APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La lecture est une invention culturelle, l'une des plus grandes de la civilisation. Les systèmes d’écriture, comme l’alphabet latin, ont été inventés pour transcrire le langage oral. C’est ainsi que le langage oral est devenu immortel. Dans le cerveau du lecteur, les symboles sur la page deviennent des sons du langage, et ces sons, porteurs du sens, nous font rire, parfois pleurer et surtout comprendre. Contrairement au langage oral, qui nous vient naturellement à condition d’y être exposé au cours des interactions sociales, la lecture doit être apprise. On parle alors d’« apprentissage » de la lecture et non pas d’« acquisition », un terme réservé au développement du langage oral. Donc, la lecture doit être apprise, elle ne s’acquiert pas « naturellement ». Un singe peut apprendre l’orthographe de centaines de mots, mais son apprentissage diffère sensiblement de celui d’un enfant, car il a besoin de milliers d’essais renforcés pour mémoriser l’orthographe de quelques centaines de mots. Or, les enfants apprennent de nouveaux mots en quelques essais. Que se cache-t-il derrière cette capacité ? Certainement pas les gènes de la lecture ! Contrairement au langage oral, la lecture est une activité cognitive trop récente (moins de 4 000 ans) pour s’inscrire dans un quelconque patrimoine génétique. Une mémoire visuelle extraordinaire non plus car les singes ont un système visuel proche du nôtre et nous égalent aisément en matière de mémorisation visuelle.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jonathan GRAINGER, Johannes ZIEGLER, « APPRENTISSAGE DE LA LECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-lecture/