OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « terminisme » et le problème des universaux

Ockham, instaurateur, tant pour ses adversaires que pour ses disciples, de la voie moderne, considère pourtant comme des novateurs ceux qui professent le réalisme des universaux et des relations ; pour l'essentiel, il se croit et se veut fidèle à la théorie aristotélicienne de la connaissance, mais en la libérant des dernières traces de platonisme. Son univers est fait de « choses » (res) singulières, contingentes et juxtaposées, que l'esprit appréhende dans un acte cognitif qualifié d'intuitif. Ockham conserve néanmoins la distinction non seulement entre une première saisie, en quelque façon neutre, et l'assentiment judicatoire qui la suit, mais entre la « sensation », qui révèle seule le fait de l'existence concrète et, d'autre part, l'« intellection » qui seule atteint la « quiddité » de la chose. L'être « objectif » (c'est-àdire intentionnel, au niveau de l'esprit connaissant) ne se confond aucunement avec l'être « subjectif » (dans le langage médiéval, l'être extra-mental de la chose même) ; on est donc très loin ici de l'immatérialisme berkeleyen. Certes, il n'est pas contradictoire que, par sa puissance absolue, Dieu produise dans une âme une vision sans « sujet » extérieur (et, pour Ockham, c'est bien ce qui se produit miraculeusement dans certaines circonstances), mais cet argument « dialectique » (lié au refus d'un lien « nécessaire » entre ce qui peut être séparé sans contrevenir au principe de non-contradiction) n'implique en rien le scepticisme ou le subjectivisme (au sens moderne du terme) que d'aucuns ont cru y discerner, soit pour en faire grief à l'ockhamisme, soit pour le célébrer comme un pressentiment de thèses critiques de type kantien qui lui sont étrangères encore (et dont on trouvera peut-être les prodromes chez Nicolas de Cues, un siècle et demi plus tard). Pour Ockham, au niveau de ce qu'il nomme la « puissance conditionnée », c'est-à-di [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I
  • : agrégée de l'Université, docteur ès lettres, professeur et directeur du département de philosophie à l'université de Paris XII-Créteil

Classification


Autres références

«  OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)  » est également traité dans :

BURIDAN JEAN (1300 env.-apr. 1358)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 454 mots

Recteur de l'université de Paris en 1328 et en 1340, commentateur d'Aristote et logicien. L'enseignement en logique de Jean Buridan ( Summulae logicae ) dépend de celui de Pierre d'Espagne et de celui d'Ockham. S'il reçoit du premier la distinction entre la « signification » d'un nom et sa « valeur de suppléance » ou de « substitution », il estime avec le second que toutes le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-buridan/#i_12248

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « Éthique, sociologie et politique »  : […] On s'est parfois mépris sur la morale scotiste en confondant certaines thèses du Docteur subtil avec les paradoxes « dialectiques » que les ockhamistes, un peu plus tard, fonderont sur la même distinction entre ce qui appartient à la « puissance absolue » de Dieu et ce qui relève seulement de sa « puissance ordonnée ». Ni pour Duns Scot ni pour Ockham, la liberté du Tout-Puissant n'implique assur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_12248

DURAND DE SAINT-POURÇAIN (entre 1270 et 1275-1334)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 885 mots

Dominicain malmené, pour ses prises de position antithomistes, par son ordre officiellement rangé derrière l'Aquinate, Durand, né à Saint-Pourçain (actuellement Saint-Pourçain-sur-Sioule, Allier), est en 1303 au couvent parisien des Frères prêcheurs. Élève de Jacques de Metz, lui-même dominicain non rallié au thomisme, il commente les Sentences à Paris en 1307 et 1308, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durand-de-saint-pourcain/#i_12248

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Malebranche »  : […] L'idéalisme est le fait de penseurs qui viennent après Descartes. Plus cartésiens que le maître, ils sont tout près de trouver en lui des vestiges de scolastique et d'infrarationnel. Malebranche et Berkeley, dont les doctrines comportent des analogies et des différences, sont des ecclésiastiques en réaction contre le thomisme et l'aristotélisme, qu'ils jugent trop laïques. Ils ne se doutent pas qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_12248

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développement historique »  : […] Au début du xii e  siècle, on ne connaît guère encore que les premiers livres de l' Organon . Le principal promoteur de la logique est Abélard. Inspirée de Boèce et de Priscien, sa Dialectica , qui servira longtemps de manuel, dégage le rôle de la « copule », annonce la future théorie des « conséquences  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_12248

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Retour à la sémiotique »  : […] On pourrait croire qu'en articulant l'une à l'autre la théorie augustinienne du signe naturel et la notion d'« occurrence mentale » – l' intentio prima porteuse de toute une psychologie intentionnelle –, Guillaume d' Ockham formulait une théorie générale de la signification analogue à la conception baconienne de la connotation liant les uns avec les autres les mots, leurs «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_12248

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Lorsqu'on envisage une « enquête sur le nominalisme » à travers l'histoire de la philosophie (comme le propose la thèse de Jean Largeault), on se trouve devant une diversité de doctrines entre lesquelles l'assimilation semble purement nominale. Pour faire face à cette difficulté dans les limites d'un court article, on a choisi au Moyen Âge un nominalisme typique : celui de Guillaume d'Ockham, au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme/#i_12248

UNIVERSAUX, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 840 mots

La question des universaux est posée (mais non résolue, par dessein exprès de l'auteur) dans l' Introduction ( Eisagogè ) de Porphyre ( iii e  s.) à la Logique d'Aristote : les genres et les espèces existent-ils réellement ou sont-ils de pures conceptions de l'esprit ? Par le biai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-philosophie/#i_12248

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, Jeannine QUILLET, « OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/