DELACROIX EUGÈNE (1798-1863)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Liberté guidant le peuple, E. Delacroix

La Liberté guidant le peuple, E. Delacroix
Crédits : AKG

photographie

Les Natchez, E. Delacroix

Les Natchez, E. Delacroix
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Salon du Roi, Palais-Bourbon

Salon du Roi, Palais-Bourbon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Bibliothèque du Palais-Bourbon

Bibliothèque du Palais-Bourbon
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie


« Quand j'ai fait un beau tableau, je n'ai pas écrit une pensée. C'est ce qu'ils disent. Qu'ils sont simples ! Ils ôtent à la peinture tous ses avantages. L'écrivain dit presque tout pour être compris. Dans la peinture, il s'établit comme un pont mystérieux entre l'âme des personnages et celle du spectateur. Il voit des figures, de la nature extérieure ; mais il pense intérieurement, de la vraie pensée commune à tous les hommes. » Ces quelques phrases du Journal, écrites par Delacroix en 1822, sont révélatrices des malentendus qui l'ont toujours entouré. Attaqué de son vivant pour son style et la facture de ses œuvres, qui lui valurent ensuite d'être considéré comme un précurseur génial et comme un maître par des artistes aussi divers que Courbet, Degas, Cézanne, Signac ou Picasso, il déroute aujourd'hui par ce qui le rattache au camp classique, une peinture qui a toujours revendiqué et assumé la notion de sujet. C’est pourtant peut-être cette tension entre novation et tradition, constante chez lui mais qui n'est apparue clairement qu'avec le recul du temps (ses contemporains retenant surtout ses audaces formelles), qui doit le faire ranger parmi les plus grands, comme l'a si bien exprimé Baudelaire dans l'article qu'il lui a consacré en 1863 : « La Flandre a Rubens ; l'Italie a Raphaël et Véronèse ; la France a Lebrun, David et Delacroix. Un esprit superficiel pourra être choqué, au premier aspect, par l'accouplement de ces noms qui représentent des qualités et des méthodes si différentes. Mais un œil spirituel plus attentif verra tout de suite qu'il y a entre tous une parenté commune, une espèce de fraternité ou de cousinage dérivant de leur amour du grand, du national, de l'immense et de l'universel. »

Un enfant du siècle

Delacroix naît dans un milieu parisien relativement aisé, cultivé et artistique. Il descend, par sa mère, de certains des ébénistes parisiens les plus célèbres du xviiie siècle (Jean-François Œben notamment), et son père a eu une brillante carri [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DELACROIX EUGÈNE (1798-1863)  » est également traité dans :

DELACROIX AU SALON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 292 mots

1822 Premier envoi de Delacroix au Salon (La Barque de Dante). Le tableau obtient un succès d'estime et est acheté par le gouvernement. 1824 Scènes des massacres de Scio suscite des réactions contrastées. Malgré ses aspects peu académiques et novateurs, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delacroix-au-salon-reperes-chronologiques/#i_5852

JOURNAL, Eugène Delacroix - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 041 mots

Depuis sa première publication, en 1893, trente ans exactement après la mort de son auteur , le Journal de Delacroix (1798-1863) n'a cessé d'être considéré comme l'un des écrits les plus importants de l' histoire de l'art. Ce texte, remarquable par la finesse et la pénétration de ses analyses, tout comme par ses qualités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-eugene-delacroix/#i_5852

LA MORT DE SARDANAPALE (E. Delacroix)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 256 mots

Le Salon de 1824 avait marqué l'avènement, au sein de l'école française de peinture, d'un fort courant romantique. Le Salon suivant, organisé dans les derniers mois de 1827 et au début de l'année 1828, confirma l'opposition entre les tenants d'une esthétique classique se réclamant, en particulier, de l'exemple de David, et une jeune génération […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-de-sardanapale/#i_5852

SOUVENIRS D'UN VOYAGE DANS LE MAROC (E. Delacroix)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 079 mots

