HISTOIRE (Domaines et champs)Histoire économique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« ère labroussienne » en France

L'émergence de l'histoire économique en France se produit selon une chronologie différente, plus tardive, et de manière relativement indépendante de l'influence allemande ou anglo-saxonne. Jusqu'aux années 1930, il n'y a pas de véritable école d'histoire économique, mais seulement l'œuvre de quelques historiens économistes comme Émile Levasseur (1828-1911) ou Henri Hauser (1866-1946).

On connaît bien aujourd'hui l'événement majeur que représente la fondation, en 1929, par Marc Bloch et Lucien Febvre, de la revue les Annales d'histoire économique et sociale, dans laquelle des historiens côtoient des spécialistes d'autres sciences sociales, et dont les numéros sont consacrés, en partie, à l'histoire économique, particulièrement des périodes médiévale et moderne. En outre, Marc Bloch fonde à la Sorbonne, en 1938, l'Institut d'histoire économique et sociale (I.H.E.S.), dont la direction est assurée, après sa disparition tragique en 1944, par Camille-Ernest Labrousse de 1945 à 1967. Durant plus de deux décennies, l'I.H.E.S. devient ainsi, sous sa férule, le lieu hégémonique où se dessinent les traits majeurs de l'histoire économique à la française.

Il s'agit d'une histoire quantifiée, conçue comme « économique et sociale », où les groupes sociaux homogènes et préétablis (laboureurs, journaliers, patrons, ouvriers...) se définissent collectivement par leurs revenus. Ceux-ci sont liés aux prix – surtout agricoles –, eux-mêmes soumis aux fluctuations de la conjoncture courte, tributaires à leur tour des cycles longs (long waves) élaborés par les économistes François Simiand et Nicolaï Kondratieff dans les années 1910-1930 et comprenant des phases alternées de croissance et de dépression de longue durée. Cette histoire économique à la fois quantifiée – plus que quantitative – et conjoncturelle apparaît indissociablement conçue comme une histoire sociale, et même comme le fondement d'une histoire globale rythmée par le partage inégal et fluctuant de la richesse entre les classes sociales antagonistes. Cette histoire présente trois caractères majeurs. Tout d'abord, elle postule un primat déterministe de l'économique. Pour Labrousse, l'économie précède et détermine le social, qui anticipe lui-même sur le politique et le mental, selon une quasi-hiérarchie préétablie. Ensuite, la fascination, voire l'obsession – selon Fernand Braudel – de la conjoncture développée par cette histoire est perceptible à travers le souci de quantifier les fluctuations. Enfin, elle manifeste un intérêt particulier pour les crises économiques préindustrielles – et d'abord agricoles – au xviiie siècle sous la Révolution et au début du xixe siècle, au point de construire le modèle type d'histoire globale de la crise dite d'Ancien Régime, où le paroxysme de cherté des prix entraîne la mobilisation sociale, qui elle-même débouche sur la révolution politique en 1789, 1830 et 1848 (Labrousse, 1848-1830-1789. Comment naissent les révolutions ?, 1948).

Cette histoire, attentive aux « faits de masse », quantifiés et répétés, ne se préoccupe guère des acteurs singuliers, ni même des événements, si ce n'est les crises et retournements de conjoncture. On a pu dire que l'inspiration en était à la fois marxiste et structuraliste – à un moment où ces courants dominent le paysage intellectuel des sciences sociales –, mais il s'agit plutôt d'une adaptation ad hoc, voire d'un bricolage théorique, disent certains, avec ou sans malveillance délibérée. Et, selon Jean Bouvier, directeur de l'I.H.E.S. avec Jean-Claude Perrot de 1976 à 1984, nombre d'historiens de l'économie d'alors « font, en quelque sorte, du marxisme (ou un peu de marxisme) sans le savoir, et à doses fort variables ». Cette vaste construction intellectuelle, sans doute appuyée sur le charisme du grand pédagogue que fut Labrousse et couronnée par une grande synthèse collective, les huit volumes de l'Histoire économique et sociale de la France (1970-1982), dirigés conjointement par Labrousse et Braudel, repose sur la mult [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  HISTOIRE  » est également traité dans :

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suive […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

L'histoire est un champ d'étude très ancien, que certaines traditions historiographiques font remonter aux Grecs Hérodote ou Thucydide. Pourtant, si l'on veut parler de courants, d'écoles ou de traditions, en donnant à ces notions une certaine consistance historique et sociologique, une […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Pour comprendre les pratiques des historiens, deux notions clés s'avèrent indispensables. La première, les sources, appartient en propre aux professionnels de l'histoire ; la seconde, la méthode, est la clé de toutes les démarches de l'esprit.Si faire de l'histoire consiste avant tout à rechercher et à critiquer les traces du passé que l'historien constitue […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Les historiens n'ont pas toujours pris au sérieux l'histoire comme écriture (entendue comme phase scripturaire du « faire de l'histoire »), considérant souvent celle-ci, selon les mots de Paul Ricœur, comme une « opération secondaire relevant de la seule rhétorique de la communication, et qu'on pourrait négliger comme étant d'ordre simplement rédactionnel ». En outre, les problématisations histori […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Les usages sociaux de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 3 822 mots
  •  • 4 médias

Pour Marc Bloch, dans Apologie pour l'histoire (1940), l'histoire ne se justifie pas comme une « science du passé » dont la seule vertu serait l'art pour l'art. Il fustige, dans L'Étrange Défaite (1949), le repli des savants dans leur laboratoire hors de la cité et de ses combats. Il fait ainsi écho aux comptes rend […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 1 112 mots

L'histoire scientifique, fondée sur des sources documentaires soumises à une étude critique, confrontées entre elles et exploitées selon des règles rigoureuses qui supposent une connaissance solide du contexte, a pour objet l'étude des sociétés humaines et de leur évolution au cours des diverses époques. Cette définition marque une distinction nette autant avec des œuvres littéraires dont l'histoi […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 646 mots
  •  • 2 médias

Analyser l'évolution de l'histoire politique qui, durant des siècles, s'est confondue avec l'histoire elle-même, revient à décrire la résurrection et la mutation d'un domaine historique qui, au sortir d'une longue crise durant la première moitié du xxe siècle, s'affirme de nouveau comme un des secteurs les plus dynamiques et les plus porteurs de la re […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire sociale

  • Écrit par 
  • Vincent VIET
  •  • 3 566 mots

Retracer en quelques lignes l'évolution récente de l'histoire sociale n'est pas chose aisée compte tenu de la complexité d'un domaine dont la définition et les approches évoluent en permanence. Comment tenir compte à la fois de la production hexagonale et des innombrables travaux étrangers sur la société française ? Quels périmètre et cadre chronologique donner à l'histoire sociale quand les histo […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire culturelle

  • Écrit par 
  • Pascal ORY
  •  • 2 905 mots

À l'orée du xxie siècle, l'histoire culturelle apparaît comme particulièrement en vogue. La formule est d'usage fréquent pour qualifier un champ de recherche : « histoire culturelle » en France, cultural history ou culture history dans les pays anglo-saxons, Kulturgeschichte en Allemagne... O […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire des relations internationales

  • Écrit par 
  • Robert FRANK
  •  • 4 386 mots

L'histoire des relations internationales occupe une place relativement importante dans l'historiographie et la recherche. Certes, dans chaque pays, l'histoire nationale implique davantage de chercheurs, produit plus de publications et attire plus de lecteurs. Pourtant, les questions internationales font irruption dans l'espace public, notam […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MARGAIRAZ, « HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-domaines-et-champs-histoire-economique/