ». Le débat sur l'écriture de l'histoire a été ainsi réduit à l'enjeu épistémologique de la défense de la visée de vérité de l'histoire et de son « projet d'objectivité » ; ce qui est sans doute une manière proprement historienne (relevant d'une culture disciplinaire majoritaire) de circonscrire la dimension littéraire de l'écriture de l'histoire.

C'est peut-être Pierre Vidal-Naquet qui résume le mieux la réaction majoritaire de la profession quand il écrit : « Nous le savons désormais, l'historien écrit [...]. Écrivant, il identifie le réel à ce qui peut s'écrire [...]. Mais ne reste-t-il pas indispensable de se raccrocher à cette vieillerie, „le réel“, „ce qui s'est authentiquement passé“, comme disait Ranke au siècle dernier ? »

Parmi les historiens (en ne prenant pas en compte ceux qui se réclament de l'histoire traditionnelle, « naturellement » très hostiles aux thèses postmodernistes), Carlo Ginzburg et Roger Chartier sont parmi ceux qui ont le plus contribué à dénoncer le relativisme et le scepticisme qu'impliquent selon eux les positions se réclamant de White et du Linguistic Turn. Ginzburg distingue la question des rapports entre « hypothèses de recherche et stratégies narratives » (que lui-même explore dans ses travaux) du « tournant rhétorique » (expression plus adaptée selon lui que celle de « tournant linguistique ») en histoire, qu'il rejette en dénonçant l'inflation des usages de la notion de représentation et en insistant sur la nécessité de réintroduire dans la réflexion[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé d'histoire (historiographie et histoire contemporaine) à l'université de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • HISTOIRE (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 161 mots

    Tandis que la physique étudie le monde sensible ou la chimie la transformation de la matière, l’histoire (mot issu d’un vocable grec signifiant « enquête ») étudie... l’histoire. La plupart des langues européennes désignent également par un même mot l’étude et l’objet de l’étude. Est-ce là une imperfection...

  • LE RÔLE SOCIAL DE L'HISTORIEN (O. Dumoulin)

    • Écrit par Bertrand MÜLLER
    • 995 mots

    Au cours de ces dernières décennies, les scènes d'intervention de l'historien se sont multipliées. Sans changer apparemment de costume, l'historien joue de nouveaux rôles : désormais requis comme témoin ou expert sur des scènes sociales – tribunaux, médias, commissions, etc. –, qui ne sont pas a priori...

  • À DISTANCE. NEUF ESSAIS SUR LE POINT DE VUE EN HISTOIRE (C. Ginzburg) - Fiche de lecture

    • Écrit par François-René MARTIN
    • 1 032 mots

    À distance. C'est sous ce titre que l'édition française de l'ouvrage de Carlo Ginzburg rassemble les neuf essais qui le composent (Gallimard, Paris, 2001). Le livre est traduit trois ans après sa publication en italien chez Giangiacomo Feltrinelli Edition sous le titre d'Occhiacci...

  • L'ÂGE DES EXTRÊMES. HISTOIRE DU COURT XXe SIÈCLE (E. Hobsbawm)

    • Écrit par Marc FERRO
    • 805 mots

    L'Âge des extrêmes (Complexe-Le Monde diplomatique, 1999) constitue le quatrième et dernier tome d'un ensemble d'ouvrages qui ont analysé le destin des sociétés depuis la fin du xviiie siècle. Le premier tome, L'Ère des révolutions, traite de la transformation du monde...

  • AGERON CHARLES-ROBERT (1923-2008)

    • Écrit par Benjamin STORA
    • 776 mots

    Historien de l'Algérie contemporaine, Charles-Robert Ageron est né le 6 novembre 1923 à Lyon. Il était issu d'une famille de petits patrons d'atelier. Son père dirigeait une modeste entreprise de mécanique. Bachelier en 1941, il s'inscrit à la faculté des lettres de Lyon où l'un de ses professeurs...

  • AGNOTOLOGIE

    • Écrit par Mathias GIREL
    • 4 992 mots
    • 2 médias

    Le terme « agnotologie » a été introduit par l’historien des sciences Robert N. Proctor (université de Stanford) pour désigner l’étude de l’ignorance et, au-delà de ce sens général, la « production culturelle de l’ignorance ». Si son usage académique semble assez circonscrit à la ...

  • Afficher les 327 références

Voir aussi