APPRENTISSAGE, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les tendances de la recherche

Jusqu’à la fin des années 1980

À partir du milieu des années 1960, on a assisté à un bouleversement progressif mais considérable des conceptions concernant la psychologie de l'apprentissage, qui trouve son origine dans la conquête par la recherche expérimentale de nouveaux domaines, précédemment inaccessibles à l'étude scientifique. Parmi ceux-ci, les trois principaux sont celui des activités humaines supérieures – cognitives –, celui du comportement animal dans son milieu naturel – sous l'impulsion de l'éthologie – et celui de l'étude fine du fonctionnement du système nerveux, indépendamment du comportement molaire ou en relation avec lui (psychophysiologie, neurophysiologie, neurochimie, neuropsychologie).

Ce bouleversement a eu trois conséquences principales. En premier lieu, le débat sur le rôle respectif des facteurs innés et acquis a rebondi, sur la base de nouvelles catégories de faits et de nouveaux arguments ; on a assisté à la réapparition de plusieurs courants innéistes, d'inspirations très diverses. En deuxième lieu, les grandes « théories de l'apprentissage » de la précédente période se sont effondrées, sous la pression des faits et des problématiques plus récentes ; elles ont cédé la place à une certaine atomisation théorique. Enfin, comme on l'a dit, le grand courant cognitiviste des années 1970 et 1980, fondé sur les notions d'information, de son traitement et de sa conservation, a préféré conceptualiser cette dernière en termes de « mémoire » plutôt que d'« apprentissage ».

Depuis les années 1990

Alors que, dans les années 1970-80, la psychologie cognitive a accordé plus d’attention à l’étude de la mémoire qu’à celle de l’apprentissage, l’évolution des connaissances à partir de la fin des années 1980 a conduit à une fusion des concepts et des théories de ces deux champs. En effet, les théories récentes qui cherchent à rendre compte des processus d’apprentissage s’appuient sur les conceptions actuelles de l’architecture du système cognitif, notamment celles qui concernent l’organisation des connaissances en mémoire. Cette évolution tient aux apports conjoints de la psychologie cognitive, de la neuropsychologie, et des neurosciences cognitives. Elle ne rend pas obsolètes les données accumulées depuis le début du xxe siècle sur les mécanismes de base de l’acquisition de comportements nouveaux, mais elle les replace dans le contexte plus global du fonctionnement cognitif. C’est ainsi que les données qui conduisent à accepter l’idée d’une dissociation entre plusieurs systèmes de mémoire ayant des caractéristiques propres ont conduit aussi à établir l’existence de plusieurs modalités de l’acquisition des connaissances, et non pas seulement de leur conservation et de leur récupération.

Les lésions de l’hippocampe (syndrome amnésique) se caractérisent principalement par une amnésie antérograde, c’est-à-dire l’impossibilité de former de nouveaux souvenirs, ce qui constitue bien un trouble des apprentissages. La neurophysiologie a pu établir que cette structure sous-corticale remplit, en lien avec d’autres structures proches, deux fonctions qui servent à la consolidation des informations mémorisées : une fonction de maintien transitoire de ces informations durant leur consolidation ; une fonction visant à établir des connexions avec les différentes aires corticales spécialisées, impliquées en fonction de la nature des informations traitées. Ces processus de consolidation ont fait l’objet de nombreuses recherches, tant au niveau cellulaire et moléculaire (processus de renforcement des connexions neuronales) qu’au niveau structurel (localisation des activités corticales et des connexions impliquées, grâce à l’imagerie cérébrale). Outre la consolidation des informations nouvelles, ils permettent également l’intégration de ces informations dans l’organisation des connaissances constituées, l’hippocampe établissant en quelque sorte un « dialogue » entre nouvelles connexions et connexions déjà stabilisées.

