DIPLOMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diplomatique est la science qui étudie la tradition, la forme et la genèse des actes écrits en vue de faire leur critique, de juger de leur sincérité, de déterminer la qualité de leur texte, d'apprécier leur valeur exacte en les replaçant dans la filière dont ils sont issus, de dégager de la gangue des formules tous les éléments susceptibles d'être exploités par l'historien, de les dater s'ils ne le sont pas et enfin de les éditer. Science autonome, elle est aussi et avant tout une des sciences auxiliaires de l'histoire.

Elle se relie étroitement à l'histoire administrative ou histoire des institutions, car l'acte en soi ne peut être compris sans une connaissance précise de l'institution qui l'a conçu, établi et expédié ; à l'histoire du droit, car elle traite de la forme de l'acte dont le juriste étudie le fond ; à l'archivistique, car elle porte sur les documents d'archives dont l'archiviste voit l'organisation dans les fonds en s'intéressant à leur conservation, à leur classement, à leur inventaire ; au xviiie siècle l'archivistique était la « diplomatique pratique ». En relation avec la paléographie qui s'est progressivement détachée d'elle, la diplomatique est liée également à la chronologie technique ou connaissance des moyens employés pour placer un acte ou un fait à un certain point de la mesure du temps, et à la sigillographie, qui étudie les sceaux utilisés pour valider des actes.

On distingue une diplomatique générale, qui se propose l'étude des notions qui ne sont propres ni à une époque, ni à une région, ni à une chancellerie, mais qui sont nécessaires pour aborder de façon utile les actes d'une chancellerie donnée, et la diplomatique spéciale qui étudie soit les conditions particulières des actes de chacune des chancelleries pontificale, impériale, royale française, anglaise, etc., ou encore de telle chancellerie seigneuriale ou ecclésiastique, soit l'acte notarié, judiciaire, administratif.

Pendant longtemps, on a vu dans la diplomatique un ensemble de méthodes destinées à critiquer la sincérité des actes, c'est-à-dire à juger de leur authenticité ou de leur fausseté. D'autres ont étendu son domaine jusqu'à faire de leurs ouvrages une encyclopédie de toutes les connaissances qui concourent à la critique historique des actes, mais qui en fait relèvent d'autres sciences auxiliaires de l'histoire.

Jusqu'à l'époque contemporaine, on a d'autre part restreint le domaine de la diplomatique à l'étude des seuls écrits consignant un acte juridique, chartes ou titres (diploma, selon la terminologie, d'ailleurs erronée des humanistes, d'où le terme « diplomatique » ; Urkunde en allemand, d'où le nom usuel de cette science en Allemagne, Urkundenlehre). Aujourd'hui, la matière tend à s'élargir à tous les écrits constatant, outre des actes, des faits juridiques : rapports, comptes, correspondance administrative, etc. (Akten en allemand, d'où le nom d'une branche nouvelle de cette science en Allemagne : Aktenlehre). La plupart des spécialistes estiment donc maintenant qu'elle doit porter sur l'ensemble des documents d'archives.

Enfin, le domaine privilégié de la diplomatique a très longtemps été le Moyen Âge. On pense généralement aujourd'hui que ses méthodes sont également valables pour toutes les autres époques, dès lors qu'on dispose de documents d'archives, qu'il s'agisse de l'Antiquité orientale aussi bien que de la période moderne et contemporaine.

Histoire de la diplomatique

Si les « documents diplomatiques » ont été utilisés, avec plus ou moins de bonheur, par les historiens de toutes les époques et si une critique des faux, plus ou moins assurée, s'est exercée de tout temps devant les juridictions, ce n'est que progressivement que se sont dégagées certaines règles de critique : les humanistes – depuis Pétrarque au xive siècle et Lorenzo Valla au xve – y ont contribué. Le recours de plus en plus fréquent aux documents et leur exploitation intensive à des fins plus politiques qu'historiques au temps des guerres de Religion, pendant la guerre de Trente Ans et sous le règne de Louis XIV entraînèrent de véritables bella diplomatica (guerres diplomatiques) que menèrent historiens et juristes. Publiant en 1685 son De re diplomatica pour dissiper la suspicion jetée par le jésuite Papebroch contre les vénérables chartriers des monastères bénédictins, dom Jean Mabillon constitua d'un coup une science nouvelle en créant une méthode fondée sur l'examen des caractères externes et internes des actes. Au milieu du xviiie siècle, d'autres bénédictins, Tassin et Toustain, compilèrent une somme énorme de matériaux pour la critique des titres : le Nouveau Traité de diplomatique. Dès cette époque, la discipline était pratiquée en Italie par des savants comme L. A. Muratori ou S. Maffei et elle faisait en Allemagne l'objet d'enseignement dans les universités.

