LOTHARINGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la mort de l'empereur Lothaire Ier en 855, son royaume est partagé entre ses trois fils. Le deuxième, Lothaire II, reçoit la partie septentrionale qui s'étend de la Frise au plateau de Langres et au Jura ; ce Lotharii regnum est à l'origine du nom de Lotharingie (en allemand Lothringen). Dès le début, ce royaume fut convoité par les oncles de Lothaire II, Charles le Chauve et Louis le Germanique. Lothaire II étant mort sans héritier légitime en 869, Charles se fait couronner roi à Metz, mais il doit bientôt abandonner à son frère Louis la partie orientale du royaume : Aix-la-Chapelle, Cologne, Trèves, Mayence, l'Alsace et le Jura, au traité de Meersen (870). En 879, les héritiers de Charles cèdent à Louis III le Jeune la Lotharingie occidentale (traités de Verdun et de Ribemont). En 888, Rodolphe Ier de Bourgogne tente d'annexer la Lotharingie et se fait couronner roi à Toul, mais il n'est pas soutenu par l'aristocratie et ne peut conserver que les régions méridionales (Jura). En 895, la Lotharingie est donnée au bâtard du roi Arnulf de Germanie, Zwentibold. Après la mort de ce dernier, la Lotharingie devient un duché du royaume de Germanie confié au Franconien Gebhard. L'aristocratie, qui veut garder son autonomie, fait alors appel au roi de France Charles le Simple qui annexe le duché. Mais, en 925, le roi de Germanie Henri Ier l'Oiseleur le reprend et marie sa fille à Gilbert, fils du comte Rainier de Hainaut, très puissant en Lotharingie. Gilbert devient duc de Lotharingie en 928 et le duché est définitivement intégré au royaume de Germanie. En 959, le duché est divisé en deux : Basse-Lorraine au nord (entre le Rhin, l'Escaut et la Moselle), Haute-Lorraine au sud (jusqu'aux sources de la Moselle, de la Meuse et de la Saône). À partir du xie siècle, le nom de Lotharingie est remplacé par celui de Lorraine.

—  Pierre RICHÉ

Écrit par :

  • : professeur d'histoire médiévale à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  LOTHARINGIE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 146 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le royaume de Germanie »  : […] Si l'Allemagne du Moyen Âge est l'héritière du royaume de Francia orientalis reconnu, au traité de Verdun (843), à l'un des fils de Louis le Pieux, Louis le Germanique, l'expression « Allemagne » est due aux Français qui, à partir du x e  siècle, étendirent à un vaste ensemble le nom d'une région limitée au pays du Danube et du Rhin supérieurs, l' Alamanie ou Souabe. Les termes employés dans l'esp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-medievale/#i_22465

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les terres d'Empire »  : […] En Basse- Lotharingie, une évolution semblable se produisit mais avec un certain retard par rapport à la Flandre, dû à la situation économique et démographique. Les comtes de Hainaut furent tantôt les rivaux tantôt les alliés des comtes de Flandre. Avec la dynastie des Avesnes, ennemis jurés des Dampierre, le Hainaut pratiqua une politique de mariages avec les Wittelsbach de Bavière qui régnèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22465

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Division de l'Empire »  : […] Des causes nombreuses concouraient à ruiner l'Empire de Charlemagne. L'immense étendue de la monarchie, les difficultés de son administration, l'absence d'un corps de fonctionnaires régulièrement rétribués, les particularismes ethniques, les progrès de l'ordre féodal, la rivalité entre le haut clergé et l'aristocratie laïque constituent autant d'éléments de la toile de fond sur laquelle se joue le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_22465

CHARLES II LE CHAUVE (823-877) roi de France (843-877) et empereur d'Occident (875-877)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 373 mots
  •  • 1 média

Fils cadet de Louis I er le Pieux, âgé de vingt ans en 843, Charles avait reçu une éducation soignée. Doué d'un goût artistique très sûr, se passionnant pour les lettres, la dialectique et la théologie, il fit de sa cour, où enseigna de 845 à 867 Scot Érigène, un centre brillant de culture. Mais cet intellectuel eut un règne mouvementé. La partie occidentale de l'Empire d'Occident lui était échue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ii-le-chauve/#i_22465

CHARLES III LE SIMPLE (879-929) roi de France (893-923)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 507 mots

Fils posthume de Louis II le Bègue, Charles III le Simple est écarté de la royauté par les grands de Francie occidentale après les brefs règnes de ses frères Louis III (mort en 882) et Carloman (mort en 884). Il n'a alors que cinq ans et on lui préfère d'abord l'empereur Charles le Gros, plus capable d'organiser la défense face aux Vikings qui ravagent le pays ; puis, après l'abdication et la mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-iii-le-simple/#i_22465

COURONNEMENT IMPÉRIAL D'OTTON Ier

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

L'Empire carolingien, partagé entre plusieurs royaumes, n'a plus de titulaire depuis la mort de Bérenger de Frioul en 924. En Francie orientale, le Saxon Henri I er , sur le trône depuis 919, fait de son royaume le plus dynamique des héritiers de l'Empire, s'assurant la Lotharingie en 925 et imposant sa suzeraineté sur les deux Bourgognes en 926 puis en 933. Son fils, Otton I er (936-973), conqui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couronnement-imperial-d-otton-i/#i_22465

