MOSAN ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art mosan est né sur une Lotharingie réduite, après la dislocation de l'Empire carolingien, au bassin de la Meuse et de la Moselle. La Haute-Lorraine avait pour centres spirituels Verdun et l'abbaye de Gorze, qui joua au xie siècle dans la réforme monastique et la résistance à l'émiettement féodal un rôle comparable en influence civilisatrice à celui de Cluny. La Basse-Lorraine, ou Lothier, coïncide avec le vaste évêché de Liège qui, défendu par les Ardennes au sud, s'étend jusqu'à Aix-la-Chapelle et la haute vallée de la Sambre, et se prolonge vers Cologne, Utrecht et la mer du Nord. Sous Richard de Saint-Vanne (1004-1046), le monastère de Saint-Vanne à Verdun était déjà devenu un atelier de toreutique, d'orfèvrerie et d'émaillerie éclipsant celui de Trèves. Sous l'épiscopat de Notger à Liège (972-1008), qui fait émettre ses monnaies au type du buste impérial, renaît une culture classique, d'accent proprement mosan, placée sous le mot d'ordre d'humanitas. Alors qu'à Orléans, sous Robert le Pieux, s'allument les premiers bûchers des manichéens cathares, l'évêque Wazon (mort en 1031) condamne la répression des hérétiques par la violence et Gozechin, qui enseigna à Mayence, salue Liège du titre d'« Athènes du Nord ». L'écolâtre Alger écrit un Liber de justitia et misericordia sur le thème de la tempérance de la Justice par la Pitié, dont la dialectique annonce l'interprétation allégorique du Jugement dernier sur les staurothèques, ou reliquaires de la Vraie Croix, du troisième quart du xiie siècle (trésor de l'église Sainte-Croix de Liège, au Petit Palais de Paris, aux Cloisters de New York et au Victoria and Albert Museum de Londres). L'hellénisme de l'art mosan se définit dès les ivoires dits « aux petites figures » du milieu du xie siècle (Crucifixion de Notre-Dame de Tongres et des musées royaux de Bruxelles ; les trois Résurrection de la cathédrale de Liège). Comme la plaque qui représente la Majesté du Christ et la repentance de Notger (musée Curtius, Liège), ils prolongent les ivoires de la seconde école de Metz, avec un sens exquis du corps humain et des jetés de draperie plus gracieux. Autour des fonts baptismaux en laiton de Renier de Huy (1107-1118) les scènes sont rythmiquement distribuées, sans division architecturale, avec un sens tout classique pour les intervalles calmes et la mise en place harmonieuse des figures sur l'espace-fond, comme dans les meilleurs ivoires du second âge d'or byzantin et comme dans les enluminures de l'Évangéliaire d'Egbert à Trèves. L'esprit de la frise ionique y revit. La pureté et la concision du dessin, une introspection qui libère la figure de l'homme de son écrasement par le divin et subsume le transcendantal dans l'autonomie des rapports entre le corps et l'âme, marquent encore les émaux exécutés par Godefroid de Huy pour l'abbaye de Stavelot (médaillons conservés au musée des Arts décoratifs de Francfort-sur-le-Main et dans la collection von Hirsch à Bâle). Ces traits, qui seront ceux de l'art gothique dans sa période préscolastique, passeront dans la sculpture française (à Saint-Remi de Reims, vers 1170, puis sur le portail du Jugement dernier de la cathédrale de Laon) par l'intermédiaire de Reims, qui fut la métropole religieuse de la Belgique seconde, et des monastères de Laon et du Laonnois.

Conjoncture historique

Les premiers manuscrits furent décorés sous le signe de l'amalgame des écoles d'enluminure carolingiennes, soit par la juxtaposition, comme dans les Évangiles de Sainte-Catherine de Maeseyck, du style décoratif transmis par l'Italie et du style abstrait d'origine anglaise (northumbrien), soit par la domination dans les commandes du style tardif de Reims (période de Hincmar, successeur d'Ebbon disgracié en 834), ou du style franco-saxon dont le foyer résidait à Saint-Amand, en Flandre française (Évangéliaire de Notger, début du xe siè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite, université de Montréal, Kress Fellow, Galerie nationale, Washington, membre de la Société royale du Canada

Classification

Autres références

«  MOSAN ART  » est également traité dans :

EILBERT DE COLOGNE (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anton von EUW
  •  • 370 mots

Orfèvre colonais, connu par une inscription placée sur la paroi du fond de l'autel portatif provenant du trésor des Guelfes : EILBERTVS COLONIENSIS ME FECIT. En se fondant sur cette inscription et sur des considérations stylistiques, O. von Falke (ainsi que H. Frauberger, Deutsche Schmelzarbeiten des Mittelalters , Francfort-sur-le-Main, 1904) attribua à Eilbertus une série d'ouvrages d'orfèvrerie […] Lire la suite

GODEFROY DE HUY (1100 env.-env. 1173)

  • Écrit par 
  • Ulla KREMPEL
  •  • 455 mots

Godefroy de Huy fait partie du tout petit nombre d'orfèvres médiévaux dont le nom a survécu. Le chroniqueur Gilles d'Orval mentionne, dans son ouvrage Gesta pontificum , un certain « Godefroy appedain de Huy à maistre d'orfeivrie, li miedre et li plus expers et subtils ovriers que ons sawist en monde à chel jour... », qui en 1173, après une absence de vingt-sept ans, serait revenu à Huy et serait […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux trésors »  : […] Jusqu'à l'époque romane, les arts que l'on qualifie aujourd'hui de « mineurs » avaient joué un rôle essentiel. Symboliquement associés à l'autorité, ils avaient pour mission de glorifier le pouvoir et d'assurer la pérennité aux régimes aristocratiques. L'or entra dans les sanctuaires chrétiens afin de procurer au culte divin un éclat au moins égal à celui qui caractérisait le service de cour et, […] Lire la suite

STYLE 1200

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 3 723 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Rhénanie et la région mosane »  : […] La troisième région où le « style 1200 » a produit des œuvres considérables, et qui a joué un rôle essentiel dans sa naissance et son développement, est la région du Rhin inférieur et moyen et de la Meuse. Dans cette région, la force des traditions carolingiennes et ottoniennes freina, pendant le xii e  siècle, l'affirmation de l'art roman ; dès 1118, les fonts baptismaux fondus par Renier de Huy […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe VERDIER, « MOSAN ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/