Toutefois, le profil des troubles liés au syndrome amnésique est en réalité plus complexe. En premier lieu, ces troubles ne se manifestent pas de la même façon pour les souvenirs relevant de la mémoire épisodique, qui porte sur les événements vécus par le patient, et pour les souvenirs relevant de la mémoire sémantique, qui a trait aux connaissances générales. Alors que l’amnésie est massive dans le premier cas, l’acquisition de connai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Performance / essais

Performance / essais
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Oscillations

Oscillations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  APPRENTISSAGE, psychologie  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

La lecture est une invention culturelle, l'une des plus grandes de la civilisation. Les systèmes d’écriture, comme l’alphabet latin, ont été inventés pour transcrire le langage oral. C’est ainsi que le langage oral est devenu immortel. Dans le cerveau du lecteur, les symboles sur la page deviennent des sons du lan […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE L'ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Annie VINTER
  •  • 1 259 mots
  •  • 1 média

À l’heure de la généralisation des usages de communication électronique, on peut s’interroger sur la nécessité qu’il y a à exiger encore du jeune enfant d’apprendre à écrire à la main. Toutefois, tous les travaux entrepris ces dernières années à ce sujet témoignent de liens étroits entre apprentissage de l’écriture manuscrite, apprentissage de la reconnaissance visuelle des lettres et apprentissag […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE L'ORTHOGRAPHE

  • Écrit par 
  • Sébastien PACTON
  •  • 1 956 mots

L’apprentissage de tout système d’écriture impose que les enfants comprennent comment le langage écrit représente le langage oral. Dans les systèmes alphabétiques, les phonèmes (unités sonores minimales du langage) sont représentés par des graphèmes (lettre ou groupes de lettres, par exemple o, ou, eau). Cependant, d’un système à l’autre, […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA COMPRÉHENSION

  • Écrit par 
  • Maryse BIANCO
  •  • 1 943 mots

L’aisance habituelle avec laquelle nous analysons un message – écrit ou oral – et en extrayons les informations pertinentes masque les niveaux d’analyse et les nombreux mécanismes qui doivent être maîtrisés pour le comprendre. Afin d’appréhender cette complexité, considérons l’extrait suivant (d’après R. Dahl, 1988) : « La famille de Matilda dînait devant la télévision quand ils entendirent une vo […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA PRODUCTION ÉCRITE DE TEXTES

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT, 
  • Lucile CHANQUOY
  •  • 1 910 mots

Sur le plan cognitif, l’activité de production de textes implique quatre processus qui transforment les connaissances d’un domaine en une trace écrite : – la planification permet la définition des buts, la génération des idées et l’organisation conceptuelle des contenus ; – la formulation assure la traduction linguistique des contenus ; – la révision évalue et modifie éventuellement le texte produ […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET INTERNET

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 1 197 mots

Grâce au Web (World Wide Web), Internet permet à des milliards d’humains d’accéder à des milliards de documents. Ceux-ci contiennent des images, des textes, des vidéos, des sons… sur à peu près tous les sujets. Ils peuvent répondre à des besoins divers : se renseigner ponctuellement sur un horaire de train, se distraire avec une vidéo amusante, apprendre à […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA RÉSOLUTION DE PROBLÈMES VERBAUX

  • Écrit par 
  • Catherine THEVENOT
  •  • 1 018 mots

Un problème arithmétique verbal est un problème décrit sous la forme d’une petite histoire et dont la réponse numérique est obtenue en utilisant les données du texte. Un exemple typique de problème verbal est celui-ci :« Jean a 5 pommes et Tom en a 6. Combien Jean et Tom ont-ils de pommes ensemble ? ». Le domaine de la résolution de problèmes arithmétiques est une branche des mathématiques dans la […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif.En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structu […] Lire la suite

APPRENTISSAGE IMPLICITE

  • Écrit par 
  • Pierre PERRUCHET
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

La notion d’apprentissage est souvent liée à un contexte scolaire ou professionnel, où l’apprenant cherche intentionnellement à acquérir des connaissances qu’il pourra exploiter ou enseigner à son tour ultérieurement. Il n’est pas de meilleure introduction à l’apprentissage implicite que de lui attribuer les propriétés inverses. L’apprentissage implicite n’implique pas l’intention d’apprendre, et […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET TABLETTES TACTILES

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 919 mots

Depuis le début des années 2010, les tablettes tactiles ont fait leur apparition dans le monde de l’éducation, de l’école primaire à l’enseignement supérieur. Plus petites et moins lourdes que les ordinateurs portables, elles possèdent une interface tactile qui permet d’interagir directement à l’aide des doigts sur l’écran plutôt que par l’intermédiaire d’un clavier et d’une souris. Les tablettes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel GAONAC'H, Jean-François LE NY, « APPRENTISSAGE, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-psychologie/