Les sources autographes du voyage de Delacroix au Maroc (1832) se sont, en 1999, enrichies de Souvenirs inédits, publiés chez Gallimard (édition de Laure Beaumont-Maillet, Barthélémy Jobert et Sophie Join-Lambert) sous le titre prévu par l'artiste lui-même. Aux textes bien connus des carnets et des albums utilisés sur place, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/souvenirs-d-un-voyage-dans-le-maroc/#i_5852

D'EUGÈNE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, Paul Signac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pensée marquée par Delacroix »  : […] années plus tard il était tombé dans un certain oubli. Signac regrettait que l'influence de celui qui avait été un maître et un ami ne fût pas davantage reconnue. C'est la publication du Journal de Delacroix, en 1893, qui le poussa à écrire D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, qui avait pour lui valeur de manifeste. Seurat et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/d-eugene-delacroix-au-neo-impressionnisme/#i_5852

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 149 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les arts graphiques et le livre illustré »  : […] ce thème obsédant des dernières années du peintre, est évoqué de façon lancinante. Delacroix, de son côté, a mis au point dans le portrait lithographié du baron Schwiter (à partir d'antécédents qu'il serait trop long d'énumérer) un modèle de portrait où, selon le même principe que dans les vignettes lithographiques de Géricault, l'apparence de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_5852

ORIENTALISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • Daniel-Henri PAGEAUX, 
  • Christine PELTRE
  •  • 11 011 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Orientales » : l'inspiration romantique »  : […] de ces artistes pionniers se caractérise surtout par son pittoresque, tout autre est la portée du voyage au Maroc de Delacroix en 1832. La prise d'Alger en 1830 a déjà entraîné plusieurs artistes en Afrique du Nord, parmi lesquels Eugène Isabey (1803-1886), mais leur œuvre reste confidentielle ou strictement topographique. Associé à une mission […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orientalisme-art-et-litterature/#i_5852

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « « Partiale, passionnée, politique » »  : […] sein de ces affrontements, l'exemple moins spectaculaire de l'opposition entre Ingres et Delacroix n'est pas qu'une vision traditionnelle de manuel d'histoire de l'art. Elle semble, confortée par l'Exposition universelle de 1855, cristalliser les antagonismes entre dessinateurs et coloristes au milieu du siècle. Il est rare qu'à l'exemple des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/#i_5852

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 469 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une philosophie du changement »  : […] classer avant tout comme des habitants, des princes du royaume des couleurs, Constable, Delacroix, ont eu la familiarité de ces comportements, de ces pouvoirs et de ces aventures des couleurs et les ont, jusqu'à l'obsession, observés et médités. Delacroix avait préparé une visite à Chevreul ; il dut la remettre à cause de son mal de gorge invétéré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_5852

PEINTURE - Les théories des peintres

  • Écrit par 
  • Daniel ARASSE
  •  • 3 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'élaboration d'une théorie spécifiquement picturale »  : […] romantisme et les scandales successifs des Salons de Delacroix que la rupture s'installe. Malgré son respect pour les maîtres du passé, bien qu'il soit peut-être le dernier des grands maîtres classiques, Delacroix oppose, dans sa vie même, le modernisme à l'académisme. Mais il n'y a pas chez lui d'effort théorique qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-theories-des-peintres/#i_5852

MANET-VELÁZQUEZ. LA MANIÈRE ESPAGNOLE AU XIXe siècle (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert DUPIN
  •  • 1 182 mots

La nouvelle manière de Delacroix qui choque tant Gros au Salon de 1824, celle des Massacres de Scio (« le massacre de la peinture ») ou de La Jeune Orpheline au cimetière (Louvre), s'expliquerait mal sans l'influence espagnole. Delacroix est aussi l'un des premiers introducteurs de Goya en France, dont il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manet-velazquez-la-maniere-espagnole-au-xixe-siecle/#i_5852

SALONS, Charles Baudelaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dans la lignée de Diderot »  : […] « les artistes suivant l'ordre et le grade que leur a assignés l'estime publique ». Cela ne l'empêche pas de commencer par celui qui est pour lui « le peintre le plus original des temps anciens et des temps modernes », c'est-à-dire Delacroix, dont la réputation n'était pourtant pas à l'époque totalement incontestée : sous des dehors traditionnels […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salons-charles-baudelaire/#i_5852

