ART & SCIENCES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les premiers contacts entre l'art et la science

Après les artistes savants de l'Antiquité et les artistes ingénieurs de la Renaissance, une division nette s'établit au xixe siècle entre les arts et les sciences. Les scientifiques élaborent alors une méthode de connaissance exacte, universelle et vérifiable, aboutissant à la définition de lois. Cet esprit scientifique, plus proche du Conservatoire national des arts et métiers et du Muséum d'histoire naturelle, créés pendant la Révolution française, que du musée des Beaux-Arts, est cependant à l'origine d'un certain nombre d'innovations qui modifient le comportement des artistes et des responsables de collections d'art et de curiosités.

La naissance de la chimie moderne

L'un des premiers exemples de démarche scientifique moderne est donné par Lavoisier, qui remet en question, en 1793, la théorie antique et médiévale des quatre éléments (l'eau, l'air, la terre et le feu). Il apporte en effet la preuve expérimentale que la matière est constituée d'éléments chimiques. En définissant ainsi trente-trois corps simples, il crée la chimie moderne, indispensable à la recherche des nouvelles couleurs et à la pratique de la restauration des œuvres d'art. Artisans et artistes peuvent dès lors solliciter les physico-chimistes pour élaborer de nouveaux matériaux et pour obtenir des effets inédits. C'est ainsi que le chimiste P.-Y. Rocher a entièrement renouvelé la palette des couleurs obtenues à partir du pastel. Le chimiste, directeur de la manufacture des Gobelins, Michel Eugène Chevreul, invente de nombreuses nuances colorées et met au point le cercle chromatique. En 1839, il démontre dans son ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs... que « mettre une couleur sur une toile, ce n'est pas seulement colorer de cette couleur la partie de la toile [...] mais c'est encore colorer de la complémentaire l'espace environnant ». Le peintre Seurat adoptera dans ses tableaux ce principe de la perception des couleurs. Et, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, la plupart des peintres – impressionnistes, coloristes... – auront lu les travaux de Chevreul, qu'ils complètent par des réflexions sur la lumière.

Eugène Michel Chevreul

Photographie : Eugène Michel Chevreul

Le chimiste français Eugène Michel Chevreul (1786-1889), le jour de son centième anniversaire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La révolution de l'image physico-chimique

Par ailleurs, les nouvelles techniques de l'image mises au point par les scientifiques vont influencer la vision des artistes. Le plus bel exemple est celui de Nicéphore Niépce, qui invente peu avant sa mort, le 5 juillet 1833, le procédé de la photographie, fondé sur l'insolubilisation de certains composés chimiques soumis à une radiation. Son associé, Jacques Daguerre, diffuse à travers le monde le procédé du daguerréotype (révélé le 19 août 1839 à l'Institut de France), utilisé d'abord pour reproduire les œuvres d'art et bientôt pour produire des œuvres proprement dites, portraits et paysages. Ces inventions aboutissent à la photographie, fondée sur la notion de négatif sur support sensible à la lumière.

Louis Daguerre

Photographie : Louis Daguerre

Louis Jacques Mandé Daguerre (1787-1851) inventeur, en 1837, du procédé photographique auquel il donne, un an plus tard, le nom de daguerréotype. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Des peintres ont eu recours à la photographie, en particulier Degas et Bonnard. Au-delà du témoignage que Degas souhaitait conserver du monde de la danse s'inscrit ainsi le souci de percer le mystère du mouvement. Étienne-Jules Marey s'y appliquera de manière plus systématique, et plus tard, en 1912, Marcel Duchamp témoignera de la même recherche quand il peindra Nu descendant l'escalier no 2. Les frères Lumière avaient entre-temps inventé l'image cinématographique. La photographie est à l'origine non seulement d'une nouvelle vision de la réalité, mais aussi d'une pratique novatrice, celle de la documentation comparative, qui préfigure le rôle, si important de nos jours, de l'imagerie scientifique. Celle-ci s'enrichit à la fin du xixe siècle avec la découverte, à Augsbourg en 1895, des rayons X par Wilhelm Conrad Röntgen. Celui-ci s'aperçoit que des rayons, émis par un tube de Crookes, traversent la paroi d'une boîte en bois contenant des poids en cuivre et impressionnent l'image des poi [...]

Étienne-Jules Marey

Photographie : Étienne-Jules Marey

Le médecin français Étienne-Jules Marey (1830-1904) est l'un des pionniers de la chronophotographie. Motivé par la recherche scientifique, il met au point un fusil photographique qui lui permet de séquencer le vol d'un oiseau. Ses études les plus célèbres sont celles qui portent sur la... 