HENRI Ier L'OISELEUR (876 env.-936) roi de Germanie (919-936)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 169 mots

Duc de Saxe et principal opposant du dernier roi carolingien Conrad I er , Henri I er l'Oiseleur est élu roi de Germanie en 919 ; son règne marque la rupture avec la période postcarolingienne, en raison de la méfiance qu'éprouve le souverain à l'égard du clergé, qu'il écarte des fonctions politiques. Guerrier et peu religieux, il a su arrêter la décomposition politique de l'Empire et rétablir par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-ier-l-oiseleur/#i_22465

LORRAINE

  • Écrit par 
  • André HUMBERT, 
  • René TAVENEAUX
  •  • 7 575 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Naissance de la Lotharingie »  : […] La médiocrité des derniers Mérovingiens engendra un état d'anarchie favorisant l'ambition des grandes familles : en 751, elle permit à Pépin le Bref, chef des Arnulfiens, de ceindre la couronne royale. La nouvelle dynastie s'attacha à la Mosellane où se trouvaient la plupart de ses domaines patrimoniaux ; Charlemagne et ses successeurs se plurent à y résider et en firent le centre de leur empire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lorraine/#i_22465

LOTHAIRE II (825 env.-869) roi de Lotharingie (855-869)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 357 mots

Second fils de Lothaire I er , Lothaire II reçut en partage à la mort de son père les contrées nordiques de la Francie médiane, de la Frise au plateau de Langres et au Jura, entre l'Escaut et le Rhin, tandis que son frère aîné Louis II recevait l'Italie, et son frère cadet Charles de Provence les pays entre le lac Léman et la Méditerranée. Cette division rendait particulièrement menaçants les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lothaire-ii/#i_22465

LOUIS LE GERMANIQUE (806 env.-876) roi de Germanie (843-876)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 301 mots

Troisième fils de Louis le Pieux, roi de Bavière en 817, Louis, dit le Germanique, obtint dès 831 l'expectative de l'ensemble des pays transrhénans dont le traité de Verdun lui assura la possession en y ajoutant sur la rive gauche du fleuve l'enclave de Mayence, Worms et Spire (843). Il ne perdit jamais de vue le centre et l'ouest de l'ancien Empire carolingien. Sollicité en 858 par les Aquitains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-le-germanique/#i_22465

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

L'art mosan est né sur une Lotharingie réduite, après la dislocation de l'Empire carolingien, au bassin de la Meuse et de la Moselle. La Haute-Lorraine avait pour centres spirituels Verdun et l'abbaye de Gorze, qui joua au xi e  siècle dans la réforme monastique et la résistance à l'émiettement féodal un rôle comparable en influence civilisatrice à celui de Cluny. La Basse-Lorraine, ou Lothier, co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_22465

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Des Romains aux Carolingiens »  : […] La pénétration des légions romaines (à partir de 57 av. J.-C.) se limita au sud des grands fleuves (Meuse et Rhin). En dépit de quelques expéditions lancées au-delà, en particulier par le général Drusus, le Rhin demeura la frontière de l'Empire romain, laquelle fut fortifiée contre les raids germaniques : c'est ainsi que Nimègue, Valkenburg et Utrecht remontent à des castella romains. Dans les an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_22465

PROVENCE, histoire

  • Écrit par 
  • Maurice AGULHON
  •  • 3 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'Empire romain au Saint Empire »  : […] Le nom de Provence vient du latin provincia , la province par excellence, celle que conquirent les Romains dans la Gaule transalpine. Mais c'est sous d'autres noms ( Viennoise, Narbonnaise, etc.) que le pays compris entre le Rhône, la crête des Alpes et la mer Méditerranée participe à l'histoire de la Gaule romanisée, période décisive qu'évoquent aujourd'hui tant de vestiges, d'Arles à Cimiez et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/provence-histoire/#i_22465

SAVOIE MAISON DE

  • Écrit par 
  • Jacques LOVIE
  •  • 2 645 mots

Quelques données de l'histoire de la province de Savoie se rattachent à celle de l'Europe. Ce n'est point un hasard si l'activité des princes s'est manifestée dans la partie médiane de l'ancienne Lotharingie, à la naissance du fugitif royaume de Bourgogne. À l'échec des Rodolphiens succéda la tentative poursuivie pendant plusieurs siècles par les Blanches-Mains, ces princes des Alpes dont l'infl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maison-de-savoie/#i_22465

VERDUN TRAITÉ DE (843)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Signé entre Lothaire  i er , Charles le Chauve et Louis le Germanique, le traité de Verdun règle la succession de leur père, l'empereur Louis  i er le Pieux, qui avait réussi tant bien que mal à maintenir uni, de 814 à 840, le grand Empire que lui avait légué son propre père, Charlemagne. Entre 840 et 843, Lothaire a tenté de s'imposer comme empereur au titre des droits que Louis le Pieux lui ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-verdun/#i_22465

Pour citer l’article

Pierre RICHÉ, « LOTHARINGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lotharingie/