GOTHIQUE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'approche de l'art gothique a été profondément renouvelée depuis la fin des années 1970 à la suite d'une remise en cause des thèses énoncées au milieu du xixe siècle. Les schémas traditionnels ont éclaté à la suite de recherches qui concernent d'abord l'architecture, mais également les autres techniques. La théorie fonctionnaliste élaborée par Viollet-le-Duc, qui a servi d'axe de réflexion pendant un siècle, avait enfermé la recherche dans un tel carcan que des pans entiers de l'histoire de l'architecture se sont trouvés exclus du champ de celle-ci : l'Allemagne, l'Angleterre, l'ouest et le midi de la France. Leur profonde originalité, qui s'éloigne de la conception gothique élaborée dans le nord de la France, enrichit la vision que l'on peut avoir de l'art gothique dans son ensemble. Il faut dire que la conception linéaire de l'histoire, fondée sur le postulat de l'évolution des formes, est frappée d'un si grand nombre d'exceptions qu'elle se révèle aujourd'hui paralysante. Elle laisse le long de son parcours définitif des œuvres majeures qui ont le tort de ne pas s'inscrire dans la continuité (la cathédrale de Bourges, par exemple). L'histoire de l'art n'est plus réductible à la seule évolution des formes. Les retours en arrière lui appartiennent comme les fantastiques avancées qui laissent souvent certaines œuvres isolées dans leur milieu. Le chef-d'œuvre ne se reconnaît pas seulement à sa modernité. En outre, des champs entiers de l'histoire de l'art n'avaient guère retenu l'attention autant qu'ils le méritaient. En architecture, le monde religieux avait servi à définir la conception gothique. La prise en compte de l'architecture civile, de l'architecture édilitaire, de l'architecture militaire oblige à nuancer les affirmations concernant la localisation des progrès techniques. Dans d'autres domaines que celui de l'architecture, l'apport se révèle plus novateur encore par la découverte et l'exploitation de nouveaux champs : l'étude de l'enluminure n'en est qu'à ses débuts ; les arts précieux demeurent la grande interrogation lorsqu'on admet que les chefs-d'œuvre ont pour la plupart disparu. On sait ce qu'a apporté sur ce point le corpus des émaux limousins. Le rôle mieux perçu du vitrail dans son rapport avec l'architecture a permis de saisir la complexe dialectique que le verre entretient avec la pierre. Une nouvelle estimation de l'échelle des valeurs dans le domaine de la sculpture a permis de prendre en compte la fantastique créativité de l'Europe centrale au xve siècle. Par là même, le monde gothique se révèle plus riche qu'on ne le croyait jusqu'à une date récente. Ce que l'on appelait l'automne, parfois le déclin du Moyen Âge, est une période d'intense création. Que l'on songe seulement à la technique inventée alors, la gravure, qui va diffuser à travers l'Europe entière une nouvelle conception esthétique.

Au-delà de cette diversité qui tient aux pays, aux époques, il existe une réalité gothique qui se définit en grande partie par opposition au monde roman et à la Renaissance. Il est donc indispensable de bien mettre en évidence ce qui relève de la continuité – la technique –, ce qui appartient à la rupture – le style. L'ogive, inventée par les architectes romans, ressortit à la première mais marque la seconde lorsque les architectes gothiques en firent un moyen de définir un style. Son emploi leur permit de bouleverser la conception spatiale de leurs monuments. Aussi est-ce dans ces ruptures qu'il conviendrait d'analyser l'art gothique et à travers celles-ci de concevoir l'unité qu'il préserve malgré tout.

Voûte sur croisée d'ogives

Dessin : Voûte sur croisée d'ogives

La voûte sur croisée d'ogives. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'émergence d'un style : 1140-1190

L'art nouveau apparaît en Île-de-France. Cette région, qui n'avait pas eu à l'époque précédente un rôle important, devient déterminante dans l'histoire de l'Europe. Plus précisément, c'est à l'abbatiale de Saint-Denis que s'affirme le nouveau style : il s'oppose à la production contemporaine par un choix esthétique clairement affirmé, par la volonté d'intégrer toutes les techniques, mais aussi par le désir de le faire savoir. À la façade occidentale, achevée en 1140, on découvre un ensemble scul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Voûte sur croisée d'ogives

Voûte sur croisée d'ogives
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Basilique de Saint-Denis, déambulatoire

Basilique de Saint-Denis, déambulatoire
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Basilique de Saint-Denis

Basilique de Saint-Denis
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Cathédrale Notre-Dame de Paris : élévation de la nef

Cathédrale Notre-Dame de Paris : élévation de la nef
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 26 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOTHIQUE ART  » est également traité dans :

L'ART AU TEMPS DES ROIS MAUDITS. PHILIPPE LE BEL ET SES FILS, 1285-1328 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne PRACHE
  •  • 1 227 mots