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 639 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du XVIIIe au XXe siècle »  : […] xixe siècle, il devient une stratégie efficace par laquelle s'affirme la génération romantique. Réalisée en 1830 par Eugène Delacroix, la Liberté guidant le peuple (Paris, musée du Louvre) en constitue un exemple significatif. Elle met en scène un groupe de révolutionnaires qui avancent sur les barricades du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_5852

BONINGTON RICHARD PARKES (1802-1828)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 977 mots
  •  • 2 médias

Peintre anglais, contemporain de la grande génération de peintres romantiques français, Bonington exerça sur elle une influence originale et considérable, et contribua plus que personne à l'initier aux formules de la peinture romantique anglaise, mises au point un quart de siècle plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-parkes-bonington/#i_5852

CHASSÉRIAU THÉODORE (1819-1856)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 988 mots
  •  • 2 médias

la parure, avant le portrait de Mademoiselle de Cabarrus en 1848. Le voyage en Algérie (1846) accentue son goût pour l'orientalisme et sa proximité avec Delacroix, sensibles dans de nombreuses scènes de genre. Chassériau a consacré à l'œuvre monumentale une autre partie de sa vie : il illustre à Paris, dans l'église Saint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chasseriau-theodore-1819-1856/#i_5852

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 564 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelle mise en pages »  : […] romantique. Un seul livre, Faust, de Goethe (1828), donne à Delacroix sa place parmi les grands illustrateurs. Les dix-sept grandes planches qu'il imagina furent une sorte de manifeste pour le mouvement romantique. Sous son crayon, la lithographie montre des ressources libérées et s'affranchit du tracé des graveurs. Livre de peintre avant tout, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_5852

NÉO-CLASSICISME, arts

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 8 102 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Engagement et idéal : la culture néo-classique »  : […] fond et la forme peuvent se disséquer, l'impression subsiste : Füssli et Goya précèdent Delacroix, dont l'idéal classique, indéniable, confronté à la crise existentielle d'une période révolutionnaire, s'est mué en un engagement total de la personnalité, source d'énergie créatrice peu sensible aux conventions sociales et dispensatrice de libertés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-arts/#i_5852

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 336 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Rôle paradoxal de la caricature »  : […] et moral qui compensait ce que leur art pouvait avoir de trop conformiste : Isabey, Delacroix, Puvis de Chavannes s'y sont livrés comme à une activité « cathartique » marginale. D'autres ont subi avec fascination l'attrait du monstrueux. Parmi ces derniers, il faut citer Goya, dont les créations « caricaturales » suscitent moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_5852

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 561 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravures et styles »  : […] tout le xixe siècle. Après Goya, c'est Delacroix qui porta les meilleurs coups avec son Faust, d'un graphisme réellement endiablé, incompris de la plupart de ses contemporains. Pourtant cette libération des formes, exprimant tout à la fois relief et mouvement, permit les créations de Picasso. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_5852

LITHOGRAPHIE ORIGINALE AU XIXeSUP SIÈCLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 423 mots

1826-1827 Eugène Delacroix travaille à son Faust (publié début 1828), considéré comme l'une des suites les plus représentatives, techniquement et esthétiquement, de la lithographie romantique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithographie-originale-au-xixe-siecle-reperes-chronologiques/#i_5852

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 709 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] des préoccupations d'ordre plastique. Au temps du romantisme, par exemple, le genre est peu goûté, mais Delacroix lui-même y revient de loin en loin, dans des compositions d'une grande force chromatique, réminiscences des fastes français et flamands du xviie siècle (Nature morte au homard, 1824, musée du Louvre ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_5852

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 272 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Reproduire »  : […] Mais déjà la photographie ne laisse pas indifférents des artistes comme Delacroix, Courbet ou Millet, qui s'intéressent à sa manière de libérer les valeurs de la ligne et à sa précision dans le rendu des matières. Ce sont eux, cependant, qui continuent à orienter l'évolution de la vision. Il faut bien reconnaître que le réalisme d'Hill et d'Adamson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-photographie-et-peinture/#i_5852

Voir aussi

Pour citer l’article

Barthélémy JOBERT, « DELACROIX EUGÈNE - (1798-1863) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-delacroix/