CHANGEUX JEAN-PIERRE (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean-Pierre Changeux, né le 6 avril 1936 à Domont (Val-d'Oise) est en 1955 élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en biologie. Major de l'agrégation des sciences naturelles en 1958, il débutera sa carrière scientifique en décrivant de nouveaux copépodes parasites au laboratoire Arago de Banyuls et sera enlevé à la zoologie par Jacques Monod, dans le laboratoire duquel il passera en 1964 une thèse brillante sur les changements concertés de conformation de protéines régulatrices, les transitions allostériques. Changeux s'oriente alors vers le fonctionnement du système nerveux, d'abord au niveau moléculaire puis de plus en plus vers une dimension cognitive. Il est connu du grand public pour ses nombreux écrits cherchant à articuler la neuroscience – Changeux tient à ce singulier qui en affirme la dimension disciplinaire – avec les diverses activités humaines : le premier fut L'Homme neuronal en 1983. Changeux a mené presque toute sa carrière scientifique à l'Institut Pasteur. Il a été professeur au Collège de France de 1975 à 2006, et est membre de l'Académie des sciences depuis 1988. Changeux est membre de nombreuses académies étrangères et a reçu de nombreuses distinctions. Parmi ses fonctions non scientifiques, il a été de 1992 à 1998 président du Comité national consultatif d'éthique de France.

La trajectoire scientifique de Changeux débute avec l'étude du contrôle de l'activité d'une enzyme, la thréonine désaminase, par le produit final de la chaîne métabolique que cette enzyme initie. Cette rétro-inhibition, qui adapte la vitesse de synthèse d'une substance aux besoins de la cellule, est due à des changements de conformation dits allostériques de l'enzyme, dont Jacques Monod disait qu'ils étaient le second secret de la vie, après le code génétique. L'intérêt de Changeux pour le système nerveux s'organise autour des fonctions de l'acétylcholine, un des médiateurs chimiques de la transmission entre neurones, lors de sa coll [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification


Autres références

«  CHANGEUX JEAN-PIERRE (1936- )  » est également traité dans :

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Du réductionnisme à la biologie dynamique »  : […] Pendant longtemps, l'anatomie microscopique nous a donné une image statique du système nerveux central et en particulier du cortex cérébral. De façon paradoxale, plus on pénétrait dans l'intimité des structures nerveuses, moins il était possible de concevoir les éventuels rapports de celles-ci avec l'activité mentale. Aujourd'hui, des techniques nouvelles permettent de visualiser l'activité des di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_90098

HÉMOGLOBINE

  • Écrit par 
  • Max Ferdinand PERUTZ
  •  • 3 877 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure et fonction de la molécule »  : […] Félix Haurowitz a découvert en 1938 que la désoxyhémoglobine et l' oxyhémoglobine cristallisaient différemment, comme si elles étaient chimiquement différentes, ce qui implique que l'hémoglobine n'est pas un bidon d' oxygène mais un poumon moléculaire dont la structure change selon qu'il capte l'oxygène ou qu'il s'en décharge. En 1965, Jacques Monod et J.-P. Changeux, ainsi que Jeffries Wyman ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemoglobine/#i_90098

LIAISONS CHIMIQUES - Liaisons biochimiques faibles

  • Écrit par 
  • Antoine DANCHIN
  •  • 5 907 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Régulation allostérique »  : […] On sait que l'une des caractéristiques les plus remarquables du vivant est le maintien de l' homéostasie de l'individu (c'est-à-dire son retour à l'équilibre après un écart accidentel). En fait, cette caractéristique n'est pas seulement vraie au niveau de l'organisme tout entier mais est déjà bien visible à l'échelle moléculaire lorsqu'on considère la régulation des phénomè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaisons-biochimiques-faibles/#i_90098

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « CHANGEUX JEAN-PIERRE (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-changeux/