Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GINZBURG CARLO (1939- )

Le passage d'une histoire des rois, des événements et des États à celle des peuples et des groupes sociaux, des sensibilités et des mentalités a longtemps semblé correspondre au remplacement de la narration par les décomptes, que ce soient ceux des naissances et des morts, de la production agricole et du commerce ou encore des taux d'alphabétisation et des tirages d'imprimés. L'ancrage de cette nouvelle histoire dans l'objectivité statistique l'éloignait de l'accumulation érudite, de l'analyse des thèmes et des formes propre à l'histoire de l'art comme de la fidélité des historiens de la littérature aux grandes œuvres. Le mérite du travail de l'historien italien Carlo Ginzburg est de bousculer cette situation et de brouiller quelques évidences.

Né à Turin en 1939, il est le fils de la romancière Natalia Ginzburg et du slavisant Leone Ginzburg, animateur d'un groupe antifasciste, envoyé en résidence surveillée par Mussolini, puis arrêté et assassiné par les Allemands. Il a bénéficié des relations intellectuelles de ses parents, puis du vivier interdisciplinaire qu'est l'École normale supérieure de Pise, où il découvre et traduit Les Rois thaumaturges de Marc Bloch. S'affirme alors sa vocation d'historien qui ne le fait jamais renoncer aux autres disciplines, en particulier l'histoire de l'art qu'il pratique et approfondit au Warburg Institute de Londres. Il devient professeur à l'université de Bologne, se fait connaître en Italie au début des années 1970 comme historien de la sorcellerie et des mentalités populaires. Les Batailles nocturnes et Le Fromage et les Vers. L'univers d'un meunier du XVIe siècle seront traduits dans le monde entier. Il enseigne actuellement à l'université de Californie à Los Angeles. Le communautarisme américain l'a conduit à mieux penser la question des points de vue, l'articulation de l'objectivité scientifique et de la subjectivité propre aux témoins, puis aux historiens. Il s'est interrogé parallèlement sur les origines juives de sa famille et sur les relations conflictuelles que la culture chrétienne occidentale a entretenues avec ses antécédents hébraïques.

Une histoire narrative

Un premier pan de l'œuvre de Carlo Ginzburg concerne le monde paysan à l'aube des Temps modernes, étudié à travers les procès-verbaux de l'Inquisition. Les Batailles nocturnes (1966 ; trad. franç. 1980) révèlent la survivance de la secte des Benandanti dans le Frioul du xvie siècle. Ces protecteurs du petit peuple affirmaient se battre à chaque changement de saison contre les sorciers pour assurer de bonnes récoltes au village. Se jugeant bons chrétiens, ils échappaient aux catégories imposées par l'orthodoxie catholique. Le Fromage et les Vers (1976 ; trad. franç. 1980) tire son titre de l'étrange cosmologie d'un meunier frioulan, Menocchio, né en 1532, expliquant à qui veut l'entendre que la Terre s'est formée comme le fromage dans le lait et que des anges y sont apparus comme les vers dans le fromage. Son dialogue avec ses juges ecclésiastiques montre l'inadéquation des catégories de culture populaire ou savante. Le meunier a beaucoup lu et défend la tolérance en se réclamant d'une anecdote trouvée dans une édition non expurgée du Décaméron, la fable des trois anneaux. Son procès ne met plus aux prises l'Église qui dicte sa doctrine et un opprimé voué à l'obéissance et à la mort, mais un inquisiteur dérouté et le défenseur d'une culture archaïque nourri de lectures nouvelles. Les Benandanti et le meunier permettent à l'historien d'atteindre une couche profonde, préchrétienne, des mentalités paysannes. Carlo Ginzburg élargit la perspective dans Le Sabbat des sorcières (1990 ; trad. franç. 1992), dont le[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

Voir aussi