LABROUSSE CAMILLE-ERNEST (1895-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je suis un Bleu de l'Ouest », disait Camille-Ernest Labrousse. Il était né le 16 mars 1895 à Barbezieux, en Charente, d'une famille d'artisans et de commerçants. Ses ancêtres étaient maréchaux-ferrants, et son père, tailleur et marchand de draps ; milieu républicain, radical, laïc, voire franc-maçon, lecteur de Victor Hugo et de Michelet, admirateur de la Révolution française, dont C.-E. Labrousse dira : « Elle a été la fidélité de toute ma vie. » Dès quinze ans, avec des camarades de classe, il fonde un Club des jacobins qui édite un journal, L'Avenir ; en exergue, la phrase de Pierre Gaspard Chaumette : « Quand le pauvre n'aura plus rien à manger, il mangera le riche. » Pourtant, en ce début de siècle, l'anarchisme s'affirme comme l'engagement le plus séduisant pour une jeunesse hantée par l'inégalité de la soi-disant « Belle-Époque ». C.-E. Labrousse est secrétaire de la Fédération anarchiste communiste de l'Ouest, et il écrit dans Le Libertaire de Sébastien Faure. « Monté » à Paris en 1912, il entreprend des études d'histoire à la Sorbonne et, sous la direction d'Alphonse Aulard, des recherches sur la Terreur. La guerre l'empêche de passer l'agrégation. Mobilisé en 1914, gravement malade, il est réformé en 1915, puis nommé au lycée de Rodez. En 1917, il épouse la fille d'un notable bordelais.

Ce faisant, C.-E. Labrousse évolue ; il adhère à la S.F.I.O. et écrit dans L'Humanité (1919-1924). Attiré par la révolution russe, il fait partie du courant majoritaire qui, en 1920, provoque la scission du P.C.F. Mais, hostile à la bolchevisation du parti, il le quitte en 1925 pour n'y plus revenir. Le socialisme démocratique, celui de la Ligue des droits de l'homme et de Jaurès, est désormais son horizon ; retour à la S.F.I.O. en 1938, Résistance aux côtés d'Amédée Dunois, travail aux côtés de Léon Blum après la guerre, rédaction en chef de la Revue socialiste (1948-1954), passage au P.S.A., puis au P.S.U. (1958) par hostilité à la guerre d'Algérie indiquent un intérêt politique relativement rare dans le monde universitaire.

L'actualité fut une préoccupation constante de C.-E. Labrousse ; profondément ancrée dans la conjoncture, son œuvre fut, d'une certaine manière, une tentative pour répondre aux grands problèmes du temps qui l'a enfantée. Ce sont d'abord et avant tout les deux grands livres solidaires : Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle (2 vol., Dalloz, Paris, 1933), sa thèse de droit ; La Crise de l'économie française à la fin de l'Ancien Régime et au début de la Révolution (t. I : Aperçus généraux. Sources, méthode, objectifs. La crise de la viticulture, P.U.F., Paris, 1944), sa thèse d'histoire, « le plus grand ouvrage historique de notre temps [...], le plus beau aussi, en raison de son écriture élégante et juvénile », selon F. Braudel. Dans le premier, il donne un modèle d'étude sérielle à la manière de François Simiand dont il avait assimilé les leçons d'analyse quantitative et de recherche des corrélations. Derrière les mouvements saisonniers et les cycles, il discerne l'épaisseur du mouvement long et notamment de la croissance qui caractérise « la splendeur de Louis XV » avant le retournement conjoncturel qui sous-tend « le déclin de Louis XVI ». La Crise, c'est celle du temps court des années 1780, marquées par l'effondrement des prix et des revenus, notamment viticoles, rupture dramatique qui met en branle un prolétariat rural et urbain déjà paupérisé par l'écart croissant entre la rente et le salaire discerné dans le premier livre. 1789 est ainsi à la fois révolution de la prospérité, génératrice d'une élite urbaine avide de liberté des marchés, et révolution de la misère. Voici réconciliées les interprétations de Michelet et de Jaurès. Plus profondément, derrière les vicissitudes politiques et les troubles sociaux, il y a les ondes porteuses des mutations économiques, moteur de l'histoire, mesurables grâce aux comptabilités d'une administration méticuleuse.

