CARICATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La caricature (de l'italien caricare, charger) est l'expression la plus évidente de la satire dans le graphisme, la peinture et même la statuaire. Elle fut longtemps confondue avec les manifestations du grotesque, mais depuis la fin des années 1950 on a cherché à préciser son domaine.

Dans la caricature, il convient de distinguer le portrait en charge, qui utilise la déformation physique comme métaphore d'une idée (portrait politique) ou se limite à l'exagération des caractères physiques (portraits d'artistes) et la caricature de situation, dans laquelle des événements réels ou imaginaires mettent en relief les mœurs ou le comportement de certains groupes humains.

Pour comprendre l'essence de la caricature, il est nécessaire de confronter les conceptions esthétiques et humaines de la Renaissance – qui ont permis à la caricature de naître – à celles du Moyen Âge.

Dans l'art du Moyen Âge, la figure humaine est associée à un ordre universel. Beauté et laideur sont hiérarchiquement représentatives des vertus et des vices qui, du haut en bas de l'échelle des valeurs, lient les deux infinis que sont le Ciel et l'Enfer. Leur signification est d'ordre métaphorique. Le choix que peut faire l'artiste d'une partie de cet ensemble n'est jamais exclusif. Au contraire, chaque « coupe » qu'il opère exalte l'ensemble du système, qu'il soit théologique ou alchimique. Le Moyen Âge vit sur un abîme où les formes proliférantes qui couvrent les surfaces d'un réseau serré de représentations divines, humaines, animales et végétales n'ont pas d'existence permanente assurée. Leur rapport analogique les rend, à chaque instant, capables de métamorphoses. La parodie constitue une manœuvre conjuratoire pour prévenir la « chute » possible (le roi et son bouffon, la fête des fous où la messe est tournée en dérision).

Il en va tout autrement à partir de la Renaissance, quand l'homme devient « la mesure de toute chose ». La séparation progressive de l'activité artistique en genres bien définis (sacré et profane, portrait, paysage, nature morte) sont autant de réductions du champ de la représentation en objets particuliers d'appréciation ainsi qu'en objets économiques. C'est donc à une rupture du fondement architectural de l'œuvre d'art que l'on assiste. L'homme, de sujet migrant dans l'univers des formes, devient son propre objet. Le problème de la forme en tant que permanence, et celui de la fidélité au modèle sont posés. Et les choix opérés impliquent des exclusions. Il est significatif de constater que les premières caricatures sont le fait de ceux qui ont le plus concouru à idéaliser le portrait et à en fixer les règles : Léonard de Vinci et les frères Carracche, comme si ces artistes avaient voulu créer le maximum d'écart entre la plus grande beauté possible et la plus grande laideur, celle-ci servant peut-être de pierre de touche à celle-là. Au-delà de la rupture dans le domaine des formes, la caricature exprime également la continuité de l'esprit satirique. La caricature ne saurait donc être réduite au portrait-charge, qui pose directement le problème du respect des formes, mais comporte aussi la satire des mœurs, qui doit une grande partie de son efficacité aux rapports qu'elle entretient avec l'écrit en tant que transposition de la parole ; d'où l'équivoque du mot « caricature », qui peut désigner soit une charge formelle, soit l'illustration critique d'une situation exemplaire. Dans ce dernier cas, elle relève doublement du langage, par le mot d'esprit qui scelle sa signification et par la représentation qui est l'équivalent de la description écrite.

Ainsi la caricature est-elle à la fois le lieu d'une fracture dans la représentation, où elle joue le rôle de « double » par rapport aux conventions du portrait, et la continuité modifiée d'une composante de l'esprit humain – la satire. Elle est donc, par excellence, le domaine des doubles, double du portrait et double du témoignage écrit et parlé.

