LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Toute sa vie durant, le philosophe Emmanuel Lévinas a poursuivi un seul et même combat : montrer pour quelles raisons l'éthique, qui trouve sa source dans l'expérience primordiale de la responsabilité pour autrui, doit être reconnue comme la vraie « philosophie première » digne de ce nom. Disciple de Husserl et de Heidegger, il est le pionnier de la phénoménologie française. C'est la découverte précoce de l'horreur nazie qui l'amène à remettre en cause un certain nombre d'évidences sous-jacentes à la philosophie occidentale, davantage attirée par le « Même » et la « Totalité » que par l'« Autre » et l'« Infini ». De cette manière une phénoménologie centrée sur l'épiphanie du visage d'autrui vient s'allier au désir métaphysique du tout autre.

Emmanuel Lévinas est né à Kaunas (Lituanie) le 12 janvier 1905. La bibliothèque de ses parents lui permet de s'initier très tôt à la grande littérature mondiale, en particulier à Shakespeare, Dostoïevski et Pouchkine. En 1923, il se rend à Strasbourg, pour y étudier la philosophie. Là, il se lie d'amitié à Maurice Blanchot. L'année universitaire 1928-1929, passée à Fribourg-en-Brisgau, jouera un rôle décisif dans toute son évolution ultérieure. Il y assiste au dernier séminaire de Husserl, tout en suivant l'enseignement de Heidegger. Il fait partie de la délégation des étudiants français qui participent au célèbre colloque de Davos, où s'affronteront Cassirer et Heidegger.

Par sa thèse de doctorat, La Théorie de l'intuition dans la phénoménologie de Husserl, soutenue en 1930, l'année où il est naturalisé français, tout comme par sa traduction des Méditations cartésiennes, Lévinas amorce la réception française de la phénoménologie husserlienne, montrant la voie à Sartre et à Merleau-Ponty.

Dès 1934, il propose dans Quelques Réflexions sur la philosophie de l'hitlérisme une réflexion philosophique sur les sentiments primaires sous-jacents à la « phraséologie misérable » du nazisme. L'idéologie national-socialiste lui apparaît comme l'union perverse des aspirations communautaires et universalistes. La conquête de nouveaux espaces vitaux prônée par l'hitlérisme constitue à ses yeux une menace mortelle pour l'humanité même de l'homme. La question cruciale est de savoir si la philosophie occidentale s'est suffisamment prémunie contre ce danger du « mal élémental », qui la reconduirait à une simple persistance dans l'être.

« Sortir de l'être par une nouvelle voie »

En 1935, Lévinas publie son premier essai personnel sous un titre éloquent : De l'évasion. Il y explicite la tâche philosophique que lui inspire le pressentiment de l'horreur nazie : « Sortir de l'être par une nouvelle voie, au risque de renverser certaines notions qui, au sens commun et à la sagesse des nations, semblent les plus évidentes. » Tout son chemin de pensée ultérieur ne fera qu'approfondir les multiples valences de ce thème.

Mobilisé en 1940, Lévinas passe la guerre dans un camp de prisonniers pour officiers français. Il y rédige De l'existence à l'existant, publié en 1947, en même temps que Le Temps et l'Autre, un ensemble de conférences données au Collège philosophique dirigé par Jean Wahl. Là où Heidegger cherche à comprendre la « différence ontologique » qui permet de passer des étants à l'être, Lévinas revient de l'existence aux existants singuliers. Ces textes, qui approfondissent l'intuition directrice de sa pensée, manifestent déjà un style de pensée original, toujours plus intensément soucieux d'accorder le « dit » (les contenus exprimés dans le discours) à un « dire pré-originel » (le rapport à autrui qui sous-tend le discours) et qui aboutira à l'emphase comme méthode philosophique. Un thème récurrent de ces méditations, en quelque sorte l'équivalent lévinasien de la nausée de Sartre, est « l'obscur remue-ménage de l'il y a », dans lequel nous éprouvons l'étreinte étouffante de l'être, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification

Autres références

«  LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)  » est également traité dans :

TOTALITÉ ET INFINI, Emmanuel Lévinas - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 711 mots

En 1987, dans la Préface à la traduction allemande de son livre, Emmanuel Lévinas (1905-1995) écrit : « Ce livre conteste que la synthèse du savoir, la totalité de l'être embrassée par le moi transcendantal, la présence saisie dans la représentation et l […] Lire la suite

