AIX-LA-CHAPELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de district dans le Land de Rhénanie-du-Nord - Westphalie, Aix-la-Chapelle (en allemand, Aachen), dont la population était de 243 330 habitants en 2014, est une ville thermale et un centre culturel au riche passé.

Allemagne : carte administrative

Carte : Allemagne : carte administrative

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le nom d'Aix-la-Chapelle (en latin Aquae Grani, ou Aquisgranum) est indissolublement lié à celui de Charlemagne qui en fit sa résidence préférée. Il y fit construire un palais vers 769 avec une chapelle octogonale (vers 800), qui est à l'origine de la cathédrale actuelle. En choisissant cette ville pour capitale de son Empire, il en avait fixé la destinée : jusqu'au xvie siècle, les souverains allemands allaient s'y faire couronner.

Les empereurs germaniques, notamment Frédéric Ier, dotèrent la ville de nombreux privilèges ; elle devient ville libre impériale au cours du xiiie siècle. À partir de 1250, il est fait mention d'un Conseil. À l'instar d'autres villes allemandes, Aix-la-Chapelle n'échappe pas aux troubles sociaux du xive siècle et du début du xve siècle. La signature du Gaffelbrief (statut des corporations) en 1450 met fin aux dissensions entre le Conseil et les artisans. La ville doit une partie de sa célébrité à ses sources thermales — les plus chaudes de l'Europe centrale, déjà connues des Romains —, aux pèlerinages organisés tous les sept ans à partir de 1349 (reliques : tunique de la Vierge, langes de l'Enfant Jésus, linge de la décollation de saint Jean-Baptiste, etc.), à une foire annuelle qui attire à partir de 1359 une foule de marchands, enfin à la fabrication de draps et d'aiguilles depuis le xvie siècle. La ville souffrit des guerres de religion. Après un succès éphémère de la Réforme (1581), le catholicisme y est de nouveau rétabli au début du xviie siècle grâce à l'intervention de l'empereur Rodolphe II.

En 1656 un incendie ravage le centre de la cité. Pendant les guerres de la Révolution, les Français s'emparent de la ville. Elle devient le chef-lieu du département de la Roer de 1798 à 1814. En 1815, elle est rattachée à la Prusse.

Deux importants traités de paix ont été signés à Aix-la-Chapelle : celui de 1668 met fin à la guerre de Dévolution ; celui de 1748 termine la guerre de la Succession d'Autriche. En 1818 s'y réunit le premier congrès de la Sainte-Alliance : la France y obtient le départ des troupes d'occupation et une diminution des indemnités de guerre.

La ville subit d'importants dégâts (65 p. 100) pendant la Seconde Guerre mondiale. La reconstruction est maintenant achevée.

Grâce à Alcuin (735 env.-804) et au chroniqueur Éginhard (770-840), la résidence carolingienne est devenue un centre des sciences, des arts et de la musique. L'orfèvrerie atteint un haut degré de perfection. En 1601, les Jésuites créent un gymnase avec un cours de philosophie (1686) et une faculté de théologie (1715). En 1870 est fondée une école polytechnique transformée en école technique supérieure en 1945. Aix-la-Chapelle possède aussi une école d'ingénieurs du textile (1883), une école d'architecture (1900), une école des mines (1904), une école de journalisme (1945) et une académie pédagogique (1946). Son théâtre, grâce aux représentations françaises, a connu des périodes de célébrité au xviiie et au xixe siècle. Dans le domaine de l'architecture et des arts décoratifs, le baroque rhénan de Johann Josef Couven (1701-1763) donne à la ville son image caractéristique.

L'union sans cesse renouvelée d'un passé célèbre, marqué par les vicissitudes de l'histoire, avec un présent vivant et dynamique, donne à la ville une physionomie particulière qui fait son charme. Des efforts sont faits pour que la ville devienne un pont entre les nations (prix international Charlemagne décerné chaque année à des personnalités en récompense des services rendus à la cause de l'unité européenne, par exemple Jean-Paul II en 2004 ou Angela Merkel en 2008). À côté des industries traditionnelles (textile, industries minières), la ville possède des entreprises de haute technologie (technique automobile, information et communication, sciences de la vie), appuyées sur cinq universités, dont l’École supérieure technique de Rhénanie-Westphalie, de réputation mondiale.