Deux règnes ont marqué l'histoire de l'art gothique en France, celui de Saint Louis (1226-1270) et celui de Charles V (1364-1380). Entre les deux, une sorte de hiatus s'est instauré : l'éclosion des grandes cathédrales est alors terminée, le style rayonnant poursuit ses raffinements sans se renouveler véritablement, le génie créateur des artistes semble […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Au Moyen Âge, la symbolique allégorique privilégie surtout, au moins jusqu'au xv e  siècle, des représentations des arts libéraux ( trivium , quadrivium ) et du combat des vertus et des vices. Deux textes sont à la base des cycles d'images : les Noces de Philologie et Mercure de Martianus Capella et la Psychomachie de Prudence, tous deux composés au iv e  siècle. L'iconographie suit de très […] Lire la suite

ANDREA PISANO (1290 env.-1348)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 371 mots
  •  • 2 médias

Malgré sa célébrité, Andrea de Pontedera — plus connu sous le nom d'Andrea Pisano, bien qu'il n'ait aucun lien de famille avec Nicola et Giovanni Pisano — reste un artiste assez énigmatique. Sculpteur, architecte, ingénieur militaire peut-être même, il semble, à l'origine, avoir été orfèvre ; sa première et seule œuvre absolument certaine, la première porte de bronze du baptistère de Florence — e […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La floraison de l'enluminure médiévale »  : […] La connaissance de la peinture médiévale anglaise reste très fragmentaire parce que la plupart des témoignages peints de l'art religieux ont été détruits par les ravages de l'humidité d'une part et par le vandalisme protestant d'autre part. La confiscation des biens de l'Église à la Réforme a entraîné la disparition de nombreux retables, panneaux et fresques. La frénésie iconoclaste des puritains […] Lire la suite

ANTELAMI BENEDETTO (1150 env.-env. 1230)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 506 mots

Sculpteur italien. Benedetto Antelami serait né à Gênes d'une famille de maçons et de tailleurs de pierre. Très jeune, il aurait fait un voyage en Provence, et il n'est pas exclu qu'il ait alors fait son apprentissage de sculpteur sur le chantier de Saint-Trophime d'Arles où travaillaient de nombreux « Lombards » (on désignait globalement sous ce terme tous les habitants du nord de l'Italie). Aprè […] Lire la suite

ARAGON

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 8 661 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Influence catalane aux XIVe et XVe siècles »  : […] Un événement politique devait orienter d'une manière durable le destin de l'Aragon médiéval. Par son mariage avec Pétronille, la toute jeune héritière du royaume, le comte de Barcelone Raimond Bérenger IV établit en 1137 une union personnelle entre les deux principaux États pyrénéens de la Péninsule. Les Aragonais allaient se trouver engagés dans les entreprises méditerranéennes des Catalans, et […] Lire la suite

ARCHITECTURE ALLEMANDE, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

En novembre 1772, Goethe (1749-1832) fait paraître à Francfort un court texte dont le titre , Architecture allemande , cache le sujet précis : il s'agit d'un hymne à la gloire de la cathédrale de Strasbourg et de son concepteur, Erwin de Steinbach. Par architecture allemande, Goethe désigne l'architecture gothique. Ce texte, l'un des tout premiers écrits sur l'art rédigés par Goethe, est aussi l' […] Lire la suite

ARNOLFO DI CAMBIO (1245 env.-env. 1302)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 417 mots
  •  • 1 média

Sculpteur et architecte italien. Le contrat passé le 29 septembre 1265 entre Nicola Pisano et les « fabriciens » de la cathédrale de Sienne est le premier document où soit mentionné Arnolfo di Colle di Val d'Elsa, fils d'un certain Cambio. Plus âgé que Giovanni Pisano, Arnolfo semble avoir été le principal collaborateur de Nicola pour la chaire de Sienne et pour l' arca (tombeau) de saint Dominiq […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'enluminure et son influence sur l'orfèvrerie »  : […] Robert Branner a opposé à la thèse reçue depuis Vitzthum ( Die Pariser Miniaturmalerei , 1907) le point de vue que les manuscrits peints à Paris après le milieu du xiii e  siècle sont en trop grand nombre et d'une qualité trop inégale pour refléter en bloc le goût de la cour. Ils n'ont en commun qu'un maniérisme gothique à divers degrés de raffinement. Des quatre Évangéliaires de la Sainte-Chapel […] Lire la suite

BAERZE JACQUES DE (fin XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 299 mots

Le sculpteur sur bois Jacques de Baerze est connu par la commande que lui passa Philippe le Hardi en 1390. Le duc de Bourgogne avait en effet pu admirer deux retables, l'un dans l'église de Termonde placé près du grand autel, l'autre à l'abbaye de la Biloke à Gand, et manifesta le désir d'en obtenir une reproduction identique pour le maître-autel de la chartreuse qu'il venait de faire construire à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « GOTHIQUE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/