Cette nouvelle lecture économique de l'histoire, puisée dans un marxisme articulé aux derniers développements de l'économie quantitative, s'inscrivait dans le renouveau de l'école des Annales, dont Labrousse est un acteur enthousiaste. Conjoncture économique et structures sociales sont les mots clefs d'une recherche personnelle et collective à laquelle durant vingt-cinq ans il allait insuffler un extraordinaire dynamisme. Marc Bloch avait fait de lui son suppléant à l'Institut d'histoire économique et sociale qu'il avait fondé au cœur de la désuète Sorbonne. Après son assassinat par les nazis, C.-E. Labrousse prit sa succession ; jusqu'en 1967 — date à laquelle, ayant pris sa retraite, il fut remplacé par Pierre Vilar — il en fit le centre de son action. Car Labrousse fut un grand « patron » : par son enseignement d'abord, qui attirait une génération étudiante d'après guerre, éprise de rigueur et soucieuse d'allier recherche et réflexion politique ; par sa direction de travaux ensuite. Durant vingt-cinq ans, il a patronné des centaines de maîtrises et de thèses — de Pierre Chaunu à Pierre Goubert et Pierre Vilar, d'Annie Kriegel à Maurice Agulhon ou Emmanuel Le Roy Ladurie — et animé de nombreuses recherches collectives, telle L'Histoire économique et sociale de la France (8 vol., P.U.F., Paris, 1970-1982) en collaboration avec Fernand Braudel et dont Jean Bouvier, François Caron, Adeline Daumard et Pierre Léon furent les principaux artisans. Par son inlassable activité au sein de très nombreux organismes universitaires — Sorbonne, École des hautes études, C.N.R.S., etc. — ou dans ceux qu'il avait fondés : Institut français d'histoire sociale, Centre d'études du syndicalisme, Société d'études jaurésiennes par exemple, qui ont marqué sa volonté d'introduire l'histoire ouvrière et celle du socialisme dans une Université qui les ignorait. Il y a un « phénomène Labrousse », un immense réseau de personnes et de recherches qui ont, avec les Annales, transformé l'approche historique d'une génération. Il y a une méthode labroussienne, faite de goût de l'archive, de souci de la quantification, d'austère rigueur — « beaucoup de travail pour peu de résultats », avait-il coutume de dire —, de recherche explicative, de désir d'une histoire « totale » jamais achevée. À la fin de sa vie, il en voyait les carences, insistait sur l'importance des médiations, les lourdeurs résistantes des « mentali [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LABROUSSE CAMILLE-ERNEST (1895-1988)  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La grande mue bourgeoise »  : […] Face à cette noblesse retranchée derrière ses privilèges menacés et discutés, la bourgeoisie subit la grande mue. E. Labrousse a pu dire que la Révolution était d'abord un fait urbain, qui se comprend à partir de la croissance accélérée des villes au cours du xviii e  siècle. C'est souligner l'explosion numérique de la bourgeoisie de l'époque moderne. La poussée urbaine a été, en fait, continue de […] Lire la suite

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Économies, sociétés, civilisations »  : […] Pour Braudel et pour les historiens de sa génération, la clé de la compréhension demeure cependant l'économie. Camille-Ernest Labrousse, l'autre figure qui s'impose au lendemain de la guerre propose, lui aussi, dans le sillage des travaux de sociologie économique de Simiand, un modèle interprétatif global mais notablement différent car plus sensible à l'analyse des crises économiques et à leur a […] Lire la suite

