Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CRISES ÉCONOMIQUES

Les économistes de la première moitié du xixe siècle portèrent leur attention sur des dérèglements du fonctionnement de l'économie qui, par leur gravité et leur régularité, leur semblèrent des phénomènes nouveaux. Les identifiant comme des désordres pathologiques de la circulation des marchandises, du crédit et de la monnaie, ils recoururent, pour évoquer ces « crises commerciales », à une métaphore médicale. Comme l'écrivait Joseph Garnier en 1859, « les crises commerciales sont des perturbations soudaines de l'état économique naturel, et plus particulièrement des perturbations dans la fonction générale de l'échange aussi indispensable à la vie sociale que la circulation du sang l'est à la vie animale et individuelle ». Leur tardive apparition s'expliquait donc, puisque, selon Clément Juglar, « les crises ne paraissent que chez les peuples dont le commerce est très développé. Là où il n'y a pas de division du travail, pas de commerce extérieur, le commerce intérieur est plus sûr ; plus le crédit est petit, moins on doit les redouter » (1862).

Les auteurs de la fin du siècle en vinrent à dépasser cette analogie étroitement « circulatoire » pour envisager, en particulier à la suite des analyses d'Engels et de Marx, des désadaptations s'opérant aussi bien à l'intérieur de la sphère de la production qu'entre les capacités productives et les possibilités d'absorption des marchés. Par la baisse des prix industriels et l'effondrement des profits, ces crises de «  surproduction » entraînaient l'accumulation des stocks et le chômage. Elles se communiquaient rapidement entre les pays industriels tout en affectant aussi, indirectement mais durement, les pays non industrialisés qui étaient intégrés à l'économie internationale par leurs échanges commerciaux ou financiers. Elles paraissaient même, par leur régularité et leur ubiquité, si caractéristiques de l'économie capitaliste industrielle nouvelle qu'au-delà de la diversité de leurs manifestations, dans l'instant, la pensée économique tendit à les sublimer dans un concept théorique unitaire : la crise de surproduction, que l'on se préoccupait plus de prévoir, pour lui apporter les palliatifs appropriés, que d'empêcher d'éclater ; conçue en effet comme moment nécessaire du cycle économique court, elle préludait à un « assainissement » indispensable à la poursuite de la croissance.

Depuis que l'historiographie a admis que « les économies ont les crises de leurs structures » (Labrousse), les historiens sont incités à chercher comment le phénomène, que l'on appelle désormais « crise économique », s'est manifesté dans les sociétés préindustrielles. Ils ont opposé aux crises industrielles de la seconde moitié du xixe siècle des crises d'« ancien type », dans lesquelles la fluctuation de la production du secteur principal de l'économie, l'agriculture, imposait son mouvement à la conjoncture générale. Mutatis mutandis, le modèle de la crise de sous-production agricole peut-il aider aussi à mieux comprendre les effets des mauvaises récoltes en U.R.S.S. de 1921-1922 ou dans nombre du pays du Tiers Monde ?

Les crises du xxe siècle obligent à nuancer, voire à compléter cette première et grossière typologie. La crise de 1929 et la crise des années 1970-1980 peuvent-elles être regroupées dans la même catégorie que celles de la seconde moitié du xixe siècle ? Ou présentent-elles des caractéristiques nouvelles ? La première déconcerta par la durée de la période de dépression qui suivit le retournement initial. Il semblait que la reprise ne pouvait parvenir à s'affirmer et que, dans la dislocation de l'économie mondiale, dans l'absence de leadership international, dans l'impossibilité de faire fonctionner un système[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : correspondant de l'Institut, professeur émérite à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu
  • : économiste
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'histoire, enseignant en classe préparatoire
  • : docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Paris-I

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Crise sous l'Ancien Régime - crédits : Encyclopædia Universalis France

Crise sous l'Ancien Régime

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig - crédits : Encyclopædia Universalis France

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

Crise de 1929 - crédits : The Image Bank

Crise de 1929

Autres références

  • CRISES ÉCONOMIQUES (1980-2012)

    • Écrit par Dominique PLIHON
    • 3 160 mots
    • 3 médias

    Depuis ses origines, l'histoire du capitalisme est ponctuée par des crises financières : envolée puis effondrement du cours des bulbes de tulipes en Hollande, en 1634-1637 ; en 1720, crises sur les cours des titres de la Compagnie des Indes en France, et de la South Sea Company en Angleterre. Le ...

  • ACIER - Économie

    • Écrit par Franco MANNATO
    • 10 178 mots
    Depuis1973 et le premier choc pétrolier, la sidérurgie mondiale souffre d'un problème de surcapacités, problème qui n'a pas été résolu malgré plusieurs dizaines d'années d'efforts. Ces capacités excédentaires grèvent les producteurs et ont souvent limité les bénéfices de l'industrie sidérurgique....
  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    Les cours du pétrole s'effondrent brutalement en 1985. Les devises se font rares. L'Algérie adopte un plan d'austérité draconien : réduction des dépenses sociales, des importations et du budget de l'État. Les biens d'équipement et de première nécessité commencent à manquer. L'exode rural s'accélère,...
  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par Michel EUDE, Alfred GROSSER
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    Cette crise de 1816-1817 inaugure une « phase B » de récession, qui va se prolonger jusqu'au lendemain des révolutions de 1848-1849, accentuée par des crises cycliques en 1825-1826, 1836, 1846-1847. C'est dans ce contexte qu'il faut placer les débuts difficiles du Zollverein, la lenteur du démarrage...
  • ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

    • Écrit par Georges CASTELLAN, Rita THALMANN
    • 19 516 mots
    • 6 médias
    ...capables de le résoudre ? Il fallait pour cela que fût gagné le pari de Khrouchtchev et d'Ulbricht. Or il fut perdu. En République démocratique, ce fut la crise de 1961-1962. Les ambitieuses perspectives du plan septennal ne purent être tenues. Dans l'industrie les investissements auraient dû s'élever à...
  • Afficher les 130 références

Voir aussi