ABENSOUR MIGUEL (1939-2017)

  • Écrit par 
  • Anne KUPIEC
  •  • 908 mots
  •  • 1 média

Utopie, émancipation, critique, politique – tels sont les termes qui peuvent qualifier le travail conduit par Miguel Abensour, professeur de philosophie politique, éditeur et penseur . Miguel Abensour est né à Paris le 13 février 1939. Agrégé de sciences politiques, auteur d’une thèse d’État ( Les Formes de l'utopie socialiste-communiste : essai sur le communisme critique et l ' utopie), il ensei […] Lire la suite

ALTRUISME

  • Écrit par 
  • Guy PETITDEMANGE
  •  • 3 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autrui : l'obligation et la trace »  : […] Autrui comme autre que moi, qui se refuse originellement à l'identification, qui pourtant me lie à lui jusqu'à fissurer mon moi, et m'ouvre sans tristesse sur l'abîme des commencements et l'indistinction de la fin, telle pourrait être, simplifiée à l'extrême, la thèse d' Emmanuel Levinas, le penseur le plus radical de l'altérité. Éthique ? Non, si l'on entend par là le corollaire d'une conception […] Lire la suite

BLANCHOT MAURICE (1907-2003)

  • Écrit par 
  • Christophe BIDENT
  •  • 2 336 mots

Dans le chapitre « Une jeunesse française »  : […] Né à Quain, hameau de la Bourgogne bressane, le 22 septembre 1907, Maurice Blanchot appartient à une famille de catholiques fervents, propriétaires terriens aisés. C'est auprès de son père, précepteur pour enfants de grandes familles, qu'il apprend l'essentiel de son savoir littéraire. Vers 1923, à l'université de Strasbourg, où il étudie la philosophie et l'allemand, il rencontre un étudiant jui […] Lire la suite

DÉSIR, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 1 361 mots

Dans le chapitre « Désir et conscience de soi »  : […] Le désir occupe une place particulièrement importante dans l'anthropologie de Spinoza, qui en fait « l'essence même de l'homme en tant qu'elle est conçue comme déterminée à faire quelque chose » ( Éthique , livre III). Le naturalisme conséquent de Spinoza l'empêche de distinguer appétit et désir, qu'il définit comme « l'Appétit avec conscience de lui-même » (livre III, prop. 9, scolie). Indépendam […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Le souverain bien »  : […] Que l'idée du bien régisse le domaine entier du savoir, telle était l'essence même du platonisme. Philosophiquement réfléchie, l'expérience morale et politique donnait ainsi à penser, pour la première fois de manière principielle, la totalité de l'étant. Cette inspiration capitale traverse les siècles, mais c'est avec Kant que ce discernement éthique en vient à constituer le cœur même de la raiso […] Lire la suite

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « Éthique de la différence »  : […] De nos jours, et en raison de diverses circonstances historiques – parmi lesquelles on peut mentionner la décolonisation, l'apparition d'une nouvelle critique sociale et théorique à partir de la fin des années 1960 et la mondialisation contemporaine –, sont en train de s'opérer dans le monde des transformations culturelles qui tendent vers une nouvelle pensée et une nouvelle pratique sociale de l […] Lire la suite

ÉTHIQUE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 5 715 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le « pôle-tu » de l'éthique »  : […] La position par soi-même de la liberté a pu être appelée le point de départ de l'éthique, mais elle ne constitue pas encore l'éthique elle-même. Ce qui manque, c'est la position dialogique de la liberté en seconde personne. Nous n'avons donc fait que la moitié, et même le tiers, du chemin dans une analyse purement solipsiste de l'exigence d'effectuation de la liberté. On entre véritablement en ét […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Levinas : l'Autre comme visage »  : […] Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » ( En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger , 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser être dans sa singularit […] Lire la suite

AUTRUI (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 535 mots

Dans le chapitre « Autrui, l’impénétrable »  : […] Mais ne mentons-nous pas à nous-mêmes quand nous déclarons souffrir de notre incapacité à pénétrer la conscience de l’autre ? Car, s’il m’arrive de souhaiter que l’autre me devienne transparent afin que rien ne m’échappe de ses pensées ou de ses sentiments, lequel d’entre nous souhaiterait devenir transparent à autrui ? Ne faut-il pas qu’autrui nous soit impénétrable ? Maurice Merleau-Ponty (1908 […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « LÉVINAS EMMANUEL - (1905-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/