Aux xixe et xxe siècles, tandis que les spécialistes français s'attachaient plus à éditer des collections documentaires considérables qu'à faire œuvre de théoriciens, la diplomatique reçut une impulsion décisive des travaux de grands érudits allemands et autrichiens, et en particulier de T. Sickel, de J. Ficker, de H. Bresslau. La publication systématique de registres des actes des empereurs et des papes – commencée respectivement par K. F. Bohmer et par P. Jaffé et A. Potthast –, la préparation des grandes collections des diplômes des souverains, notamment en Allemagne (dans les Monumenta Germaniae historica), en France (avec A. Giry, M. Prou, G. Tessier) et en Italie (avec L. Schiaparelli), les travaux portant sur les bulles pontificales (notamment sous la direction de P. Kehr et de L. Santifaller) ont marqué les étapes du développement des méthodes diplomatiques. Mais l'attention tend à se déplacer aujourd'hui vers les époques plus récentes, vers les actes privés, vers les études comparatives. L'institution d'une Commission internationale pour la diplomatique au sein du Comité international des sciences historiques a annoncé une nouvelle orientation de cette science.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIPLOMATIQUE  » est également traité dans :

DIPLÔME, chancellerie

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 251 mots

Forme d'acte authentique, caractéristique des chancelleries souveraines du haut Moyen Âge. Les diplômes étaient revêtus du seing manuel autographe du roi à l'époque barbare, puis d'une simple croix, et enfin d'un monogramme non autographe à partir du règne de Charlemagne. Ils tiraient leur authenticité de la souscription de l'archichancelier ou d'un notaire signant à sa place. Plaqué au bas du doc […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle reposait la prétention des […] Lire la suite

MABILLON JEAN (1632-1707)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 252 mots

Moine bénédictin de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, où il aide dom Luc d'Achery à la bibliothèque, Jean Mabillon voyage beaucoup pour prendre copie d'actes conservés dans les abbayes d'Europe. Il est amené à tirer les conclusions de ce travail en publiant le De re diplomatica , qui fonde la diplomatique ou étude des actes officiels. Au cours de ses voyages, en Suisse, en Allemagne, en Italie, […] Lire la suite

MINUTE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 233 mots

Forme initiale et essentielle de l'acte notarié rédigé pour instrumenter un acte juridique dont le notaire a été constitué témoin privilégié et auquel il apporte la sanction de l'autorité qui l'a investi. Malgré son caractère matériel de brouillon, souvent abrégé dans l'énoncé des innombrables clauses (un dicton rappelle : « Méfiez-vous de l'etc. du notaire »), la minute constitue l'original de l' […] Lire la suite

TASSIN RENÉ PROSPER (1697-1777)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 236 mots

Bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, René Tassin fait sa profession, en 1718, à l'abbaye de Jumièges. Il collabore avec dom Toustain à l'édition des œuvres de Théodore le Studite. Appelés à l'abbaye Saint-Ouen de Rouen, les deux bénédictins doivent prouver l'authenticité des droits de leur abbaye et sont ainsi amenés à approfondir et à renouveler la diplomatique : Défense des titres et de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

Le Pentagone annonce l’envoi de quelques milliers d’hommes à Kaboul pour superviser l’évacuation du personnel diplomatique et des ressortissants américains. Le 14, les insurgés s’emparent de Mazar-i-Sharif, dans le nord, quatrième ville du pays. Le président américain Joe Biden avertit les dirigeants talibans que « toute action de leur part sur le terrain en Afghanistan, qui mettrait en danger le personnel américain […], se heurtera à une réponse militaire américaine rapide et forte ». […] Lire la suite

5-31 août 2021 Canada. Accueil des Afghans.

Le 5, le ministre fédéral de l’Immigration Marco Mendicino annonce l’arrivée à Toronto du premier avion transportant des réfugiés qui ont soutenu la mission militaire et diplomatique canadienne en Afghanistan. Le 13, le gouvernement annonce son intention d’accueillir vingt mille réfugiés afghans. Le 15, jour de la prise de Kaboul par les talibans, Ottawa annonce la fermeture de son ambassade dans la capitale afghane et l’évacuation de son personnel diplomatique. […] Lire la suite

7 juillet - 11 août 2021 Haïti. Assassinat du président Jovenel Moïse.

Le 20, sous la pression diplomatique internationale, Claude Joseph cède la fonction de Premier ministre à Ariel Henry. Il demeure ministre des Affaires étrangères au sein du nouveau gouvernement. […] Lire la suite

21 juillet 2021 États-Unis – Allemagne. Accord sur le gazoduc Nord Stream 2.

L’opposition républicaine aux États-Unis et une frange de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en Allemagne dénoncent cet accord qui accorde selon eux une victoire diplomatique au président russe Vladimir Poutine. Les Verts allemands s’y opposent également, pour des raisons à la fois environnementales et géopolitiques. Le 10 septembre, Moscou annoncera la fin des travaux du gazoduc Nord Stream 2. […] Lire la suite

9-19 juillet 2021 Maroc. Condamnation des journalistes Soulaimane Raissouni et Omar Radi.

Cette dernière accusation se réfère à des « intelligences » qu’aurait nouées Omar Radi avec des « agents étrangers » en vue de « nuire à la situation diplomatique du Maroc ». En juin 2020, Amnesty International avait révélé que le téléphone d’Omar Radi avait été infiltré par le logiciel espion Pegasus, utilisé par Rabat. Omar Radi comme Soulaimane Raissouni nient les accusations portées contre eux. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert-Henri BAUTIER, « DIPLOMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/diplomatique/