L'essence de la caricature

Caricature, antithèse de la beauté

Pour saisir l'allusion satirique contenue dans les œuvres antérieures à la Renaissance, il faut remonter de l'œuvre à l'intention qui l'a suscitée. L'auteur du Monde renversé, Reinmar von Zweter, définissait au xiiie siècle l'homme parfait de la façon suivante : « Il doit avoir des yeux d'autruche et un cou de grue, deux oreilles de porc et un cœur de lion, les mains doi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

L'Automne, G. Arcimboldo

L'Automne, G. Arcimboldo
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Physiognomonie, J. K. Lavater

Physiognomonie, J. K. Lavater
Crédits : AKG

photographie

Dans les ténèbres (C'est la Guerre ! IV), F. Vallotton

Dans les ténèbres (C'est la Guerre ! IV), F. Vallotton
Crédits : Dist. RMN-Grand Palais/ Bibliothèque nationale de France

photographie

Jules César, opéra de Haendel

Jules César, opéra de Haendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARICATURE  » est également traité dans :

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant , et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une réflexion remarquable sur un épisode important des rapports entre art et politique. Contrairement à la révolution de 1830 à laquelle […] Lire la suite

ARCIMBOLDO GIUSEPPE (1527 env.-1593)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La formation lombarde »  : […] Issu d'une famille patricienne de Milan, Giuseppe Arcimboldo se forme auprès de son père, Biagio. Des documents indiquent dès 1549 qu'il est régulièrement payé jusqu'en 1558 pour des travaux de peinture dans la cathédrale de Milan, pour laquelle il pourrait avoir réalisé les cartons des vitraux consacrés à l'histoire de Loth et à la vie de sainte Catherine. En 1556, il entreprend, dans le transept […] Lire la suite

ASSIETTE AU BEURRE L' (1901-1914)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 712 mots

Hebdomadaire de seize pages environ, tiré en couleurs, L'Assiette au beurre est l'aboutissement de la caricature sociale et de mœurs telle que Le Rire , Le Courrier français et Le Chambard socialiste l'ont approfondie et développée. La tendance anarchisante des créateurs de ce journal donne à la charge graphique un caractère extrêmement virulent. Chaque numéro est consacré à un thème précis et […] Lire la suite

BEERBOHM MAX (1872-1956)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 489 mots

Caricaturiste, écrivain, dandy et homme d'esprit anglais, né Henry Maximilien Beerbohm à Londres, le 24 août 1872. Ses dessins raffinés et ses pastiches demeurent incomparables dans leur manière de brocarder, généralement sans méchanceté, la prétention, l'affectation et l'inconséquence de ses contemporains les plus en vue. George Bernard Shaw le surnomma « l'incomparable Max ». Demi-frère cadet de […] Lire la suite

BERTALL CHARLES ALBERT D'ARNOUX dit (1820-1882)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 848 mots

Dessinateur, caricaturiste et photographe, Bertall se forme à la scène de genre dans l'atelier de Drolling. Émule de Gavarni, dont il se rapproche par l'inspiration, Bertall retrace l'histoire des mœurs du second Empire dans la presse comique ( Magasin pittoresque , L'Illustration , Journal pour rire ...) et dans de nombreux albums de caricature, et travaille à la fin de sa vie pour Barba, l'édite […] Lire la suite

CAPPIELLO LEONETTO (1875-1942)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 747 mots

Né à Livourne en 1875, Leonetto Cappiello peint des toiles prometteuses dès l'âge de quatorze ans. Sa première œuvre connue est une vue du port de Livourne. Il peindra également un certain nombre de portraits en pied sous l'influence des Macchiaioli, groupe de peintres toscans sensibles aux théories impressionnistes. En 1896, il remplit un album — La Lanterna magica — de ses premières caricatures […] Lire la suite

CARAN D'ACHE EMMANUEL POIRÉ dit (1859-1909)

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 1 008 mots

Emmanuel Poiré, dit Caran d'Ache (ce pseudonyme est une translittération fantaisiste du mot russe qui signifie « crayon »), est né à Moscou. Il est le descendant d'un grognard de l'Empire, qui, par amour, était demeuré en Pologne avant de se fixer définitivement en Russie. Caran d'Ache restera fidèle toute sa vie à l'image héroïque qu'il s'est faite de son ancêtre et de l'épopée de celui-ci dans l […] Lire la suite

CARMONTELLE LOUIS CARROGIS dit (1717-1806)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 392 mots
  •  • 1 média

