HIBERNATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par hibernation on entend la « manière de passer l'hiver ». Il s'agit d'une faculté qu'ont certains êtres vivants de s'adapter aux conditions climatiques hivernales : abaissement de la température moyenne, réduction des heures d'éclairement, diminution des précipitations. On rencontre les formes d'hibernation les plus prononcées dans les climats tempérés frais où les caractères de l'hiver sont particulièrement nets.

L'adaptation que représente l'hibernation correspond à une diminution des manifestations vitales, c'est-à-dire à une réduction de la dépense d'énergie ; végétaux, Invertébrés et Vertébrés obtiennent ce résultat par des procédés très variés, lorsque les conditions climatiques les y obligent. Il en va autrement pour la plupart des Mammifères et des Oiseaux, qui se sont rendus indépendants des conditions climatiques et conservent durant toute l'année une température élevée et constante, correspondant à une dépense d'énergie forte : ce sont des homéothermes. Ceux d'entre eux qui passent à un état de vie ralentie en hiver sont dits hibernants.

L'hibernation chez les Mammifères

Les Mammifères hibernants

L'hibernation des Mammifères se rencontre dans tous les ordres, des Monotrèmes et Marsupiaux jusqu'aux Primates (Lémuriens), mais surtout chez les Rongeurs (marmottes, spermophiles, loirs, hamsters, lérots, etc.). Parmi les Insectivores hibernants, on connaît le hérisson, le tenrec, le setifer. Chez les chauves-souris des régions tropicales, les macrochiroptères sont homéothermes et présentent une température centrale constante au froid, tandis que les microchiroptères meurent en hypothermie quand la température ambiante approche 10 0C. En revanche, les microchiroptères des zones tempérées sont hibernants. Bourlière a, le premier, [...]

Écureuil

Écureuil

Photographie

Spermophile d'Amérique du Nord, écureuil terrestre capable d'hiberner. 

Crédits : Darrell Gulin/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Loir gris

Loir gris

Photographie

Espèce européenne, le loir gris (Glis glis) met bas dans un nid de brindilles et de feuilles tapissé de poils et de plumes. À l'approche de l'hiver, après avoir engraissé, il hiberne dans un autre nid camouflé au fond d'une galerie creusée dans le sol. Si un prédateur l'attrape par la... 

Crédits : CSP_mikelane45/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Écureuil

Écureuil
Crédits : Darrell Gulin/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Loir gris

Loir gris
Crédits : CSP_mikelane45/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Orvet fragile

Orvet fragile
Crédits : Laurent Lebois/ flickr ; CC-BY 2,0

photographie

Grenouille verte

Grenouille verte
Crédits : dreamshot / Biosmotion

vidéo





Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Strasbourg.

Classification


Autres références

«  HIBERNATION  » est également traité dans :

CHÉLONIENS ou TORTUES

  • Écrit par 
  • Vivian de BUFFRÉNIL
  •  • 4 609 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Reproduction, longévité, hibernation »  : […] L' époque à laquelle les tortues se reproduisent semble très variable et d'autant plus difficile à cerner que les femelles peuvent stocker les spermatozoïdes durant plusieurs mois ou même plusieurs années et pondre des œufs féconds sans contact récent avec les mâles. Ces derniers assurent l'essentiel du comportement de cour, assez simple en général et surtout basé sur des hochements de tête préal […] Lire la suite

CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE
  •  • 2 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Hibernation »  : […] Un dernier trait remarquable de la biologie des Chiroptères mérite d'être évoqué : leur aptitude à l'hibernation. En relation avec l'absence d'insectes actifs durant la période froide, les Chauves-Souris entomophages, des régions tempérées surtout, ont un sommeil hivernal qui peut durer plusieurs mois. Un abaissement excessif de la température ambiante fait parfois sortir les animaux de leur léth […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rythme circannuel »  : […] La plupart des animaux suivent aussi des rythmes dits circannuels, c'est-à-dire revenant avec une périodicité annuelle. Beaucoup de comportements liés à la reproduction sont saisonniers : dans l'hémisphère Nord, les oiseaux se reproduisent au printemps, les cerfs brament à l'automne. Dans les deux cas, ces comportements permettent l'éclosion ou la naissance des petits au printemps, saison la plu […] Lire la suite

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 776 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Comportement »  : […] La biologie de la reproduction a, chez les Mammifères, des caractères tout à fait originaux, en raison de l'existence chez la femelle de cycles œstriens à détermination hormonale, l'accouplement ne s'effectuant qu'au cours de l' œstrus. Certains Mammifères n'ont qu'un cycle œstrien par an (phoques, otaries, morses, Mustélidés), d'autres plusieurs au cours d'une période définie de l'année ; chez d' […] Lire la suite

MILIEU, écologie

  • Écrit par 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 7 840 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le facteur thermique »  : […] Le facteur thermique, que mesure la température du milieu, est un facteur universel ; il contrôle la vitesse des réactions biochimiques (loi de Van't Hoff), et par là il conditionne directement, en tout milieu, toute vie. Dans les climats terrestres, les amplitudes maximales de température vont approximativement des − 70  0 C du « pôle du froid » sibérien aux + 60  0 C du « pôle du chaud » au Sah […] Lire la suite

RONGEURS ET LAGOMORPHES

  • Écrit par 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 2 880 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les Sciuromorphes »  : […] Le sous-ordre des Sciuromorphes comporte, à côté des écureuils , arboricoles et terrestres, les marmottes , les castors et des Rongeurs très primitifs, les aplodontes, vulgairement appelés castors de montagne et localisés dans les régions montagneuses de l'ouest de l'Amérique du Nord. Toutes ces formes recèlent bien des traits primitifs déjà présents chez leurs ancêtres de l'Éocène. Il est possibl […] Lire la suite

RYTHMES BIOLOGIQUES ou BIORYTHMES

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS, 
  • René LAFONT, 
  • Bernard MILLET, 
  • Alain REINBERG
  •  • 15 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Hibernation des mammifères »  : […] L'existence de rythmes circannuels chez les mammifères a été montrée pour la première fois sur des hibernants, comme le spermophile Spermophilus lateralis . Ils ont été observés chez de nombreuses autres espèces de spermophiles, mais aussi chez le hérisson, le hamster, la marmotte, le lérot, les souris sauteuses. Les facteurs de l'environnement jouent un rôle synchronisateur à la fois pour l'entré […] Lire la suite

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les trogloxènes »  : […] Considérés à l'origine et par Racovitza lui-même comme des animaux « égarés » dans le milieu souterrain, les trogloxènes ont fait l'objet d'études de plus en plus systématiques qui ont permis de définir avec précision leur situation écologique très particulière. Dans la classification de M. Pavan (1950), les trogloxènes sont définis comme des formes qui peuplent par hasard le milieu souterrain et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Charles KAYSER, « HIBERNATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hibernation/