MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS

Médias de l’article

Kangourou

Kangourou
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Marsupiaux : squelette céphalique

Marsupiaux : squelette céphalique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Marsupiaux : appareil génital femelle

Marsupiaux : appareil génital femelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Embryon

Embryon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les Marsupiaux, mammifères à poche (Métathériens), diffèrent des mammifères typiques (Euthériens), placentaires, par des détails anatomiques (organisation de l'appareil génital), mais aussi par les modalités de la reproduction et les soins donnés aux jeunes.

Bien que l'anatomie des Marsupiaux présente assez d'homogénéité pour qu'on les ait rassemblés naguère en un ordre unique, leurs modes de vie et de locomotion, leurs régimes alimentaires et aussi leur morphologie sont remarquablement variés.

C'est en Australie, où se trouvent confinés la majorité des Marsupiaux actuels, que cette radiation adaptative est particulièrement spectaculaire : formes arboricoles (phalangers), grands herbivores (kangourous « géants »), petits herbivores évoquant le lièvre ou le rat, insectivores et mangeurs de fourmis, carnassiers rappelant le chat ou le chien, fouisseurs à l'allure de taupe occupent respectivement les places ailleurs tenues par des mammifères Euthériens.

Kangourou

Kangourou

vidéo

Les kangourous sont les plus connus des animaux sauvages d'Australie. Le navigateur James Cook, qui les découvre en 1770 sur le littoral nord-australien, leur attribue le nom de « kangaroo », croyant comprendre que c'est ainsi que les nomment les Aborigènes. Les kangourous et les autres... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette diversité remarquable des Marsupiaux australiens illustre fort clairement les conséquences de l'isolement géographique qui les a mis à l'abri des mammifères placentaires.

Caractères morphologiques et anatomiques

Le marsupium

La poche marsupiale (ou marsupium), caractère si frappant de ces animaux qu'elle a servi à les nommer, est un repli cutané permanent de la région abdominale de la femelle. Son développement varie considérablement selon les espèces, mais aussi en fonction du cycle sexuel. Lorsqu'elle est bien développée, elle comporte une importante musculature et en particulier un sphincter, autour de l'ouverture orientée vers l'avant (Didelphis, Chironectes, Phalangéroïdes) ou vers l'arrière (Dasyurus, Perameles) [fig. 1]. La poche est parfois réduite à une paire de replis (


pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII
  • : professeur au Muséum national d'histoire naturelle, ancien directeur des collections

Classification


Autres références

«  MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 979 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le royaume néotropical ou Néotropis »  : […] et nord-américain pendant des millénaires, a déterminé l'apparition de formes biologiques extrêmement originales, tout comme en Australie. On y trouve d'ailleurs aussi des Marsupiaux : 14 genres (contre 64 en Australie) dont l'opossum, qui pénètre en Amérique du Nord. Ces marsupiaux de la Néotropis sont petits et discrets, bien que, avant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-biogeographie/#i_7330

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 549 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « La faune »  : […] à l'état relictuel dans le continent australien isolé. Il est en général admis que Marsupiaux et Placentaires sont deux lignées divergentes issues au Crétacé d'une même souche nord-américaine ; par la suite, elles se sont dispersées en Amérique du Sud et en Europe. Les ancêtres des Marsupiaux australiens devaient être des petits Insectivores ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/australie/#i_7330

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 575 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La radiation du Paléocène »  : […] les multituberculés (le groupe le plus diversifié du Mésozoïque), les marsupiaux et les placentaires. Même si les multituberculés restaient dominants, les marsupiaux et les placentaires se diversifièrent durant le Paléocène. Les radiations simultanées de ces deux derniers groupes ont été accompagnées d'une augmentation marquée de la taille des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenozoique/#i_7330

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 973 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Empreinte parentale »  : […] les animaux, l’empreinte parentale est apparue tardivement au cours de l’évolution : elle n’existe que chez les marsupiaux et les mammifères placentaires. Plusieurs gènes soumis à l’empreinte parentale agissent lors du développement embryonnaire, pendant lequel ils régulent la croissance du placenta ou celle de l’embryon lui-même. Il a été par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_7330

EXTINCTION DE MARSUPIAUX EN AUSTRALIE AU QUATERNAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 703 mots
  •  • 1 média

, l'Australie a longtemps abrité une faune très variée de marsupiaux herbivores quand ces espaces étaient couverts d'une forêt parsemée de grandes clairières herbeuses. La vague d'extinction qui a touché cette île à la fin du Quaternaire se situe entre — 50 000 et — 40 000 ans. 55 espèces de marsupiaux de plus de dix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinction-de-marsupiaux-en-australie-au-quaternaire/#i_7330

KANGOUROU

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 628 mots
  •  • 2 médias

Les vrais kangourous sont les marsupiaux qui appartiennent à la famille des Macropodidés. Ils sont représentés par une cinquantaine d'espèces réparties en onze genres. Par extension, les petits marsupiaux de la famille des Potoridés (10 espèces) ont été appelés rats-kangourous (noms locaux : bettongs et potorous). Selon leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kangourou/#i_7330

KOALA

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 432 mots
  •  • 1 média

Marsupial arboricole à l'allure d'un petit ours, vivant exclusivement dans les forêts d'eucalyptus de l'est et du sud de l'Australie. Classe : Mammifères ; ordre : Diprotodontes ; famille : Phascolarctidés. Effectifs : plus de 300 000 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/koala/#i_7330

MAMMIFÈRES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Robert MANARANCHE, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ, 
  • Michel TRANIER
  •  • 10 783 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Appareil génital »  : […] Les Métathériens (Marsupiaux) possèdent deux vagins surmontés chacun d'un diverticule ; l'accolement de ces derniers constitue un troisième vagin par lequel s'effectue la parturition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mammiferes/#i_7330

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 025 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Adaptation à la bipédie »  : […] Chez les Marsupiaux, la bipédie est réalisée par les kangourous et les « rats marsupiaux » (Bettongia). Chez les premiers, la progression ne s'effectue pas par enjambées mais plutôt par sauts où les membres travaillent groupés. Le métatarse du quatrième doigt est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_7330

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 256 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Autres Vertébrés volants »  : […] Les Marsupiaux volants sont les Phalangers, Diprotodontes confinés à l'Australie et à la Nouvelle-Guinée. Leur taille varie de celle d'une souris à celle d'un chat (Petauroides volans). Le plané, qui atteint quatre-vingts mètres, au maximum, est réalisé grâce à une membrane, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_7330

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, Michel TRANIER, « MARSUPIAUX ou MÉTATHÉRIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marsupiaux-metatheriens/