GODEFROY DE HUY (1100 env.-env. 1173)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Godefroy de Huy fait partie du tout petit nombre d'orfèvres médiévaux dont le nom a survécu. Le chroniqueur Gilles d'Orval mentionne, dans son ouvrage Gesta pontificum, un certain « Godefroy appedain de Huy à maistre d'orfeivrie, li miedre et li plus expers et subtils ovriers que ons sawist en monde à chel jour... », qui en 1173, après une absence de vingt-sept ans, serait revenu à Huy et serait entré au monastère voisin de Neufmoustier. Outre des ouvrages d'orfèvrerie qui ont disparu, il fit les châsses de saint Mengold et de saint Domitien qui se trouvent actuellement dans l'église collégiale Notre-Dame à Huy. Le seul document d'archive prouvant l'existence de ce Godefroy est une mention enregistrée dans le nécrologe de l'abbaye de Neufmoustier (aujourd'hui au musée Curtius à Liège), rédigée en ces termes : Commemoratio Godefridi aurificis fratris nostri et complétée par une autre main pendant la première moitié du xiiie siècle. Le libellé de ce complément correspond en substance à la relation de Gilles d'Orval (S. Gevaert, « La Note de l'obituaire de l'abbaye de Neufmoustier », in Bull. des musées royaux, Bruxelles, no 5, 1933).

Avec le même Godefroy de Huy, on a identifié cet « aurifex G. » qui, en 1148, comme cela découle d'une lettre conservée, était en activité au service de Wibald de Stavelot durant l'abbatiat duquel (1130-1157) se situent les premiers émaux champlevés mosans. Cela eut pour conséquence l'attribution à Godefroy de Huy de la plupart des émaux champlevés mosans conservés, bien que les émaux ne constituent qu'une part minime de la décoration sur les deux châsses de Huy. En outre, Deer put prouver que cet « aurifex G. » exécuta, probablement à la commande de Wibald de Stavelot, quelques matrices de sceaux et la bulle d'or de l'empereur Barberousse (J. Deer, « Die Siegel Kaiser Friedrich I. Barbarossa und Heinrich VI. in der Kunst und Politik ihrer Zeit », in Festschrift Hans R. Hahnloser zum 60. Geburtstag, Bâle, 1961).

Quant à savoir si la châsse de saint Viton, terminée en 1146 et connue seulement par la description d'un inventaire du xviiie siècle, fut aussi un ouvrage de ce Godefroy de Huy, on n'en doit pas encore décider, puisque le nom de Godefroy apparaît couramment au xiie siècle (F. Ronig, « Godefridus von Huy in Verdun », in Aachener Kunstblätter, XXXII, 1966). Les faits attestés par des archives n'offrent aucun indice autorisant à désigner Godefroy de Huy comme le représentant majeur de l'émaillerie champlevée mosane.

—  Ulla KREMPEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GODEFROY DE HUY (1100 env.-env. 1173)  » est également traité dans :

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « L'émaillerie romane sur cuivre champlevé et le premier art gothique »  : […] Au xii e siècle en Occident, d'une part en Aquitaine et en Espagne du Nord, d'autre part dans la région rhéno-mosane, s'instaure un art différent qui incorpore à la technique du cuivre champlevé les diverses données de l'art roman en transposant des modèles byzantins, peut-être transmis par des essais faits en Italie du Nord (autel portatif de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emaux/#i_11644

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

L'art mosan est né sur une Lotharingie réduite, après la dislocation de l'Empire carolingien, au bassin de la Meuse et de la Moselle. La Haute-Lorraine avait pour centres spirituels Verdun et l'abbaye de Gorze, qui joua au xi e  siècle dans la réforme monastique et la résistance à l'émiettement féodal un rôle comparable en influence civilisatrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_11644

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les nouveaux trésors »  : […] Jusqu'à l'époque romane, les arts que l'on qualifie aujourd'hui de « mineurs » avaient joué un rôle essentiel. Symboliquement associés à l'autorité, ils avaient pour mission de glorifier le pouvoir et d'assurer la pérennité aux régimes aristocratiques. L'or entra dans les sanctuaires chrétiens afin de procurer au culte divin un éclat au moins égal à celui qui caractérisait le service de cour et, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_11644

Pour citer l’article

Ulla KREMPEL, « GODEFROY DE HUY (1100 env.-env. 1173) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/godefroy-de-huy/