Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACEUM (Accord Canada États-Unis Mexique), anc. ALENA (Accord de libre-échange nord-américain)

Dénommé USMCA aux États-Unis (United States–Mexico–Canada Agreement), CUSMA au Canada (Canada–United States–Mexico Agreement) et T-MEC (Tratado entre México, Estados Unidos y Canadá), l'ACEUM remplace l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain), appelé NAFTA en anglais (North American Free Trade Agreement) et TLCAN en espagnol (Tratado de libre comercio de América del Norte). Cet accord a été signé le 30 novembre 2018 par les dirigeants de ces trois pays, Donald Trump, Enrique Peña Nieto et Justin Trudeau, et doit être ratifié par l'ensemble des parlements respectifs.

ACEUM (Accord Canada–États-Unis–Mexique)

ACEUM (Accord Canada–États-Unis–Mexique)

1989 à 1999. Le monde contemporain

1989 à 1999. Le monde contemporain

L'ACEUM représente un des ensembles économiques les plus importants du monde, avec un produit intérieur brut (PIB) de 22 milliards de dollars américains (environ 26 p. 100 du PIB mondial) et une population de près de 500 millions d'habitants.

Les États-Unis ont été à l’initiative de cette renégociation de l’ALENA et ont obtenu un accord plus favorable à leurs emplois et à leurs entreprises, en particulier dans le domaine de l’automobile vis-à-vis du Mexique et dans le domaine agricole vis-à-vis du Canada. De très nombreuses dispositions de l’ALENA sont conservées dans l’ACEUM, mais, à titre d’exemple la seule absence des mots « libre-échange » et « Amérique du Nord » dans le nouveau nom du traité illustre le protectionnisme prôné par Donald Trump.

Le 7 octobre 1992, l'ALENA avait été signé par les dirigeants de ces trois pays, George Bush, Brian Mulroney et Carlos Salinas de Gortari à San Antonio (Texas). Entré en vigueur le 1er janvier 1994, il éliminait presque tous les droits de douane entre ces États et se voulait clairement une réplique à la constitution d'une « forteresse Europe » symbolisée par le traité de Maastricht, signé également en 1992. Il avait été ratifié par le Congrès américain en novembre 1993, malgré de très vives oppositions. Celles-ci faisaient valoir les risques attachés à une telle association réunissant notamment la première puissance mondiale et un pays en développement (exploitation incontrôlée des hommes et de la nature, flux migratoires, etc.).

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

ACEUM (Accord Canada–États-Unis–Mexique)

ACEUM (Accord Canada–États-Unis–Mexique)

1989 à 1999. Le monde contemporain

1989 à 1999. Le monde contemporain

Autres références

  • CANADA, économie

    • Écrit par Serge COULOMBE
    • 7 923 mots
    ...décennie suivante et le commerce entre les deux voisins a pris de l’ampleur. En 1994, le Mexique s’est joint à la zone de libre-échange en signant l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). À l’initiative du président américain Donald Trump, l’ALENA a été renégocié en 2017-2018. Les trois pays...
  • CARIBBEAN BASIN INITIATIVE (CBI)

    • Écrit par Nelly SCHMIDT
    • 725 mots

    En 1982, le gouvernement des États-Unis conçoit un projet économique et commercial relatif à la région des Caraïbes, zone géostratégique de première importance pour l'État fédéral. Soumis au Congrès en accord avec le Canada, le Mexique, le Venezuela et la Colombie,...

  • COMMERCE INTERNATIONAL - Politique du commerce extérieur

    • Écrit par Bernard GUILLOCHON
    • 7 554 mots
    • 2 médias
    ...multilatérales du GATT puis de l'OMC pour y défendre les intérêts américains ; la recherche d'accords avec des partenaires privilégiés, en particulier à travers le lancement de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui regroupe, depuis 1994, le Canada, les États-Unis et le Mexique, pour en faire...
  • ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

    • Écrit par Jean-Pierre FAUGÈRE
    • 4 946 mots
    • 5 médias

    L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables.

    En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus...

  • Afficher les 19 références

Voir aussi