STYLE 1200

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question du passage de l'art roman à l'art gothique s'est posée aux historiens depuis le deuxième quart du xixe siècle, en France en particulier, lorsqu'on a cherché à définir le style gothique et à déterminer ses origines. Pour l'architecture, il a été assez facile d'observer l'apparition et l'affirmation progressives des principales formes ou des principaux éléments gothiques dans des édifices dont l'esthétique générale appartenait au passé roman ; on a parlé, alors, du style « romano-gothique », ou du style « de transition », enfin de la « première architecture gothique », qui se développerait en France entre 1120 environ et la fin du xiie siècle. Dans d'autres pays, le style « de transition » pouvait se prolonger jusqu'au milieu du xiiie siècle (en Rhénanie, par exemple), ou même au-delà (Europe centrale). En Angleterre, la définition du Early Gothic était différente de celle du style « de transition » continental. On a aussi tenté d'accorder ces distinctions de style avec les phases de l'évolution des arts figuratifs, la sculpture monumentale tout particulièrement : le style « de transition », ou la « première sculpture gothique » correspondrait, en France, à la période de la « première architecture gothique ». Mais cette notion ne s'appliquait à la sculpture que dans une partie de la France, et n'était pas valable ailleurs (Vöge). Pour la peinture, la question de la « transition » était encore plus obscure, et l'on se contenta simplement d'opposer celle du xiie siècle à celle du xiiie (Haseloff). Depuis les années 1950, plusieurs historiens de la peinture, de l'orfèvrerie et de la sculpture élaborèrent peu à peu une doctrine qui résout certains des problèmes que pose le partage entre le roman et le gothique, en dégageant l'originalité de l'art autour de 1200 ; cette doctrine reçut une sorte de consécration en 1970, lors de l'exposition The Year 1200 à New York.

Les théories sur l'origine du style 1200

En 1906, A. Haseloff, alors le meilleur spécialiste de la peinture médiévale, opposait catégoriquement la peinture gothique à l'art roman, en situant la brusque transformation du style vers 1200, dans la région parisienne. Le vitrail, qui a pris à la fin du xiie siècle une grande place dans la nouvelle architecture gothique, impose alors à la peinture sur parchemin une très grande vivacité de couleurs, un éclat nouveau, comme aussi la ferme « écriture » du dessin et des contours ; des compositions de vitraux – par médaillons superposés, par compartiments coupés – sont même transposées dans des miniatures (exemples donnés par Haseloff : Psautier dit de Blanche de Castille, Paris, bibl. de l'Arsenal, ms. 1186 ; Bible Moralisée du trésor de la cathédrale de Tolède). Sans chercher à nier la justesse de ces observations, il faut reconnaître qu'elles sont insuffisantes, car elles ne touchent pas à l'essentiel du style de la figuration. Après de nombreuses études partielles, c'est Otto Homburger qui, en 1958, présenta une nouvelle interprétation de cette période : entre 1190 et 1250, s'est établi dans certaines régions de l'Occident – Allemagne, pays de la Meuse, France septentrionale, Angleterre du Sud-Est – un style qui n'est ni roman ni gothique, refusant les stylistiques du xiie siècle, obéissant à des inspirations byzantines et antiques, dominé dans les compositions par un souci nouveau d'harmonie et dans la représentation par un certain « réalisme », par la recherche de l'individuel. La souplesse des draperies (Muldenfaltenstil) s'oppose à l'énergie des tracés et à l'expression nouvelle qui caractériseront l'art gothique évolué, celui du milieu du xiiie siècle. Les chefs-d'œuvre de ce style sont les miniatures du Psautier de la reine Ingeburge (Chantilly, musée Condé, ms. 1695), celles de l'Évangéliaire de Saint-Martin de Cologne (Bruxelles, bibl. Royale, ms. 9222), etc. Dans le domaine de la sculpture, à ce style appartiennent aussi bien les portails du transept de Chartres que les reliefs de la clôture du chœur de Halberstadt ; l'art de l'orfèvre Nicolas de Verdun aurait été l'une des origines de cette phase stylistique. Lors de l'exposition de 1970 à New York, cette thèse fut partiellement révisée : l'art de Nicolas de Verdun, depuis les plaques d'émail de l'autel (jadis ambon) de l'abbaye de Klosterneuburg près de Vienne (1180/1182), apparaît maintenant non comme une source, mais comme un sommet artistique, la plus haute expression du « style 1200 ». On peut remonter jusque vers 1170 pour en voir les premières manifestations ; après 1230, la poussée des formes proprement gothiques est déjà très forte, en France du Nord en particulier, sans que les survivances des styles antérieurs disparaissent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  STYLE 1200  » est également traité dans :

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 090 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge occidental »  : […] Un grand nombre d'objets du haut Moyen Âge nous sont parvenus grâce à la coutume d'ensevelir les morts accompagnés de leur parure. Les bijoux retrouvés dans les tombes manifestent le goût de cette époque pour l'or et pour le décor de pierres et verres colorés, souvent sertis à froid dans un réseau géométrique formé par des cloisons soudées préalablement, selon la technique de l'orfèvrerie cloison […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] La période 1190-1240 est l'une des plus intenses dans le domaine de la sculpture : les cathédrales en cours de construction exigent un vaste programme sculpté. Collégiales et parfois même paroissiales ont les mêmes exigences. L'ampleur donnée aux bras du transept de Chartres est à cet égard exemplaire, même si elle demeure exceptionnelle. En même temps, les ensembles mobiliers se développent : la […] Lire la suite

GRODECKI LOUIS (1910-1982)

  • Écrit par 
  • Jacques HENRIET
  •  • 999 mots

L’historien d'art, Louis Grodecki eut deux maîtres, Henri Focillon et Erwin Panofski ; il fut l'élève du premier à partir de 1929, peu de temps après son arrivée en France – il était né à Varsovie en 1910 et devait être naturalisé français en 1935 – et rencontra beaucoup plus tard (en 1949) le second, à l'Institute for Advanced Study de Princeton. L'admirable exposition de 1953, Vitraux de France […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis GRODECKI, « STYLE 1200 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/style-1200/