CRISES ÉCONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles ASSELAIN, 
  • Anne DEMARTINI, 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Patrick VERLEY
  •  • 21 780 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre «  Crises agricoles et crises économiques »  : […] Dans les sociétés anciennes, toute la vie économique et sociale dépendait du résultat de la récolte vivrière, déjà à la limite des besoins en année normale. Deux mauvaises récoltes consécutives signifiaient la catastrophe. Les crises agricoles furent encore responsables de véritables saignées démographiques en France en 1692-1694 ou en Prusse orientale en 1708-1711 . Ces poussées de mortalité résu […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « La crise de l'événement »  : […] Cette forme classique de l'histoire, qui articule étroitement la narration et l'événement, fait l'objet d'une critique radicale de la fin du xix e  siècle au milieu du xx e  siècle. La question de la scientificité de la discipline historique sert de vecteur à cette remise en cause. L'historien Paul Lacombe ( De l'histoire considérée comme science ) déclare en 1894 que l'événement, en tant qu'acte […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Courants et écoles historiques

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 6 859 mots

Dans le chapitre « Les Annales et l'histoire sociale et économique »  : […] Cependant, la Première Guerre mondiale, revitalisant les réactions nationalistes, interrompit momentanément les mouvements de réforme qui se concrétiseront en France avec le lancement, en 1929, des Annales d'histoire économique et sociale par l'historien moderniste, Lucien Febvre (1878-1956), et le médiéviste Marc Bloch (1886-1944), tous deux professeurs à Strasbourg. Revendiquant d'emblée un «  […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 221 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Quand compter devient interpréter : des masses au « singulier pluriel » »  : […] Ernest Renan affirmait qu'un nouvel horizon de questions suscite de nouvelles sources et, par conséquent, de nouvelles méthodes. Parmi les mutations de l'histoire au xx e  siècle, la simultanéité de l'évolution des sources et des méthodes et de l'émergence d'une histoire quantitative de l'économie est frappante. Parallèlement aux entreprises étrangères animées par le Comité scientifique internatio […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 646 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La critique de l'histoire politique traditionnelle »  : […] Toutefois, ce sont moins ces travaux pionniers que l'immense et souvent médiocre production de chroniques, livres académiques ou ouvrages à visée idéologique qui explique que, depuis le début du xx e  siècle, cette prédominance de l'histoire politique traditionnelle soit l'objet de critiques à la fois d'ordre idéologique et intellectuel. Est-il légitime de faire l'histoire des dirigeants en oubli […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire économique

  • Écrit par 
  • Michel MARGAIRAZ
  •  • 4 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'« ère labroussienne » en France »  : […] L'émergence de l'histoire économique en France se produit selon une chronologie différente, plus tardive, et de manière relativement indépendante de l'influence allemande ou anglo-saxonne. Jusqu'aux années 1930, il n'y a pas de véritable école d'histoire économique, mais seulement l'œuvre de quelques historiens économistes comme Émile Levasseur (1828-1911) ou Henri Hauser (1866-1946). On connaît b […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Anthropologie historique

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 3 164 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au-delà de l'histoire quantitative »  : […] Deux historiens ont joué un rôle essentiel dans ce développement. Dans La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II (1949), Fernand Braudel poursuit un projet d'histoire totale. Il cherche à montrer avec assez d'ampleur comment interagissent différents niveaux de la réalité historique et surtout différents types de temporalité pour comprendre le mouvement de l'histoire dan […] Lire la suite

MENTALITÉS, histoire

  • Écrit par 
  • André BURGUIÈRE
  •  • 2 014 mots

Dans le chapitre « Deux conceptions des mentalités »  : […] Marc Bloch et Lucien Febvre ayant souvent reconnu leur dette à L'Année sociologique , la revue fondée en 1896 par Émile Durkheim, et à la Revue de synthèse historique d'Henri Berr (créée en 1900), on pourrait interpréter cette divergence comme un partage d'héritage : d'un côté, une conception sociologique des mentalités attentive aux représentations collectives, propre à Marc Bloch ; de l'autre, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michelle PERROT, « LABROUSSE CAMILLE-ERNEST - (1895-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-ernest-labrousse/