Si la réputation de Carmontelle a été grande de son temps et l'est restée encore de nos jours, c'est plus comme chroniqueur ou mémorialiste qu'on l'apprécie que comme artiste à proprement parler. Nul n'a mieux défini ce génie original que Grimm : « Il a le talent de saisir singulièrement l'air, le maintien, l'esprit de la figure. Il m'arrive chaque jour de reconnaître des gens que je n'ai vus qu'e […] Lire la suite

CHAM AMÉDÉE DE NOÉ dit (1819-1879)

  • Écrit par 
  • Bernard PUIG CASTAING
  •  • 478 mots

Tout semblait devoir contrarier la carrière à succès qui fut celle du satiriste Amédée de Noé, dit Cham : son père, le comte Louis de Noé, était pair de France, et Amédée avait des dispositions pour les mathématiques qui permettaient tous les espoirs. Le destin voulut qu'il échouât au concours d'entrée à Polytechnique, pour avoir, disait-il, laissé circuler une caricature de son examinateur. Après […] Lire la suite

CHARB STÉPHANE CHARBONNIER dit (1967-2015)

  • Écrit par 
  • Yves FRÉMION
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Directeur de Charlie Hebdo , Charb fut la première cible des tueurs du 7 janvier 2015 . À quarante-sept ans, il était depuis des années le principal auteur des textes et dessins du journal qui étaient dirigés contre les terroristes islamistes. Né Stéphane Charbonnier le 21 août 1967 à Conflans-Sainte-Honorine, il passe son enfance à Pontoise. Ses études ne sont « ni ennuyeuses ni exaltantes », dir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 décembre 2021 France. Entretien télévisé du président Emmanuel Macron.

Il rejette la « caricature » de l’étiquette de « président des riches » qui lui reste attachée, estimant que « tout le monde a vu son pouvoir d’achat augmenter » lors de son mandat. Le chef de l’État, qui n’est pas officiellement candidat à sa succession, déclare : « Je n’ai jamais pensé que l’on pouvait, en cinq ans, tout faire. » […] Lire la suite

2 novembre 2021 Pakistan. Libération massive d'islamistes.

Le TLP est très hostile à la France dont le président, Emmanuel Macron, avait défendu le droit à la caricature, y compris celles du prophète Mahomet, à la suite de l’assassinat par un islamiste, en France, du professeur Samuel Paty, en octobre 2020. Il réclame l’expulsion de l’ambassadeur de France à Islamabad, Marc Baréty, qui a quitté ses fonctions en septembre, et doit être remplacé. […] Lire la suite

12-20 avril 2021 Pakistan. Interdiction du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan.

Le TLP, qui se consacre à la lutte contre le blasphème, mène une violente campagne antifrançaise depuis que l’assassinat du professeur Samuel Paty, en octobre 2020, a relancé, en France, la défense du droit à la caricature au nom de la liberté d’expression. Le TLP exige notamment l’expulsion de l’ambassadeur de France au Pakistan Marc Baréty. Les jours suivants, l’arrestation de Saad Hussain Rizvi provoque des émeutes meurtrières dans les grandes villes du pays. […] Lire la suite

14-16 février 2015 Danemark. Attentats islamistes à Copenhague.

Ce dernier avait été menacé de mort à la suite de la publication d'une caricature de Mahomet en août 2007. Un participant est tué. L'homme en fuite est rapidement identifié comme étant Omar Abdel Hamid el-Hussein, un jeune Danois lié à des gangs de la capitale, récemment condamné à une peine de prison pour une agression au couteau. Celui-ci réapparaît devant la synagogue de Krystalgade où il tue par balle un garde, avant d'être forcé à s'enfuir. […] Lire la suite

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

Le 14 paraît le nouveau numéro de Charlie Hebdo, diffusé à plusieurs millions d'exemplaires dans vingt-cinq pays, dont la « une » caricature le prophète Mahomet. Il est accueilli avec réprobation dans le monde arabe et musulman. Le 14 également, le polémiste Dieudonné M'bala M'bala est placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête judiciaire pour apologie du terrorisme ouverte après la diffusion sur sa page Facebook, le 11, d'un message affirmant : « Je me sens Charlie Coulibaly. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « CARICATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/