OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théologie

En réalité, les hommes sont encore plus mal pourvus que le bénéficiaire de l'hypothèse fantastique énoncée ci-dessus ; ils ne disposent que de la Révélation, laquelle fournit seulement certains noms de Dieu et la certitude de quelques-unes de ses décisions libres ; la théologie ne peut donc être une science véritable, prétendûment « subalternée » à la vision des bienheureux ; c'est pourquoi Ockham préfère la définir comme une collection de propositions singulières, excluant non seulement tout « concept propre » de Dieu mais tout recours à la causalité. Cependant l'habitus du théologien concerne un « sujet » immense, d'une certaine façon la totalité du créé ; car il importe, avant toute autre recherche, de savoir ce qu'implique le premier article de foi : « Je crois en un seul Dieu tout-puissant. » Dieu n'étant lié par aucun système antécédent d'idées, ni par la fausse substantialité de formes intermédiaires, il peut sauver ou perdre qui lui plaît. Il n'était pas exclu, par conséquent, qu'il décidât de procurer la béatitude à quiconque pose librement des actes moralement bons. Cette formule dialectique a heurté, elle aussi, les enquêteurs d'Avignon parce qu'elle semblait, à première vue, rejoindre les affirmations averroïstes qui promettent à l'homme un bonheur purement naturel. Mais le dessein d'Ockham est complètement opposé : même dans l'hypothèse limite (présentée comme « irréelle » : « Dieu aurait pu »), la condition effective du salut serait pour lui d'« aimer Dieu par-dessus tout », et cet amour lui-même ne serait « bon et louable » qu'en vertu d'un décret divin. En fait, au niveau de la « puissance conditionnée », le Créateur ne rend les hommes bienheureux que par cet « habitus créé » qu'on nomme charité infuse ; mais Ockham tient que l'amitié divine ne requiert de soi aucune « forme amicitiante » qui agirait sur le vouloir humain et contraindrait en quelque sorte le vouloir divin, par sa seule présence, comme cause efficiente du salut. En substantialisant l'habitus de grâce, on tomberait dans le pélagianisme. Et le mérite de Duns Scot est d'avoir reconnu qu'« en vertu de rien de créé, soit que nous le possédions nous-mêmes, soit que nous le recevions immédiatement de Dieu, Dieu n'est nécessité à agréer aucun acte causé par l'homme, puisqu'il se pourrait toujours qu'il l'agréât par sa seule puissance absolue » (Sent., III, v).

Deux siècles plus tard, Luther, formé dans un climat ockhamiste, s'indignera de l'hypothèse même d'un salut mérité par acte libre de la droite raison ; il retiendra cependant un certain « extrincésime » de la justification, encore que rien chez Ockham ne prépare la formule luthérienne du juste qui reste « en même temps pécheur ». Si la prédestination ne se confond jamais pour lui avec la prévision des actes futurs de l'homme, dans le statut effectif voulu par Dieu (sauf cas exceptionnel comme l'illumination de Paul sur le chemin de Damas), le péché précède normalement la damnation et la vertu naturelle prépare le don de grâce. Ici encore, une fois rejetée toute réification de l'abstrait, Ockham retrouve à sa manière des positions traditionnelles et, malgré toutes les conséquences que d'aucuns tireront ensuite de ses principes, il ne peut passer lui-même, en aucun domaine, pour un véritable révolutionnaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I
  • : agrégée de l'Université, docteur ès lettres, professeur et directeur du département de philosophie à l'université de Paris XII-Créteil

Classification

Autres références

«  OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)  » est également traité dans :

BURIDAN JEAN (1300 env.-apr. 1358)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 454 mots

Recteur de l'université de Paris en 1328 et en 1340, commentateur d'Aristote et logicien. L'enseignement en logique de Jean Buridan ( Summulae logicae ) dépend de celui de Pierre d'Espagne et de celui d'Ockham. S'il reçoit du premier la distinction entre la « signification » d'un nom et sa « valeur de suppléance » ou de « substitution », il estime avec le second que toutes les parties d'une énonci […] Lire la suite

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « Éthique, sociologie et politique »  : […] On s'est parfois mépris sur la morale scotiste en confondant certaines thèses du Docteur subtil avec les paradoxes « dialectiques » que les ockhamistes, un peu plus tard, fonderont sur la même distinction entre ce qui appartient à la « puissance absolue » de Dieu et ce qui relève seulement de sa « puissance ordonnée ». Ni pour Duns Scot ni pour Ockham, la liberté du Tout-Puissant n'implique assur […] Lire la suite

DURAND DE SAINT-POURÇAIN (entre 1270 et 1275-1334)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 885 mots

Dominicain malmené, pour ses prises de position antithomistes, par son ordre officiellement rangé derrière l'Aquinate, Durand, né à Saint-Pourçain (actuellement Saint-Pourçain-sur-Sioule, Allier), est en 1303 au couvent parisien des Frères prêcheurs. Élève de Jacques de Metz, lui-même dominicain non rallié au thomisme, il commente les Sentences à Paris en 1307 et 1308, commentaire pour lequel on […] Lire la suite

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Malebranche »  : […] L'idéalisme est le fait de penseurs qui viennent après Descartes. Plus cartésiens que le maître, ils sont tout près de trouver en lui des vestiges de scolastique et d'infrarationnel. Malebranche et Berkeley, dont les doctrines comportent des analogies et des différences, sont des ecclésiastiques en réaction contre le thomisme et l'aristotélisme, qu'ils jugent trop laïques. Ils ne se doutent pas qu […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 997 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développement historique »  : […] Au début du xii e  siècle, on ne connaît guère encore que les premiers livres de l' Organon . Le principal promoteur de la logique est Abélard. Inspirée de Boèce et de Priscien, sa Dialectica , qui servira longtemps de manuel, dégage le rôle de la « copule », annonce la future théorie des « conséquences », distingue expressément entre les deux façons d'entendre les propositions modales. À la fin d […] Lire la suite

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Retour à la sémiotique »  : […] On pourrait croire qu'en articulant l'une à l'autre la théorie augustinienne du signe naturel et la notion d'« occurrence mentale » – l' intentio prima porteuse de toute une psychologie intentionnelle –, Guillaume d' Ockham formulait une théorie générale de la signification analogue à la conception baconienne de la connotation liant les uns avec les autres les mots, leurs « espèces » et les « esp […] Lire la suite

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Lorsqu'on envisage une « enquête sur le nominalisme » à travers l'histoire de la philosophie (comme le propose la thèse de Jean Largeault), on se trouve devant une diversité de doctrines entre lesquelles l'assimilation semble purement nominale. Pour faire face à cette difficulté dans les limites d'un court article, on a choisi au Moyen Âge un nominalisme typique : celui de Guillaume d'Ockham, au […] Lire la suite

UNIVERSAUX, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 840 mots

La question des universaux est posée (mais non résolue, par dessein exprès de l'auteur) dans l' Introduction ( Eisagogè ) de Porphyre ( iii e  s.) à la Logique d'Aristote : les genres et les espèces existent-ils réellement ou sont-ils de pures conceptions de l'esprit ? Par le biais de cet opuscule, connu des médiévaux dès le ix e  siècle, ceux-ci ont eu d'emblée quelque connaissance de l'un des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice de GANDILLAC, Jeannine QUILLET, « OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/