Crédits : AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Eugène Michel Chevreul

Eugène Michel Chevreul
Crédits : Hulton Getty

photographie

Louis Daguerre

Louis Daguerre
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Étienne-Jules Marey

Étienne-Jules Marey
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur général du patrimoine, directeur de la rénovation du musée de l'Homme

Classification

Autres références

«  ART & SCIENCES  » est également traité dans :

A.G.L.A.E. (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 325 mots

A.G.L.A.E. (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire), accélérateur électrostatique tandem de 2 millions de volts construit par National Electrostatics Corporation (États-Unis), a été installé en décembre 1987 au Laboratoire de recherche des Musées de France. L'accélération de certaines particules comme les protons et les deutons permet, en effet, d'exciter faiblement les électrons des atom […] Lire la suite

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 903 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ses refus »  : […] L'attitude de Baudelaire peut être négative, polémique même. Ainsi il poursuit de son ironie les prétentions de l'esprit positif et positiviste à envahir le domaine poétique. Il lutte contre ce qu'il appelle « l'hérésie de l'enseignement », dont il dénonce les formes les plus insupportables. Il repousse tout d'abord la volonté d'unir l'art et la science. Dans la Préface des Poèmes antiques , en 18 […] Lire la suite

BAXANDALL MICHAEL (1933-2008)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 042 mots

Né en 1933 à Cardiff (Royaume-Uni), Michael Baxandall a conduit une carrière de chercheur et d'enseignant en histoire de l'art dans le Royaume-Uni (il fut professeur « d'histoire de la tradition classique » à l'Institut Warburg et Courtauld, à Londres, et à l'université d'Oxford), puis aux États-Unis (universités de Cornell et Berkeley), sans compter une brève période de collaboration au départem […] Lire la suite

CHANGEUX JEAN-PIERRE (1936- )

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 143 mots

Jean-Pierre Changeux, né le 6 avril 1936 à Domont (Val-d'Oise) est en 1955 élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en biologie. Major de l'agrégation des sciences naturelles en 1958, il débutera sa carrière scientifique en décrivant de nouveaux copépodes parasites au laboratoire Arago de Banyuls et sera enlevé à la zoologie par Jacques Monod, dans le laboratoire duquel il passera en 1 […] Lire la suite

CLAIR GÉRARD RÉGNIER dit JEAN (1940- )

  • Écrit par 
  • Richard LEYDIER
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des thématiques transversales »  : […] Cette dimension polémique ne doit pas éclipser la part primordiale de son œuvre : Jean Clair est avant tout à l’origine d’expositions remarquables. Le commissaire remet parfois au goût du jour des pans entiers de la création autrefois dénigrés pour des raisons idéologiques (une veine picturale figurative dans La Nouvelle S ubjectivité , festival d’Automne à Paris-Fondation Rothschild, 1976, et L e […] Lire la suite

KEMP MARTIN (1942- )

  • Écrit par 
  • Francesco PANESE
  •  • 2 059 mots

La plupart des sciences humaines contemporaines enquêtent depuis quelques années sur leur histoire, leurs démarches et leurs finalités. L'histoire de l'art n'échappe pas à ce mouvement. L'œuvre de l'historien de l'art anglais Martin Kemp s'y inscrit d'une manière originale. Il arpente les régions frontières entre art et science, analysant et comparant de manière minutieuse et souvent surprenante l […] Lire la suite

LETTRES SUR LA PEINTURE DE PAYSAGE, Carl Gustav Carus - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 883 mots

Dans le chapitre « Le tournant scientifique : Carus lecteur de Goethe »  : […] Pourtant ces réminiscences discrètes du romantisme ne doivent pas faire oublier les divergences profondes qui séparent Carus de ce mouvement. Ni Schelling, ni Schlegel, ni même Friedrich ne sont explicitement nommés dans les Lettres . Derrière une approche en apparence subjective et mystique de l'univers transparaît très vite un souci scientifique de restitution exacte du réel, peu compatible ave […] Lire la suite

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trésors, collections, musées »  : […] Les premiers rassemblements historiques d'objets précieux furent, en Occident comme en Égypte ou en Chine, les trésors des temples, constitués d'offrandes remises aux dieux en reconnaissance de leurs bienfaits, et les trésors funéraires. La pinacothèque des Propylées à Athènes, qui contenait, selon le témoignage de Pausanias, des tableaux de Polygnote, était certes un lieu public, mais investi d […] Lire la suite

NUMÉRIQUE ART

  • Écrit par 
  • Edmond COUCHOT
  •  • 6 665 mots

Dans le chapitre « Un art de l'hybridation »  : […] On s'interroge aussi sur l'authenticité même d'un art, ou plutôt de pratiques artistiques qui ne feraient que prolonger des savoir-faire existants, plastiques, graphiques, photographiques, cinématographiques, vidéographiques, sans parler du spectacle vivant, de la musique et de la littérature. Beaucoup de ces pratiques, en effet, s'enrichissent grâce à l'apport du numérique. En revanche, le numéri […] Lire la suite

RESTAURATION (art contemporain)

  • Écrit par 
  • Marie-Hélène BREUIL, 
  • Cécile DAZORD
  •  • 2 348 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle approche de la documentation »  : […] Les bases de données de gestion des collections artistiques contemporaines reposent sur un modèle descriptif fondé sur l'œuvre comme objet physique, emprunté aux beaux-arts traditionnels. En art contemporain, l'énoncé des matériaux, techniques et dimensions se traduit fréquemment par les mentions « matériaux divers », « techniques mixtes », « dimensions variables » plus fantaisistes que réellemen […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOHEN, « ART & SCIENCES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/