CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clément d'Alexandrie représente un phénomène tout à fait original et presque unique dans l'histoire du christianisme. Il est tout d'abord le premier écrivain chrétien à concevoir le dessein d'une vaste entreprise littéraire, composée de plusieurs traités et destinée à donner un programme complet de formation spirituelle, calqué sur le programme traditionnel d'enseignement de la philosophie. Il est également le premier à concevoir le christianisme comme une méthode d'accès à la perfection individuelle, comme une école de sagesse. Il est enfin le premier à oser assumer, en tant que chrétien, toute la tradition poétique et philosophique grecque et, d'une manière plus générale, toutes les traditions religieuses et philosophiques de l'humanité. Pour lui, le Christ, Raison universelle, est identique à la Raison déposée par Dieu à l'origine du monde dans le cosmos et dans l'esprit humain.

À l'ampleur du dessein de Clément répondent l'étendue de son érudition, la profondeur de son inspiration et l'intensité d'un souffle lyrique émanant d'une âme remplie d'enthousiasme pour la Raison incarnée dans le Christ. À une culture poétique et philosophique immense, Clément ajoute une profonde connaissance des traditions exégétiques juives et chrétiennes. Cette gigantesque entreprise séduisit-elle les contemporains de Clément ? On sait peu de chose sur l'audience qu'il recueillit. Une chose est certaine : mis à part les écrivains de la tradition origéniste qui resteront fidèles à nombre de thèmes de Clément, sans toutefois garder la même ampleur de vues, la tradition chrétienne l'oublia vite. Son œuvre fut probablement jugée trop aventureuse, trop ésotérique, trop individualiste, trop peu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le didaskaleion chrétien d'Alexandrie »  : […] L'influence de Philon se fit puissamment sentir dans l'école théologique que les évêques d'Alexandrie instituèrent en leur cité à la fin du ii e  siècle. Le premier maître en fut Pantène, vers 180 ; ses deux successeurs surtout sont illustres : Clément d'Alexandrie et Origène. L'un et l'autre sont, avant tout, des théologiens et des spirituels ; m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_8306

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'imitation et l'incarnation »  : […] Il est fascinant de constater combien le christianisme, qui se donne depuis longtemps comme la religion la plus visuelle qui soit, et parmi toutes la plus productrice d'images, a pu éclore et se développer à partir d'une véritable haine du visible , qu'expriment bon nombre de textes fondateurs, tant chez les Pères grecs que chez les latins. Ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_8306

CONVERSION

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 4 057 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Judaïsme et christianisme »  : […] L'expérience intérieure de la conversion atteint son intensité la plus haute dans les religions de la « conscience malheureuse », pour reprendre l'expression de Hegel, c'est-à-dire dans les religions telles que le judaïsme et le christianisme, dans lesquelles il y a rupture entre l'homme et la nature, dans lesquelles l'équilibre des échanges entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conversion/#i_8306

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Composantes non distinctives »  : […] Un premier élément de définition se trouve dans la notion de gnose elle-même. On connaît la célèbre définition donnée par le gnostique Héracléon : « Ce n'est pas seulement le baptême qui est libérateur, mais c'est aussi la gnose : Qui étions-nous ? Que sommes-nous devenus ? – Où étions-nous ? Où avons-nous été jetés ? – Vers quel but nous hâtons-no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_8306

TOLÉRANCE

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 4 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une idée sans concept pour fonder la tolérance »  : […] Il n'y a pas d'idée de tolérance si par là on entend un concept susceptible d'une définition non contradictoire. Mais peut-être saura-t-on découvrir une idée d'un autre ordre, susceptible de fonder les diverses conduites enveloppées dans le flou de la notion. Une idée qui ressemblerait à celle, pascalienne, de la vérité, « invincible à tout le pyrr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tolerance/#i_8306

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'élaboration de l'argument de tradition »  : […] Ainsi s'explique-t-on le prix que l' Église primitive attacha à ceux de ses membres qui étaient assez vieux pour avoir connu les apôtres (et que l'on appelait pour cette raison « anciens » ou « presbytres »). Parmi eux, saint Irénée mentionne, par exemple, « Clément de Rome, qui succéda en troisième lieu, après Lin et Anaclet, à Pierre et à Paul, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition/#i_8306

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HADOT, « CLÉMENT D'ALEXANDRIE (140 env.-env. 220) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-d-alexandrie/