EILBERT DE COLOGNE (XIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Orfèvre colonais, connu par une inscription placée sur la paroi du fond de l'autel portatif provenant du trésor des Guelfes : EILBERTVS COLONIENSIS ME FECIT. En se fondant sur cette inscription et sur des considérations stylistiques, O. von Falke (ainsi que H. Frauberger, Deutsche Schmelzarbeiten des Mittelalters, Francfort-sur-le-Main, 1904) attribua à Eilbertus une série d'ouvrages d'orfèvrerie, comme la châsse de saint Victor à Xanten, l'autel portatif de saint Maurice à Siegbourg, l'autel portatif commandé par Wolbero (Hessische Landesmuseum, Darmstadt) etc. ; il identifia le maître avec un certain Eilbertus sacerdos, mentionné par le nécrologe du monastère colonais de Saint-Pantaléon. Celui-ci doit avoir dirigé l'atelier d'orfèvrerie de Saint-Pantaléon de 1120 à 1150 environ (Dietrich Kötzsche, « Zum Stand der Forschung der Goldschmiedekunst des 12. Jh. im Rhein-Maas-Gebiet », in Rhein und Maas, II, Cologne, 1973). Wolbero fut également identifié par Otto von Falke avec le moine de ce nom, ensuite trésorier et plus tard abbé (1147-1165) de Saint-Pantaléon. Ce que contesta J. Braun (« Die Pantaleonswerkstätte zu Köln », in Stimmen der Zeit, CXI, 1926) en montrant que l'autel portatif de Wolbero ne provenait pas de Saint-Pantaléon, mais de Saint-André.

Les preuves historiques justifiant la localisation d'Eilbert ainsi que celle de son atelier à Saint-Pantaléon sont en conséquence insuffisantes. Pourtant la miniature peinte sur parchemin, figurant la Majesté du Seigneur et insérée au centre de la table sur l'autel portatif d'Eilbertus, lui fut destinée dès l'origine ; et elle est si étroitement apparentée à l'enluminure des manuscrits originaires de Saint-Pantaléon datés des années 1140-1150 qu'on ne saurait douter d'une connexion artistique liant une technique à l'autre. Il sera donc permis de voir en Eilbert cet orfèvre colonais qui, avant le milieu du xiie siècle renouvela à Saint-Pantaléon, à l'aide d'éléments essentiellement mosans, une tradition qui remontait sans doute au xe siècle.

—  Anton von EUW

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EILBERT DE COLOGNE ( XII e s.)  » est également traité dans :

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « L'émaillerie romane sur cuivre champlevé et le premier art gothique »  : […] Au xii e siècle en Occident, d'une part en Aquitaine et en Espagne du Nord, d'autre part dans la région rhéno-mosane, s'instaure un art différent qui incorpore à la technique du cuivre champlevé les diverses données de l'art roman en transposant des modèles byzantins, peut-être transmis par des essais faits en Italie du Nord (autel portatif de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emaux/#i_11645

Pour citer l’article

Anton von EUW, « EILBERT DE COLOGNE (XIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eilbert-de-cologne/