Outre la cathédrale, il y a lieu de mentionner parmi les édifices profanes : l'hôtel de ville en style gothique, richement décoré de sculptures ; construit de 1300 à 1350, il occupe l'emplacement du palais impérial carolingien ; il abrite la salle du couronnement où se sont déroulées les fêtes du couronnement des empereurs allemands (1349-1531). Le musée Suermondt (peinture des anciens Pays-Bas), fondé en 1877, est installé dans un grand édifice de style Renaissance ; le Couven Museum (art populaire), dans un immeuble bourgeois de la fin du xviiie siècle ; le Musée international de la presse, dans une maison gothique de la fin du xve siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Strasbourg

Classification

Autres références

«  AIX-LA-CHAPELLE  » est également traité dans :

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une abbaye modèle : Centula-Saint-Riquier »  : […] L'abbaye carolingienne de Saint-Riquier est bien connue grâce à deux gravures du xvii e  siècle (gravures de Petau et de Mabillon) qui reproduisent un dessin de la Chronique de Saint-Riquier , rédigée à la fin du xi e  siècle par le moine Hariulf. Sur le flanc nord d'un immense cloître trapézoïdal se dresse l'église abbatiale, imposant édifice à deux tours. Ces tours, imitées des rotondes antiques […] Lire la suite

OTTONIEN ART

  • Écrit par 
  • Florentine MÜTHERICH
  •  • 3 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Architecture et sculpture »  : […] Le répertoire de l'architecture ottonienne présente un grand nombre de types. À côté des basiliques apparaissent des édifices sur plan centré et des églises-halles (à nefs d'égale hauteur). Là encore se dessine la dépendance à l'égard de l'art carolingien ; elle est très nette lorsque le plan central de la chapelle palatine d' Aix-la-Chapelle est directement pris comme modèle, ce qui fut le cas po […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'architecture ottonienne »  : […] Ce sont des traditions fort différentes qui prévalent au-delà des Alpes, dans le monde ottonien et post-ottonien. Ici, l'héritage carolingien s'affirme avec éclat, sous des formes impériales, toujours marquées du signe de la grandeur. Parmi les mécènes figurent les empereurs eux-mêmes, comme les Ottons et Conrad II, ou des prélats appartenant à leur entourage immédiat, qu'il s'agisse de Brunon de […] Lire la suite

Les derniers événements

25 mars 2019 France – Allemagne. Première séance de l'Assemblée franco-allemande.

d’Aix-la-Chapelle signé en janvier et mettre en œuvre les décisions adoptées lors des conseils des ministres franco-allemands annuels. […] Lire la suite

22 janvier 2019 France – Allemagne. Signature d'un traité de coopération et d'intégration.

Aix-la-Chapelle (Rhénanie-du-Nord–Westphalie), un nouveau traité bilatéral destiné à « compléter » le traité de l’Élysée signé cinquante-six ans plus tôt, jour pour jour, par le président Charles de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer. Le traité « sur la coopération et l’intégration franco-allemandes », proposé par le président Macron dans son  […] Lire la suite

19-22 octobre 1987 France – République fédérale d'Allemagne. Visite d'État du président François Mitterrand en Allemagne

Aix-la-Chapelle, et le 21 à Düsseldorf et à Cologne. Le 22, à Hanovre, lors de sa dernière conférence de presse, le président Mitterrand précise à nouveau sa conception du rôle des armes préstratégiques, et n'exclut pas le déploiement, par la France, d'armes à neutrons en cas d'échec des négociations sur le désarmement. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis RAPP, « AIX-LA-CHAPELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aix-la-chapelle/